raffiné, ée


Recherches associées à raffiné, ée: être raffiné

RAFFINÉ, ÉE

(ra-fi-né, née) part. passé de raffiner
Rendu plus fin, plus pur. Sucre raffiné. En Normandie, à Neuchâtel, on appelle fromage raffiné, du fromage qui a subi une fermentation, par opposition au fromage blanc ou frais.
Fig. Qui pousse loin la subtilité, la finesse.
Il faisait pour elle toutes les galanteries d'un amant bien raffiné [SCARR., Rom. com. II, 19]
Je donne aux plus raffinés de nos bons esprits à écrire plus finement sur une pareille matière [ID., Lett. Œuv. t. I, p. 214, dans POUGENS]
[Cromwell] hypocrite raffiné autant qu'habile politique, capable de tout entreprendre et de tout cacher [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Les gens d'esprit ne sont pas des Crotoniates comme toi, mais ce sont des Sybarites encore plus raffinés que je n'étais [FONTEN., Dial. II, Morts anc.]
Nous avons vu les testaments des Colbert et des Louvois donnés comme des pièces authentiques par des politiques raffinés qui n'étaient jamais entrés seulement dans l'antichambre d'un bureau de la guerre ni des finances [VOLT., Mél. hist. Mensonges impr. 5]
Les Français si délicats en matière de goût et si raffinés sur les plaisirs en tout genre [D'ALEMB., Éloges, Régn. Desm.]
Malin, intelligent.
Il fallait, en effet, être bien raffiné ! [MOL., l'Ét. I, 8]
S. m. C'est un raffiné, c'est un homme qui raffine sur les choses. Raffinés d'honneur, nom qu'on donnait sur la fin du XVIe siècle et dans le commencement du XVIIe à des gentilshommes qui se piquaient d'être pointilleux et qui, sur le moindre prétexte, se battaient en duel.
Qui porte le caractère de la subtilité, de la finesse, en parlant des choses.
À le bien prendre, la plus raffinée perfection a toujours quelque trait d'imperfection [LA MOTHE LE VAYER, Vertu des païens, II, Avant-propos.]
Ceux qui trouvent vulgaire tout ce qui n'est pas raffiné [BOSSUET, Lett. Corn. 152]
Un effet de la plus raffinée politique du prince d'Orange [MAINTENON, Lett. au card. de Noailles, 21 mai 1701]
Un orgueil plus raffiné blesse moins, quoiqu'il soit à peu près le même dans le fond [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. X, p. 209, dans POUGENS]
Qui porte le caractère d'une extrême recherche.
La corruption d'une vie impure et du libertinage raffiné [BOURDAL., Myst. Épiphan. t. I, p. 127]
C'est de là que devaient sortir les hommes de la vertu la plus haute et de la méchanceté la plus raffinée [DIDER., Claude et Nér. I, 50]
Comment trouvez-vous ce tour raffiné de vengeance ? [GENLIS, Mères riv. t. I, p. 299, dans POUGENS]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Si je pouvois parvenir à estre conté entre les r'afinez, je serois bien content., -A, pprenez moi que c'est, ce m'est un terme nouveau. - Ce sont gens qui se battent pour un clin d'œil, si on ne les salue que par acquit, pour une froideur, si le manteau d'un autre touche le leur, si on crache à quatre pieds d'eux [D'AUB., Faen. I, 9]
    Me voudriez-vous bien nommer quelques-uns de ces rafinez d'honneur ? [ID., ib.]