ramassé, ée

RAMASSÉ, ÉE1

(ra-mâ-sé, sée) part. passé de ramasser 1
Recueilli çà et là.
Mais qui pourrait compter le nombre de haillons.... De chiffons ramassés dans la plus noire ordure, Dont la femme, aux bons jours, composait sa parure ? [BOILEAU, Sat. X]
Fig.
La belle chose de faire entrer, aux conversations du Louvre, de vieilles équivoques ramassées parmi les boues des halles et de la place Maubert [MOL., Critique, 1]
Nous croyons avoir entrevu [chez Mme de Marans] l'épisode d'un jeune prince [le duc de Longueville, avec qui elle prétendait paraître bien].... et toutes ses paroles ramassées nous confirmaient cette vision [SÉV., 2 juin 1672]
Mis sous un seul coup d'œil.
Si.... vous prenez soin d'observer un certain nombre d'événements principaux, qui, quoique arrivés en des temps assez éloignés, ont une liaison manifeste ; les voici ramassés ensemble pour une plus grande facilité [BOSSUET, Hist. III, 7]
Voilà tout ce que je sais, ramassé et parfaitement exprimé dans la croix comme par une seule lettre [ID., Lett. sur l'ador. de la croix.]
Réuni, rassemblé, en parlant des personnes.
Romulus.... bâtit Rome qu'il peupla de gens ramassés, bergers, esclaves, voleurs [BOSSUET, Hist. III, 7]
L'Église sera sur la terre toujours immuable et invincible, jusqu'à ce que, ses enfants étant ramassés, elle soit tout entière transportée au ciel, qui est son séjour véritable [ID., ib. II, 13]
Avec des barbares ramassés, je [Sertorius] me jouais de ces deux capitaines et de leurs légions [Métellus, Pompée] [FÉN., Dial. des morts anc. Sertor. Mercure.]
Resserré.
Ils [les yeux] doivent juger un objet plus ramassé et plus petit, quand il est dans un éloignement où quantité de traits de son image se confondent [CONDIL., Traité sens, III, 3]
Terme de botanique. Se dit des parties qui sont serrées en grand nombre les unes contre les autres. Fig. Concentré.
Qu'on rêve avec plaisir, quand notre âme blessée Autour de ce qu'elle aime est toute ramassée ! [CORN., Pulch. II, 1]
La coutume fait toute l'équité, par cette seule raison qu'elle est reçue.... elle [la loi] est toute ramassée en soi ; elle est loi, et rien davantage [PASC., Pens. III, 8, éd. HAVET.]
Dont les formes sont épaisses, trapues.
Ces hommes petits de taille, mais forts et ramassés [FLÉCH., Hist. de Théodose, I, 48]
Et son corps, ramassé dans sa courte grosseur, Fait gémir les coussins sous sa molle épaisseur [BOILEAU, Lutr. I]
Elle était ramassée un peu dans sa taille [J. J. ROUSS., Conf. II]
La tête assez arrondie, et le corps ramassé [BUFF., Ois. t. IX, p. 316]
On dit de même : avoir la taille ramassée.
C'est un jeune homme qui a les épaules larges et la taille ramassée [LA BRUY., III]
Par extension.
La démarche du lion n'est ni lourde comme celle du bœuf, ni ramassée comme celle de l'ours [BUFF., Morceaux choisis p. 217]

RAMASSÉ, ÉE2

(ra-ma-sé, sée) part. passé de ramasser 2
Ramassé trois fois dans la soirée.