ramasse

RAMASSE

(ra-ma-s' ; on remarquera que l'a n'est pas long, et qu'on ne dit pas ra-mâ-s') s. f.
Espèce de traîneau dans lequel un homme dirige les voyageurs qui descendent des montagnes couvertes de neige.
Après une heure de marche, on arrive aux premières granges de la ramasse [SAUSSURE, Voy. Alpes, t. V, p. 92, dans POUGENS]

ÉTYMOLOGIE

  • Ital. ramazza, du lat. ramus, branche : ustensile fait de branches.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    2. RAMASSE (ra-mâ-s'), s. f. Terme technique. Outil cylindrique garni de dents plus ou moins fines, qui sert à élargir ou à nettoyer un canal creusé dans une pièce de bois ou de métal.

ramasse

RAMASSE. s. f. Espèce de traîneau guidé par un homme, et dans lequel les voyageurs descendent des montagnes où il y a de la neige. Il descendit le mont Cenis en ramasse, dans une ramasse.

ramassé

RAMASSÉ, ÉE. participe Il signifie adjectivement, Épais, trapu, vigoureux. Cet homme est ramassé. Ce cheval est bien ramassé. On dit de même, Avoir la taille ramassée.

ramasse

Ramasse, f. penac. Est une façon de civiere à deux cornes longues de deux pieds sur le devant, que celuy qui conduit la ramasse tient une à chascune main, et à un siege où celuy qui est ramassé est assis, des accoudoirs et un dossier, soustenuë par derriere par un autre homme qui tient les pieds en contraire desmarche de ceux du premier, avec laquelle, en temps de grandes neges és monts du Piedmont Genevre et Seny, on descend les passagers du haut du mont jusques au pied d'iceluy. Et est telle façon de civiere appelée Ramasse, de ce qu'auparavant l'agencement d'icelle, on ramassoit les passagers sur des grosses branches d'arbres, tirées avec une corde par celuy qui ramassoit. Et faut sçavoir que ledit conducteur de ceste ramasse a à chasque corne un grand anneau fait de hard qu'il laisse couler le long desdites cornes quand il veut allentir le cours de la ramasse, et un baston ferré pour l'arrester tout court quand il en est besoin.