ramener

(Mot repris de ramenait)

ramener

v.t.
1. Amener de nouveau dans un endroit : Sa fièvre ne baisse pas, je vais le ramener chez le médecin.
2. Faire revenir une personne dans le lieu d'où elle était partie : Elle n'est pas en état de conduire, quelqu'un doit la ramener chez elle raccompagner, reconduire
3. Remettre en place : Il ramena la couette sur ses jambes tirer
4. Faire revenir à un état antérieur : Les sauveteurs ont ramené le noyé à la vie rappeler
5. Faire renaître ; rétablir : Le nouveau directeur a réussi à ramener l'ordre dans l'établissement restaurer
6. Porter à un point plus simple ou moins grave : Le président a ramené l'incident à de justes proportions limiter, restreindre réduire ; augmenter
7. Faire converger vers le même point : Elle ramène toujours tout à elle.
8. Être la cause du retour de : Le mois d'août ramène les touristes. Le vent ramène le froid.
La ramener ou ramener sa fraise,
Fam. intervenir dans une discussion en faisant l'important.

se ramener

v.pr.
1. (à) Être réductible à qqch : Finalement, toutes ces questions se ramènent à une idée principale se limiter à, se réduire à
2. Fam. Venir : Les gendarmes se sont ramenés trop tard arriver ; partir

ramener


Participe passé: ramené
Gérondif: ramenant

Indicatif présent
je ramène
tu ramènes
il/elle ramène
nous ramenons
vous ramenez
ils/elles ramènent
Passé simple
je ramenai
tu ramenas
il/elle ramena
nous ramenâmes
vous ramenâtes
ils/elles ramenèrent
Imparfait
je ramenais
tu ramenais
il/elle ramenait
nous ramenions
vous rameniez
ils/elles ramenaient
Futur
je ramènerai
tu ramèneras
il/elle ramènera
nous ramènerons
vous ramènerez
ils/elles ramèneront
Conditionnel présent
je ramènerais
tu ramènerais
il/elle ramènerait
nous ramènerions
vous ramèneriez
ils/elles ramèneraient
Subjonctif imparfait
je ramenasse
tu ramenasses
il/elle ramenât
nous ramenassions
vous ramenassiez
ils/elles ramenassent
Subjonctif présent
je ramène
tu ramènes
il/elle ramène
nous ramenions
vous rameniez
ils/elles ramènent
Impératif
ramène (tu)
ramenons (nous)
ramenez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais ramené
tu avais ramené
il/elle avait ramené
nous avions ramené
vous aviez ramené
ils/elles avaient ramené
Futur antérieur
j'aurai ramené
tu auras ramené
il/elle aura ramené
nous aurons ramené
vous aurez ramené
ils/elles auront ramené
Passé composé
j'ai ramené
tu as ramené
il/elle a ramené
nous avons ramené
vous avez ramené
ils/elles ont ramené
Conditionnel passé
j'aurais ramené
tu aurais ramené
il/elle aurait ramené
nous aurions ramené
vous auriez ramené
ils/elles auraient ramené
Passé antérieur
j'eus ramené
tu eus ramené
il/elle eut ramené
nous eûmes ramené
vous eûtes ramené
ils/elles eurent ramené
Subjonctif passé
j'aie ramené
tu aies ramené
il/elle ait ramené
nous ayons ramené
vous ayez ramené
ils/elles aient ramené
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse ramené
tu eusses ramené
il/elle eût ramené
nous eussions ramené
vous eussiez ramené
ils/elles eussent ramené

RAMENER

(ra-me-né. La syllabe me prend un accent grave quand la syllabe qui suit est muette : je ramène) v. a.
Amener de nouveau. Le malade fut ramené au médecin. Vous m'avez amené un cheval qui me convient ; ramenez-le-moi aujourd'hui. À certains jeux. Il avait amené un roi ; il en ramena un, quand ce fut à lui à donner. Il vient d'amener un sept ; s'il le ramène, il a gagné.
Être cause qu'on revient.
Que veut-il, dira-t-on ? quelle verve indiscrète Ramène sur les rangs encor ce vain athlète ? [BOILEAU, Épître X]
Sitôt que mon malheur me ramène à sa vue [RAC., Brit. II, 2]
Mais que vois-je ? mon fils, quel sujet vous ramène ? [ID., Athal. II, 2]
Faire venir des gens qui ne venaient plus. Cet acteur a ramené la foule au théâtre. L'approbation de Louis XIV ramena la cour aux pièces de Molière.
Remettre une personne dans le lieu d'où elle était partie, la faire revenir avec soi.
Je t'ai ramenée des extrémités de la terre, des lieux les plus éloignés [BOSSUET, Anne de Gonz.]
Zorobabel.... ramena les captifs, qui rebâtirent l'autel et posèrent les fondements du second temple [ID., Hist. I, 8]
Il employa son argent et son crédit pour ramener les officiers qu'abandonnait à leur triste captivité l'indigence ou l'avarice des familles [FLÉCH., Duc de Mont.]
Dans son appartement, gardes, qu'on la ramène [RAC., Brit. III, 8]
Votre carrosse est-il là-bas ? lui dit-il, voulez-vous que nous ramenions madame ? [MARIV., Marianne, 7e part. p. 51]
Le roi de Pologne fit tout ce qu'on devait attendre d'un prince qui combattait pour sa couronne, il ramena lui-même trois fois ses troupes à la charge [VOLT., Charles XII, 2]
Poétiquement.
Quoi ! seigneur, se peut-il que, d'un cours si rapide, La victoire vous ait ramené dans l'Aulide ? [ID., Iphig. I, 2]
Il se dit également en parlant des animaux. Ramener les troupeaux du pâturage. Ramener un cheval à l'écurie. Il se dit même quelquefois des choses. Je vous prête ma voiture ; vous me la ramènerez. Ramener en arrière, forcer à revenir au lieu qu'on avait quitté.
Dieu en avait disposé autrement [n'avait pas permis la chute de la Pologne].... sa main puissante ramène en arrière le Suédois indompté [BOSSUET, Anne de Gonz.]
Ramener sa main, avancer la main qu'on avait d'abord retirée.
Le Seigneur, m'accablant du poids de sa colère, Retire tour à tour et ramène sa main [LAMART., Médit. I, 30]
Ramener ses regards, les reporter vers le point d'où ils s'étaient écartés. Il ramena ses regards sur la plaine qui était à ses pieds.
Ramener se dit, en termes militaires, d'une troupe de cavalerie qui, ayant fait une charge qui a échoué, retourne, poursuivie, à la place d'où elle est partie. La cavalerie chargea, mais elle fut ramenée.
En chirurgie rendre à une partie la direction, la place qui lui con vient. Le chirurgien ramena le membre à sa direction régulière. Après une amputation, ramener les chairs, la peau sur le moignon.
Amener avec soi, en s'en retournant. Le charretier vous apporte du bois ; il me ramènera du vin. Retournez chez vous, et ramenez tout ce que vous avez laissé dans votre appartement.
Eschine et Démosthène furent du nombre des dix ambassadeurs [en Macédoine], qui en ramenèrent trois de Philippe, Antipater, Parménion, Eurylochus [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. VI, p. 63, dans POUGENS]
Ramasser ce qui s'écarte ; faire venir devant, dessus ce qui est en arrière, dessous. Il ramenait sur le devant de la tête ses rares cheveux. Ramener le pan de son manteau sur l'épaule droite. Il faut ramener la terre au pied des arbres déchaussés. Tirer à soi. En ramenant la serpe, il se coupa. Ramenez à vous l'instrument.
Pendant que Pisistrate, ébranlé du faux coup qu'il avait donné, ramenait sa lance [FÉN., Tél. XX]
Telle, pour sommeiller la blanche tourterelle Courbe son cou d'albâtre et ramène son aile Sur son œil endormi [LAMART., Médit. II, 24]
Terme de manége. Ramener un cheval, lui faire baisser le nez, quand il porte au vent. L'obliger à bien placer sa tête et à la maintenir dans une belle position. Son mors le ramène bien, il lui fait bien porter la tête.
Au jeu de la longue paume, rechasser un coup de volée. Il a bien ramené ce coup-là. Absolument. Ce joueur ramène bien.
10° Fig. Faire revenir à des lois, à des règles dont on s'était écarté.
J'ai su le ramener aux termes du devoir [CORN., Nicom. V, 2]
Et par cet apologue.... [Ménénius] Les ramena dans leur devoir [LA FONT., Fabl. III, 2]
Combien de fois vit-on Marie-Thérèse ramener les courtisans à l'exercice de leur foi par les marques qu'elle donnait de la sienne ! [FLÉCH., Mar.-Thér.]
C'est Pyrrhus, c'est le fils et le rival d'Achille, Que la gloire à la fin ramène sous ses lois [RAC., Andr. II, 5]
On peut dans son devoir ramener le parjure [ID., Brit. III, 5]
Vous ne pourriez plus.... ramener les hommes aux principes de la vertu, après que vous leur auriez appris à les mépriser [FÉN., Tél. XX]
Laissez-moi lui parler ; je veux tâcher de le ramener à la raison [BRUEYS, Grondeur, I, 5]
N'est-ce pas une extrême folie de croire les ramener [les hommes] à nos dogmes.... en les persécutant, en les traînant aux galères.... [VOLT., Polit. et lég. Avis au public, La tolérance peut seule....]
Ramener de, faire quitter.
Il éclaire les humbles, il les ramène de leurs égarements [BOURDAL., Pens. t. II, p. 163]
Ramener une personne à quelqu'un, faire reprendre à cette personne de bons sentiments pour quelqu'un.
Par un chemin plus doux Vous lui pourrez plutôt ramener son époux [RAC., Brit. III, 3]
Flemming, son premier ministre [de l'électeur de Saxe].... contribua par son adresse à ramener à son maître une grande partie de la noblesse polonaise [VOLT., Charles XII, 5]
Absolument.
C'est le propre des malheurs de ramener à la philosophie, comme le joueur qui a tout perdu revient à sa maîtresse [D'ALEMB., Apolog. de l'étud. Œuv. t. IV, 218]
Ramener quelqu'un, changer les sentiments de quelqu'un et lui en faire prendre de meilleurs, le radoucir, le calmer.
Tous les jours elle ramenait quelqu'un des rebelles [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
De tels discours [de Paul IV aux ambassadeurs d'Élisabeth], s'ils sont véritables, n'étaient guère propres à ramener une reine [ID., Var. X, 1]
Qui n'a pas quelquefois sous sa main un libertin [esprit fort] à réduire, et à ramener par de douces et insinuantes conversations à la docilité ? [LA BRUY., XVI]
Tout ce dont un amour ingénieux peut s'aviser pour ramener un cœur rebelle [MASS., Carême, Fauss. conf.]
Le goût dégénère en tout genre, c'est aux Français à ramener les Velches [VOLT., Lett. à Damilaville, 10 avril 1767]
J'ai perdu l'idée de ramener le public sur mon compte [J. J. ROUSS., Prom. 1]
Les bienfaits qui ne ramènent pas un ennemi ne servent qu'à l'aigrir [DUCLOS, Œuv. t. II, p. 262]
Je le ramènerai bien, je le ferai bien revenir à la raison.
11° Fig. Ramener quelqu'un à la vie, le sauver de ce qui menace de lui ôter la vie.
Vivons, si vers la vie on peut me ramener, Et si l'amour d'un fils en ce moment funeste De mes faibles esprits peut ranimer le reste [RAC., Phèdre, I, 5]
Ce médecin a parfaitement ramené son malade, il a rétabli sa santé qui semblait désespérée. On dit de même : il l'a ramené des portes de la mort.
12° Ramener une affaire de bien loin, remettre en bon état une affaire qui paraissait désespérée. Au jeu, ramener une partie, la rétablir. On croyait qu'il avait perdu ; et voilà qu'il a ramené la partie.
13° Faire repasser par un état par où on avait passé. La vieillesse ramène quelquefois l'homme à l'enfance. Absolument.
Ce châtiment [le fouet] qui met dans l'humiliation extrême, ce châtiment qui ramène, pour ainsi dire, à l'enfance [MONTESQ., Lett. pers. 157]
14° Il se dit de la pensée que l'on fait passer sur ce qu'elle a déjà parcouru. Ramener sa pensée en arrière.
Le sermon que vous fîtes la veille de votre départ ne peut jamais sortir de ma mémoire ; mais, comme je ne puis ramener cet endroit sans commencer par vous voir entrer dans ma chambre.... [SÉV., 7 août 1675]
Et des corps enterrés dans leur couche profonde, Le tombeau le ramène au vieux berceau du monde [DELILLE, Trois règn. IV]
Être accompagné de.
Parce qu'il [le signe] en ramène l'idée [de l'original] nécessairement à l'esprit [BOSSUET, Euch. III, 4]
Réduire. Ramener tout au plaisir. Ramener la question au point véritable.
La diversité des lieux où les choses se sont passées et la longueur du temps qu'elles ont consumé dans la vérité historique, m'ont réduit à cette falsification, pour les ramener dans l'unité de jour et de lieu [CORN., Pompée, Examen.]
Socrate, qui, un peu après, ramena la philosophie à l'étude des bonnes mœurs [BOSSUET, Hist. I, 8]
Il ramenait toutes choses à une noble et frugale simplicité [FÉN., Tél. XI]
Eux seuls [les justes] n'étudient pas vos penchants pour y accommoder lâchement leurs suffrages, mais ils étudient vos devoirs pour y ramener vos penchants [MASS., Carême, Mélange.]
Ramener à soi, donner aux choses un but égoïste.
L'entend-on jamais parler sur le ton décisif et important qui veut tout ramener à soi ? [MASS., Panégyr. St Thomas.]
15° Fig. Faire renaître, rétablir. Ramener la fièvre.
Et, pour éloigner de leur esprit [des matelots] les funestes idées de la mort qui se présentait de tous côtés, elle disait avec un air de sérénité qui semblait déjà ramener le calme, que les reines ne se noyaient pas [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Il sut qu'un de ces deux captifs qu'on avait pris pour des Phéniciens avait ramené l'âge d'or dans ces déserts presque inhabitables [FÉN., Tél. II]
L'histoire ramène souvent les mêmes malheurs, les mêmes attentats, et le crime puni par le crime [VOLT., Mœurs, 169]
On a tant de plaisir à ramener la joie sur un visage encore enfant ! [STAËL, Corinne, XVII, 5]
Ramener une vieille mode, la remettre en vigueur.
16° Terme de chimie. On dit qu'un réactif ramène une couleur végétale à une autre couleur, quand il fait passer la première à la seconde. Les alcalis ramènent au bleu le papier rouge de tournesol. On dit de même : Ramener un peroxyde à un moindre degré d'oxydation.
17° Se ramener, v. réfl. Se concentrer.
Et, comme notre esprit jusqu'au dernier soupir Toujours vers quelque objet pousse quelque désir, Il se ramène en soi n'ayant plus où se prendre, Et, monté sur le faîte, il aspire à descendre [CORN., Cinna, II, 1]
C'est lorsque j'ai senti mon âme tout entière Se ramenant en soi, faire un dernier effort, Pour braver les horreurs que l'on joint à la mort.... [CHAUL., à Lafare.]
18° Reprendre le fil d'un discours.
L'enchaînement naturel de toutes ces choses m'emporte, il faut se ramener [SAINT-SIMON, 327, 23]
N'ayant pas voulu rompre le fil des affaires d'Angleterre, je me ramène à ce qui se passait dans le continent [VOLT., Louis XIV, 16]
19° Terme de manége. Ce cheval se ramène bien, il porte bien sa tête.
20° Être ramené à, réduit à. Cette proposition se ramène à cette autre, en découle.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Li sire mortified et vivified, demeine à enfers e rameined [, Liber psalm. p. 235]
    Que Dex [Dieu] par sa vertu vous ramaint sauvement ! [, Sax. XX]
  • XIIIe s.
    Car Diex maint desvoié bien à voie ramaine [, Berte, L]
    Si outrageusement porroient il ordener que le [la] partie qui se daurroit [se plaindrait] porroit aller encontre et fere ramener l'ordenance dusqu'à loial jugement [BEAUMANOIR, XLI, 34]
    Et ensi averas le [la] contenance de tot le tonnel par paus [pouces], et ces paus ramenras en piés [, Comput, f° 21]
  • XIVe s.
    Autrement ne sont pas curées les plaies, se les membres ne sont ramenez en leur nature [LANFRANC, f° 12]
  • XVe s.
    Se [je] me desprise et rameyne à neant, et que toute propre reputation faille en moy [, Intern. consol. II, 8]
  • XVIe s.
    Qui vouldra ramener les vestemens à leur vraye fin.... [MONT., I, 119]
    Ramener Dieu et la puissance de la nature à la mesure de nostre capacité [ID., I, 201]
    Caton ramena à la raison les Corinthiens [ID., Caton, 25]
    Les assiegeans n'avoient point fait de logis ; se contentans de r'amener ceux qui sortoient jusques à la place du moulin [D'AUB., Hist. II, 438]
    Par ce moyen tu rameneras les parties des muscles coupées sur l'os [PARÉ, X, 32]
    Puis [il] entoisa sa grosse masse, ramenant un coup foudroyant, et bastant à atterrer un elephant [, Alector, roman, p. 1, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Re..., et amener ; wallon, reminé ; bourg. rémené.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    RAMENER. Ajoutez :
    21° Absolument, ramener ses cheveux sur le devant de la tête.
    M. de Niollis est un de ces chauves qui ramènent... [V. CHERBULIEZ, Rev. des Deux-Mondes, 15 janv. 1876, p. 269]

ramener

RAMENER. v. tr. Amener de nouveau. Vous m'aviez amené telle personne, je vous prie de me la ramener.

Au jeu de Dés, Il avait amené cinq, sept, etc., il ramena ce même nombre.

RAMENER signifie aussi Remettre une personne dans le lieu d'où elle était partie, la faire revenir avec soi. Montez dans ma voiture, je vous ramène chez vous. Il a ramené deux fois les troupes à l'assaut, au combat. Vous m'aviez confié ce jeune homme, je vous le ramène. Je vous le ramène sain et sauf.

Il se dit également en parlant des Animaux et des Choses. Ramener un cheval à l'écurie. Je vous prête ma voiture, vous me la ramènerez.

Il se dit encore en parlant des Choses qu'on amène d'un endroit donné, quoiqu'on ne les y ait pas menées. Ce camion était parti à vide et il a ramené tout un chargement. Il a vendu son cheval à vingt lieues d'ici et en a ramené un meilleur. Il est allé à mon ancien logement et m'a ramené mes meubles.

Il se dit, en termes militaires, d'un Corps de troupes qui, après une charge qui a échoué, retourne, poursuivi, à la place d'où il était parti. La cavalerie chargea, mais elle fut vivement ramenée.

Il signifie encore Faire revenir. Quel sujet vous ramène? Cet acteur ramène la foule au théâtre.

Il s'emploie figurément dans ce sens. Ramener quelqu'un à la raison, à son devoir, à la vraie foi. Ramener la question sur son véritable terrain. Personne ne s'entend mieux que lui à ramener les esprits.

Absolument, Ramener quelqu'un, Le faire revenir d'un préjugé, d'une disposition hostile, d'un entêtement. Il est violemment irrité : vous seul pourrez le ramener.

Fam., Je le ramènerai bien, Je le ferai bien revenir à la raison.

RAMENER signifie aussi Réduire. Ramener une fraction à sa plus simple expression. Tous ces problèmes se ramènent à un seul.

Il signifie aussi figurément Faire renaître, rétablir. La paix a ramené la prospérité. Cette mesure a ramené l'ordre.

Ramener une vieille mode, La remettre en vogue.

RAMENER signifie quelquefois Tirer, faire venir en avant ou dessus ce qui est en arrière ou dessous. Ramener les bras en arrière. Il ramena sur son épaule droite un pan de son manteau. Il ramène ses cheveux sur le devant de sa tête.

Absolument, Ramener se dit, dans le langage familier, de Quelqu'un qui fait revenir ses cheveux sur le devant de la tête pour dissimuler une calvitie.

Ramener son épée, sa lance, La retirer à soi.

ramener

Ramener, Reducere, Reducem facere.

Ramener en la ville, Reducere in vrbem.

Reduire et ramener à, etc. Ad pristinam belli rationem redigere.

Ramener une vieille coustume, Longo interuallo morem referre. Budaeus.

Ramener la pile, Retorquere pilam.

Ramener par navires, Britannia exercitum reportare.

Qui est ramené des dangiers sain et sauve, ou d'exil et captivité en son païs, Redux.

ramener


RAMENER, v. act. [2e e muet, 3e é fer. Devant la syll. féminine, la 2de se change en è moy. Il ramène, ramènera. = * On écrivait autrefois, je meine, tu meines, il ameine, rameine; il se démeine, il se promeine: quand on retrancha l'i, les uns ne mirent point d'accent sur l' e, mene, ramene, etc. D'autres y mirent l'accent aigu; méne, raméne: enfin vers le milieu de ce siècle on a comencé d'y mettre l'accent grâve, signe de l'è moyen] 1° Amener une seconde fois. "Cet homme que vous m'amenâtes un tel jour, je vous prie de me le ramener. — Il avait amené sept; il ramena trois fois le même point. = 2°. Remettre une persone dans le lieu d'où elle était partie. "Il m'a mené et ramené. Voy. MENER. "Ramener un cheval à l'écurie, les troupeaux à la maison, etc. = 3°. Faire revenir avec soi. "Ramenez mon carrosse. "Il ramena les troupes au combat. = 4°. Il se dit pour amener, lorsqu'on parle des choses qu'on amène chez soi à son retour d'un voyage. "J'ai vendu mon cheval à la foire, et j'en ai ramené un aûtre. = 5°. Fig. Faire revenir. Il a pour 2d régime la prép. à: "Ramener les errans à la foi. "Ramener quelqu'un à la raison, à son devoir. "Le printems nous a ramené les beaux jours. * Fléchier substitûe mal-à-propôs à la prép. à la prép. dans. "D' où venoit ce soin qu'il prit de ramener les anciens ordres dans la première pureté de leur institut. Je crois qu'on doit dire à la pureté; etc.

Synonymes et Contraires

ramener

verbe ramener
1.  Faire revenir.
2.  Amener avec soi.
3.  Remettre à sa place.
4.  Favoriser le retour de.
5.  Concentrer sa pensée sur.
Traductions

ramener

wiederbringen, wiederherstellenherplaatsen, herstellen, terugbrengen, terugplaatsen, terugvoeren, terugtrekkenfetch, recall, restore, return, pull downrekonduki, reloki, reporti, restarigi, revenigifazer voltar, reconstituir, restabelecer, restaurarricondurre (ʀaməne)
verbe transitif
1. raccompagner ramener qqn chez lui
2. faire exister de nouveau ramener le calme

ramener

[ʀam(ə)ne] vt
(= rapporter) → to bring back
Je t'ai ramené un souvenir de Grèce → I've brought you back a present from Greece.
(= reconduire) → to take back
Tu me ramènes? → Will you take me home?
ramener qn à la vie → to bring sb back to life
ramener qn à la raison [+ homme] → to bring sb to his senses; [+ femme] → to bring sb to her senses
Nous n'avons pas réussi à le ramener à la raison → We couldn't bring him to his senses.
(= rabattre) [+ couverture, visière] ramener qch sur qch → to pull sth back over sth
(= réduire) ramener qch à qch → to reduce sth to sth
Ils ont ramené la durée du mandat de sept à cinq ans → They reduced the length of the mandate from seven to five years.
Il ramène systématiquement le problème à une question d'argent → He persistently brings the problem back to a question of money. [ʀam(ə)ne] vpr/vi
(= arriver) → to turn up
(= se réduire) [question, problème] se ramener à → to come down to, to boil down to