ramender

(Mot repris de ramenda)

ramender

v.t.
1. Réparer un filet de pêche raccommoder, remailler
2. Réparer la dorure d'un objet doré à la feuille.

RAMENDER

(ra-man-dé) v. a.
Terme rural. Amender, fumer une seconde fois les terres.
Remettre une étoffe à la teinture.
Ramender un ouvrage de dorure, mettre avec des pinceaux un morceau de feuille d'or aux endroits où il en manque.
Diminuer le prix (en ce sens il est populaire). Les vignerons ne veulent pas ramender le vin. V. n. Devenir à meilleur marché. La vigne a belle apparence ; et le vin ramende. Il se conjugue avec l'auxiliaire être, quand on veut marquer l'état : Le pain est ramendé ; avec l'auxiliaire avoir, quand on veut marquer l'acte : Le pain a ramendé hier.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Chevaliers et escuyers armés si très nettement, que rien n'y avoit à ramender [FROISS., I, I, 93]

ÉTYMOLOGIE

  • Re..., et amender ; wallon, ramaindé.

ramender

RAMENDER. v. n. Baisser, diminuer de prix. Il se dit principalement Des vivres, des denrées. Le blé, le vin est bien ramendé. Tout ramende. On l'emploie aussi comme verbe actif. Les boulangers ont ramendé le pain. Il est populaire.

ramender


RAMENDER, v. n. [Ramandé: 2e lon. 3e é fer.] Baisser, diminuer de prix. "Le blé, le vin est bien ramendé. On ne peut le dire aujourd'hui. = V. act. "On a ramendé le pain. Suivant l'Acad. il est populaire, employé activement.