rampant, ante

RAMPANT, ANTE

(ran-pan, pan-t') adj.
Qui rampe, en parlant des animaux.
Un insecte rampant qui ne vit qu'à demi [BOILEAU, Sat. VIII]
Non, tu n'es pas un aigle, ont crié les serpents.... Et déjà sur le dos de ces monstres rampants Du bec vengeur de l'aigle il imprimait la trace [C. DELAV., Messéniennes, II, 7, Lord Byron.]
Terme de blason. Se dit, en général, de tous les animaux qui sont représentés debout et s'élevant comme le long d'une rampe : il est opposé à passant. S. m. pl. Ordre de mammifères.
Il se dit aussi des végétaux étalés sur le sol. Plante rampante. Tige rampante, tige qui est couchée sur la terre et qui s'y fixe par des racines adventives. Racine rampante, celle qui court horizontalement entre deux terres, en jetant çà et là des ramifications latérales et des tiges. Plante rampante, surtout chez les auteurs un peu anciens, signifie aussi plante grimpante.
Lorsque les Européens abordèrent aux Antilles, ils les trouvèrent couvertes de grands arbres, liés pour ainsi dire les uns aux autres par des plantes rampantes qui, s'élevant comme du lierre.... [RAYNAL, Hist. phil. X, 3]
Fig. Qui est dans une situation humble, basse.
Je n'ai pas eu ce dédain qui empêche de jeter les yeux sur les mortels trop rampants, et qui fait dire à l'âme arrogante : il n'y a que moi sur la terre [BOSSUET, Mar.-Thér.]
Il accepterait comme une grâce l'état le plus obscur et le plus rampant [MASS., Avent, Mort du péch.]
Fig. Qui s'abaisse, qui ne garde pas sa dignité devant la puissance, la richesse.
Un esprit bas, rampant, qui ne sent que la fange [TH. CORN., D. Cés. d'Av. III, 4]
On les voit aussi rampants qu'ils ont été hautains [FÉN., Tél. XII]
De l'esprit pour s'avancer ? Monseigneur se rit du mien ; médiocre et rampant ; et l'on arrive à tout [BEAUMARCH., Mar. de Figaro, III, 5]
Substantivement.
Elle [Mme de Coulanges] ne fit nullement sa cour chez Mme de Montespan [des froideurs de Mme de Ludres], quoique des rampantes eussent été bien aises que.... [SÉV., 22 oct. 1677]
Il se dit aussi des choses.
Laissons, seigneur, laissons pour les petites âmes Ce commerce rampant de soupirs et de flammes [CORN., Sertor. I, 3]
Ils restèrent toujours dans une soumission rampante [HAMILT., Gramm. 5]
La souplesse, la bassesse, l'air admirant, dépendant, rampant, plus que tout, l'air de néant sinon par lui [Louis XIV], étaient les uniques voies de lui plaire [SAINT-SIMON, 406, 75]
Si je savais louer en face, Et, dans un éloge imposteur, Au ton rampant de la fadeur Faire descendre l'art d'Horace [GRESSET, Épît. P. Bougeant.]
Style rampant, style bas et plat.
Son style [de Diodore] n'est point élégant ni orné, mais simple, clair, intelligible ; et cette simplicité n'a rien de bas ni de rampant [ROLLIN, Hist. anc. liv. XXV, ch. II, I, 2]
On dit de même : termes rampants, prose rampante.
Plusieurs sont blessés de certains mots qui leur paraissent bas et rampants, comme chaudron, marmite, graisse, intestins.... qui se trouvent dans Homère [ROLLIN, Traité des Ét. II, 1]
Il faut éviter en poésie ces termes celui-ci, celui-là, le premier, le second, tous termes de discussion, tous d'une prose rampante [VOLT., Comm. Corn. Rem. Poly. II, 1]
Terme d'architecture. Incliné, en parlant d'une surface. Voûte rampante. S. m. Le rampant d'un fronton, d'une voûte. Limon rampant, limon d'un escalier tournant qui n'est interrompu par aucun palier. Terme de menuisier. Pièce rampante, toute pièce posée dans une situation inclinée.
Terme de chirurgie. Bandage rampant, bandage dont les circonvolutions entourent une partie en manière de spirale.
S. m.Terme de métallurgie. Rampant, espèce de conduit placé entre la voûte d'un fourneau à réverbère et la cheminée, par lequel s'échappe la fumée.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Une robe d'escarlate fourrée de rampans [c'est la bête rampante du blason], avecques ung grant bourt [bâton] de la longueur de la beste [, Bibl. des ch. 6e série, t. I, p. 345]

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    RAMPANT.
    Ajoutez :
  • S. m. Un rampant, un tour d'un bandage rampant.