rancœur ou rancueur

RANCŒUR ou RANCUEUR

(ran-keur) s. f.
Terme vieilli. Haine cachée et invétérée qu'on garde dans le cœur ; même sens que rancune, mais d'un style plus élevé.
Arrière, vaines chimères De haines et de rancueurs ; Soupçons de choses amères, Éloignez-vous de nos cœurs [MALH., II, 2]
Excuse par pitié ma jalouse rancœur [RÉGNIER, Élég. II]
Rancune est populaire, mais rancœur serait noble et plus fort que ressentiment [MARMONTEL, Œuv. t. X, p. 430]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Li altres geunet [jeûne] par rancor et par impascience [ST BERN., 565]
  • XIVe s.
    Le suppliant et feu Guillaume buvoient à un escot, sans nulle rancuer ou mauvaise excogitation [DU CANGE, rancor.]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, rancœur, s. m. dégoût : ça fait rancœur ; prov. rancor ; espagn. rencor ; port. rancor ; ital. rancore ; du lat. rancorem, proprement rancidité, figurément haine couverte.