rance


Recherches associées à rance: France

rance

adj. [ lat. rancidus ]
Se dit d'un corps gras qui a pris une odeur forte et une saveur âcre : De l'huile rance.
n.m.
Odeur ou saveur rance ; ranci : Cette graisse sent le rance.

RANCE

(ran-s') adj.
Se dit d'un corps gras qui, sous l'influence de l'air, dont il a absorbé l'oxygène, a pris une odeur forte et une saveur désagréable, dues au développement d'acides gras. Du lard, de l'huile rance. Substantivement, sentir le rance. Fig. et familièrement.
Il est temps de venir au procès que d'Antin intenta sur des chimères aussi folles que rances de l'ancienne duché-pairie d'Épernon [SAINT-SIMON, 288, 155]
Il se dit aussi des confitures devenues trop vieilles. Des confitures rances.
Terme de commerce. Le rance ou rancio, qualité douce et moelleuse que l'eau-de-vie acquiert en vieillissant, à mesure qu'elle diminue en force et en quantité.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    La louange de sobrieté et de temperance qu'il vouloit ramener en usage, estoit desjà chose si rance, par maniere de dire, et si desaccoustumée, qu'il n'en estoit plus de nouvelle [AMYOT, Galba, 3]
    Quels fumiers, recens ou rances, sont les plus à priser [O. DE SERRES, 101]
    Le bled le plus recent est le plus fertile ; et au contraire, le rance est impropre à fructifier [ID., 104]
    Ce capitaine Marche au baston comme les vieillards font, Et d'une voix toute caduque et rance Francus aborde, et en ce poinct le tance [RONS., 599]
    Quand ils voyent qu'ils [des grains et semences] commencent à se moisir et à sentir le rance [MONT., II, 186]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. ranc ; espagn. rancio ; ital. rancido ; du lat. ráncidus ; comparez pâle, de pallidus, net de nitidus, etc. On rattache rancidus au grec, all. riechen, flairer, et sanscr. ghra (a accent long) , avoir une odeur, ghrana ( 1er a long), nez. On trouve au XVIe siècle le latinisme rancide :
    huiles rancides [PARÉ, XX, 35]

rance

RANCE. adj. des deux genres. Il se dit des Corps gras qui, laissés au contact de l'air, ont pris une odeur forte et un goût désagréable. Ce lard est rance. Cette huile, ce beurre est rance.

RANCE s'emploie quelquefois comme nom masculin. Ce lard, cette huile sent le rance.

rance


RANCE, adj. RANCIR, v. n. RANCIDITÉ ou RANCISSûRE; s. f. Ils se disent de ce qui comence à se gâter et qui contracte une odeur et un goût désagréable. On le dit surtout des viandes salées et principalement du lard. "Ce lard est rance: il sent le rance: il comence à rancir, il est à moitié ranci. = Rancidité et rancissûre ont le même sens; qualité de ce qui est rance. Ils sont peu usités. = Suivant M. l'Ab. Roubaud, la rancidité est la qualité du corps rance; la rancissûre est l'éfet éprouvé par le corps ranci. Il faudrait combatre la rancidité, comme on combat la putridité, cause du mal: il faut ôter la rancissûre, comme on ôte la pourritûre, produit du mal. Nouv. Syn. Fr.
   Rem. l'Acad. disait rancir et ranci des confitûres. Richelet ne l'aprouvait pas et préférait Moisi. Dans la dern. édit. elle ne le dit que du lard et n'aplique aux confitûres que l'adjectif rance.

Traductions

rance

rancid, rankranzig, saai, vervelendanyirταγκόςranciorancido (ʀɑ̃s)
adjectif
qui a pris un goût et une odeur désagréables du beurre rance

rance

[ʀɑ̃s] adjrancid