rapatriage

RAPATRIAGE

(ra-pa-tri-a-j') s. m.
Action de rapatrier, de réconcilier.
Veux-tu qu'à leur exemple ici Nous fassions entre nous un peu de paix aussi, Quelque petit rapatriage ? [MOL., Amph. II, 7]
Je sais taire les faveurs des vieilles maîtresses avec qui je renoue ; ce rapatriage ne durera pas longtemps, par la raison que je m'affaiblis tous les jours [VOLT., Lett. d'Alemb. 19 août 1770]

ÉTYMOLOGIE

  • Rapatrier 2.

rapatriage

RAPATRIAGE. n. m. Réconciliation. Depuis leur rapatriage, ils vivent fort bien ensemble. C'est lui qui a fait ce rapatriage. Il est familier.

rapatriage


RAPATRIAGE, ou RAPATRIEMENT, s. m. RAPATRIER, v. act. Réconciliation. Réconcilier. Ceux-ci sont de tous les styles: les aûtres ne sont que du style familier. "Depuis leur rapatriement, ils vivent fort bien ensemble. "C'est lui qui a fait ce rapatriage. "On les a rapatriés: ils se sont rapatriés. = L'Acad. met les deux substantifs indiféremment~: il parait pourtant que rapatriement est plus usité dans le~ style~ simple, et rapatriage dans le style badin ou comique. = * Quelques-uns disent, se repatrier: celui-ci est un barbarisme. S'il était reçu, il signifierait, retourner dans sa patrie, aprês une longue absence. Il n'est point dans les Dictionaires: il semble qu'il serait utile pour éviter une périphrâse.