rassasiant

rassasiant

RASSASIANT, ANTE. adj. Qui rassasie. Un mets rassasiant. Des viandes rassasiantes.

rassasiant


RASSASIANT, ANTE, adj. RASSASIEMENT, s. m. RASSASIER, v. act. [Ra-sazi-an, zi-ante, ziman, zi-é; 4e lon. aux 2 prem. é fer. au dern. l'e du 3e ne se fait pas sentir.] Rassasier, apaiser la faim, satisfaire l'apétit. Rassasiant, qui rassasie. Rassasiement, état de celui qui est rassasié. Le verbe et le substantif s'emploient au propre et au figuré; l'adjectif ne se dit qu'au propre. Mets rassasiant, viande rassasiante. "Il est de si grand apétit qu'on ne peut le rassasier. "Il ne peut se rassasier des plaisirs. "Il devroit être rassasié de gloire, d'honeurs, de richesses, et il en est toujours plus afamé. "Je suis las, je suis rassasié de censures et de louanges. Je cherche un désert impénétrable aux méchans. L. F. Vie de St. Grég. de Naz. "Il faut se plier au goût d'une Nation, d'autant plus dificile, qu'elle est depuis long-tems rassasiée de chefs-d'oeuvre. Voltaire "Le rassasiement caûse souvent le dégoût. "Le rassasiement des plaisirs.
   Rem. Poétiquement on dit, des flèches, des traits, qu'ils se rassasient du sang des combatans. "Déja huit flèches mortelles sont parties de ma main, et se sont rassasiées du sang des plus braves de nos énemis. Mde. Dacier, Iliade. = * Le Traducteur de l'Histoire d'Hume fait régir au réciproque la prép. à et l'infinitif. "Sa cupidité (de Henri VIII) se rassasioit à piller l'Eglise, et son hypocrite orgueuil, à persécuter les Hérétiques. — Ce régime est inusité en français, et a l'air d' un anglicisme.