ravissement

ravissement

n.m.
État de l'esprit transporté de joie, d'admiration : Le concert les a plongés dans le ravissement enchantement, extase

ravissement

(ʀavismɑ̃)
nom masculin
état de bonheur, de plaisir, d'admiration intense Cette jeune mère regardait son enfant avec ravissement.

RAVISSEMENT

(ra-vi-se-man) s. m.
Action d'enlever, de ravir.
Bas-reliefs qui représentaient Jupiter changé en taureau, le ravissement d'Europe, et son passage en Crète au travers des flots [FÉN., Tél. IX]
Pour justifier le ravissement des biens ôtés par l'Église et par les armes à la maison de Toulouse dans la guerre des Albigeois [VOLT., Ann. Emp. Frédéric II, 1220]
État de l'esprit transporté de joie, d'admiration.
Certes je ne puis faire en ce ravissement Que rappeler mon âme.... [MALH., I, 1]
Que de ravissements je sens à cette fois ! [CORN., le Ment. IV, 4]
Mon frère, vous seriez charmé de le connaître [Tartufe], Et vos ravissements ne prendraient point de fin [MOL., Tart. I, 6]
Son mari [de Mme de Martel] lui a écrit des ravissements de votre beauté ; il est comblé de vos politesses [SÉV., à Mme de Grignan, 20 mai 1672]
Dans ce ravissement divin [des champs Élysées] les siècles coulent plus rapidement que les heures [FÉN., Tél. XIX.]
La manière dont il s'exprime en quelques endroits sur les ravissements que cause la jouissance de la vérité, est si vive et si animée qu'il aurait été inexcusable de se proposer une autre récompense [FONTEN., Tschirnhaus.]
Qu'avec ravissement je revois ce séjour ! [VOLT., Tancr. III, 1]
Le ravissement de saint Paul, l'état de saint Paul enlevé au troisième ciel.
Sorte d'extase, transport de l'âme hors d'elle-même.
Sainte Thérèse s'abîme dans la contemplation de l'immensité de Dieu par les ravissements, les transports et les extases [FLÉCH., Panég. Ste Thérèse.]
Au lieu des cantiques charmants Où David t'exprimait ses saints ravissements [RAC., Ath. II, 9]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Et lidiz mestre Dudos parloit aucunes choses estranges et vaines [dans une fièvre] ; et se douterent les phisiciens du ravissement de la matiere, et que ele montast au cervel [, Miracles de St Loys, p. 161]
  • XIVe s.
    Ravissemenz de personnes, feux boutés [, Bibl. des chartes, 5e série, t. I, p. 81]
    Ravissement est quant l'ame est menée par aucune chose hors elle [ORESME, Thèse de MEUNIER.]
  • XVe s.
    Quant est à parler de ravissements, violations et autres besognes extraordinaires, il en fut fait, selon les coutumes de la guerre, comme en ville conquise [MONSTREL., II, 117]
  • XVIe s.
    Il laissa ses terres venir en friches par un contemnement des choses terrienes et un ravissement de l'amour des celestes [AMYOT, Péric. 36]

ÉTYMOLOGIE

  • Ravir.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    RAVISSEMENT. - HIST.
  • XVIe s. Ajoutez :
    Si Son Excellence [Guillaume le Taciturne] n'a pas trop de quoy se nourrir.... c'est à cause d'avoir liberalement et heroïcquement employé tout ce qu'il luy restoit du ravissement de la tyrannie espagnole au bien et au salut de sa patrie [, Œuvr. de Th. Marnix de Ste-Aldegonde, Écrits politiques et historiques, Bruxelles, 1859, p. 67]

ravissement

RAVISSEMENT. n. m. Enlèvement qu'on fait avec violence. Il n'est guère en usage que dans ces locutions : Le ravissement d'Hélène, le ravissement de Proserpine, le ravissement d'Europe.

Il désigne aussi l'État de l'âme lorsqu'elle est transportée de joie, d'admiration, etc. Il était dans le ravissement.

Dans le langage mystique, il désigne l'État d'une âme transportée hors d'elle-même par l'extase.

Le ravissement de saint Paul se dit de saint Paul enlevé au troisième ciel.

ravissement

Ravissement, Raptio, Direptio, Ereptio, Raptus, Raptura.

Synonymes et Contraires
Traductions

ravissement

היקסמות (נ), התפעלות (נ), שלהוב (ז)

ravissement

verrukking

ravissement

απαγωγή

ravissement

[ʀavismɑ̃] nm (= enchantement, délice) → rapture