rebâtir

(Mot repris de rebâtîmes)

rebâtir

v.t.
Bâtir de nouveau ce qui a été détruit : Ils ont dû rebâtir leur maison après la coulée de boue reconstruire ; démolir

rebâtir

(ʀəbɑtiʀ)
verbe transitif
bâtir de nouveau rebâtir une ville détruite par la guerre

REBÂTIR

(re-bâ-tir) v. a.
Bâtir de nouveau.
Elle [Stagire] avait été ruinée par Philippe, roi de Macédoine ; mais Alexandre la fit rebâtir, à la prière d'Aristote [ROLLIN, Hist. anc. liv. XXVI, 1re part. II, 5]
Il faut que je vous dise, pour vous amuser, que le roi de Prusse m'a mandé qu'on avait rebâti huit mille maisons en Silésie ; la réponse est bien naturelle : Sire, on les avait donc détruites..... [VOLT., Lett. à Mme du Deffant, 24 sept. 1766]
On ne veut point abattre une ville immense et irrégulière pour la rebâtir au cordeau [ID., Dict. phil. Polythéisme]
V. réfl. Se rebâtir, être rebâti. Les maisons se rebâtissaient rapidement. Fig. Se refaire, changer ce qu'on est.
Que voulez-vous, monsieur ? je ne puis pas me rebâtir moi-même ; et tout ce que je puis faire, c'est de convenir de mon crime [BOILEAU, Lett. à Brossette, 42]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Les murailles de la ville d'Athenes se rebastissoient de l'argent que Pharnabazes leur fournissoit [AMYOT, Agés. 37]

ÉTYMOLOGIE

  • Re..., et bâtir ; wallon, ribati.

rebâtir

REBÂTIR. v. tr. Bâtir de nouveau. Cette maison a été rebâtie sur les anciennes fondations. Les Juifs, au retour de la captivité, rebâtirent le temple de Jérusalem.

rebâtir


REBâTIR, v. act. *REBâTISSE, s. fém. [1re e muet. = Le verbe est reçu; le substantif ne l'est pas.] Bâtir de nouveau. "Les Juifs rebâtirent le temple de Jérusalem. — "Il leur dona ordre de contribuer à la rebatisse d'un Miao (Temple d'idoles). Let. Édif. = On dit, reconstruction; et rabâtisse est un barbarisme.

Synonymes et Contraires

rebâtir

verbe rebâtir
Bâtir de nouvreau.
reconstituer, reconstruire, refaire, relever -littéraire: réédifier.
Traductions

rebâtir

rebuild

rebâtir

genopbygge

rebâtir

[ʀ(ə)bɑtiʀ] vt → to rebuild