rebours


Recherches associées à rebours: à rebours, compte à rebours

à rebours

[ rəbur] loc. adv. [ du lat. reburrus, qui a les cheveux rebroussés ]
Dans le sens inverse ; à contresens : Lire une liste à rebours. Attention, vous faites tout à rebours ! à l'envers
À rebours de ou au rebours de,
Litt. au contraire de ; à l'inverse de : Elle a agi à rebours de ce que nous lui avions conseillé.
Compte à rebours,
séquence des opérations de lancement qui précèdent la mise à feu d'un véhicule spatial ; fig., comptage des opérations ou des moments qui précèdent une action : Le compte à rebours de la présidentielle a commencé.

rebours

(aʀəbuʀ)
adverbe
en commençant par la fin
ensemble des opérations effectuées avant le lancement d'une fusée

REBOURS1

(re-bour) s. m.
Le contre-poil des étoffes. Prendre le rebours d'une étoffe pour la mieux nettoyer.
Fig. Le contre-pied, le contraire de ce qu'il faut.
Le P. Castel a peu de méthode dans l'esprit ; c'est le rebours de l'esprit de ce siècle [VOLT., Lett. en vers et en prose, 59]
À rebours, loc. adv. à contre-poil. Vergeter du drap à rebours. En sens contraire. Lire à rebours.
Un homme d'esprit de ma connaissance voudrait qu'on étudiât et qu'on enseignât l'histoire à rebours, c'est-à-dire en commençant par notre temps et remontant de là aux siècles passés ; cette idée me paraît très juste et très philosophique [D'ALEMB., Mél. litt. Œuv. t. III, p. 169, dans POUGENS]
Fig.
Tout ce que vous avez été durant vos jours, C'est-à-dire un esprit chaussé tout à rebours [MOL., l'Ét. II, 14]
Les esprits à rebours, comme le sien, ne veulent jamais ce qu'on veut et veulent toujours ce qu'on ne veut pas [BRUEYS, Grondeur, I, 4]
Vous prenez toujours les conseils à rebours [TH. LECLERCQ, Prov. t. IV, p. 44, dans POUGENS]
Au rebours, loc. adv.
Au contraire, au contre-pied Le vrai secret pour avoir de la santé est que le corps soit agité et que l'esprit se repose.... pour l'ordinaire il nous arrive tout au rebours : lorsque nous pensons nous reposer, nous nous travaillons le plus [VOIT., Lett. 44]
Car je doute à présent si vous aimez Lucrèce, Et vous vois si fertile en semblables discours [mensonges], Que, quoi que vous disiez, je l'entends au rebours [CORN., Ment. V, 4]
Ils usent leurs souliers, et conservent leur âne ! Nicolas, au rebours ; car, quand il va voir Jeanne, Il monte sur sa bête, et la chanson le dit [LA FONT., Fabl. III, 1]
Un père d'ordinaire à son fils, tout au moins, fournit le nécessaire ; Ici, tout au rebours, le fils depuis dix ans.... [DESTOUCH., Phil. mar. III, 13]
À rebours de, au rebours de, loc. prép. Contrairement à.
Tout au rebours de la bonne donzelle [LA FONT., Gag.]
Je sortirai d'une maison où tout va au rebours du sens commun [DIDEROT, Père de famille, III, 4]
Je me sens là-dessus tout à rebours des autres hommes [J. J. ROUSS., Prom. 7]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Qar issir [sortir] les ferai de lor paix à rebors [je les ferai écorcher] [, Sax. XXVII]
  • XIIIe s.
    U il aura hastif securs, U li esteut [il lui faut] vivre à reburs [MARIE, Gugemer.]
    Trestout me vient arrebours, Tout adès sui esmaiiés, Que tous jours sui pourlongniés [éloigné] De joie avoir et secours [MÄTZNER, p. 61]
    On doit plaindre, et s'est honte à tous bons trouveours, Quant bonne matere est ordenée à rebours [ADAM DE LA HALLE, le Roi de Sezile, dans RUTEBEUF, t. I, p. 428]
    Dont evient que là où la lune est l'an prime, elle sera l'an après xj jors plus arrieres au rebours dou calendrier [BRUN. LATINI, Trés. p. 143]
    Ainsi se departi la cours ; Cele feste fu à rebous, Il i ot plus ploure que ris [, Bl. et Jehan, V. 3436]
    Et demeure li cuers [le cœur] au cors de l'home à rebous ; car li chiés [la tête] demeure par devers les piés, et li rachine [la racine] par devers le chef [ALEBRANT, f° 40, verso.]
  • XVe s.
    Mais j'ai tousjours au par aller Le rebours de ma voulenté [CH. D'ORL., Ball. 17]
  • XVIe s.
    Je suis au rebours des aultres, car.... [MONT., I, 31]
    Considerer et juger de dangier est auculnement le rebours de s'en estonner [ID., IV, 3]
    Ceste espreuve leur tourna tout au rebours de l'esperance de ceulx qui y furent envoyés pour cest effect [AMYOT, Péric. 61]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourg. rebor ; bas-lat. reburrus, rebursus, hérissé. D'après Diez, ce mot vient de re et de l'allem. Borste, poil, soie, dont le radical se trouve dans brosse, broussaille.

rebours

REBOURS. n. m. Sens contraire de ce qui est ou de ce qui doit être. Il se dit principalement du Contre-poil des étoffes. Prendre le rebours d'une étoffe pour la mieux nettoyer.

Il s'emploie au figuré et désigne le Contre- pied, le contraire de ce qu'il faut. Vous n'expliquez pas bien cela, c'est tout le rebours de ce que vous dites. Il faut prendre tout le rebours de ce qu'il dit. Tout ce qu'il fait est le rebours du bon sens.

À REBOURS, AU REBOURS, loc. adv. En sens contraire, il s'emploie au propre et au figuré. Marcher à rebours. Brosser du drap à rebours. Il prend tout au rebours.

À REBOURS DE, AU REBOURS DE, loc prép. À l'envers de, contrairement à. Au rebours, à rebours du bon sens. Il fait tout à rebours, au rebours de ce qu'on lui dit.

rebours

Rebours, adverb. acut. C'est à reculons, et a tousjours une preposition annexée, comme, A rebours, de rebours. Aucunesfois est nom adjectif, usité par metaphore, pour intraictable, difficile à estre conduict et gouverné, de moeurs aigres, comme, C'est un homme rebours, Asperis moribus, Intractabilis, c'est à dire, lequel au lieu d'aller avant, et estre persuasible, et s'accommoder à l'usage et façons communes, recule en arriere. Aucunesfois est substantif, et signifie la bourre lanice, laquelle avec pignes de fer appelez reboursoirs, les tondeurs reboursent le poil du drap premier que d'y applicquer les forces, ce qui est la premiere façon de la tonture des draps. L'energie de laquelle signification vient du primitif Rebours, qui signifie en arriere, Retro, retrosum, par ce que gratant le drap à tondre avec tels reboursoirs, le poil qui est couché à droict est remonté et reherissonné, affin que les forces l'attaignent pour le raser et tondre.

Rebours, Praepostere rhaibos, idem valet quod Obliquus, inuersus, Inde Rebours.

Couler au rebours, Retrofluere.

Qui fait tout au rebours de ce qu'il doibt faire, Praeposterus.

Tourner au rebours, Inuertere.

Qui vont au rebours l'un de l'autre, Diuersi.

Commencer à rebours, Ordinem retroagere, Praepostere incipere.

La chose est allée tout au rebours, Res in contrariam partem siue diametrum cessit. B.

Sont tournées à rebours, In contrarium cecidere.

rebours


REBOURS, adj. subst. et adverbe. [Re-bour, et devant une voyèle rebourz: 1re e muet.] L'adj. devrait avoir au fém. rebourse, mais il n' est pas usité. Trév. Il est dans le Dict. de l'Acad. sans aucune note ni de bâs ni de vieux. La Monn. Dans la dern. édit. elle avertit qu'il est du style familier. = Revèche, peu traitable. "Il est si rebours, que etc. "Esprit rebours. = S. m. Le contrepoil. "Prendre le rebours d'une étofe, pour la nétoyer. — Figurément (st. fam.) le contrepried, le contraire de.... "Vous vous trompez; c'est le rebours de ce que vous dites. "Il faut prendre le rebours de ce qu'il dit. Et plus familièrement encôre: tout ce qu'il fait est le rebours du bien. = À~ rebours, au rebours, adv. À~ contrepoil, à contre sens. Le 1er s'emploie sans régime; vergeter du drap à rebours, à rebrousse poil. Et figurément, il prend, il fait tout à rebours. On dit aussi à rebours de poil; et alors il a un régime. Le 2d se dit avec la prép. de. "Il fait tout au rebours de ce qu'on lui dit. — Il s'emploie plus ordinairement au fig., et quelquefois sans régime. Rousseau dit de ses ouvrages et de ceux de ses Censeurs.
   Vous vous tuez à chercher dans les nôtres
   De quoi blâmer, et le trouvez fort bien:
   Nous, au rebours, nous cherchons dans les vôtres
   De quoi louer, et nous n'y trouvons rien.

Synonymes et Contraires

rebours (à)

adverbe rebours (à)
Traductions

rebours

[ʀ(ə)buʀ]
à rebours adv → the wrong way