rebrouiller

REBROUILLER

(re-brou-llé, ll mouillées) v. a.
Mettre de nouveau pêle-mêle. Fig.
La femme était prête à s'offenser de se voir soupçonnée d'une telle indiscrétion ; mais, pour ne pas rebrouiller les choses qui allaient à un bon accommodement, elle promit de parler et de se taire à propos [ST-ÉVREM., le Prophète irland. p. 216]
Terme de brasserie. Remuer le grain.
Désunir de nouveau des personnes liées.
Il les rebrouillait le même jour qu'ils s'étaient raccommodés [BALZ., le Prince, 20]
Se rebrouiller, v. réfl. Entrer de nouveau en querelle.
Nous nous rebrouillâmes avec M. le Prince après sa liberté [RETZ, V, 408]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Rebrouiller [COTGRAVE, ]

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    REBROUILLER. Ajoutez :
    Se rebrouiller, entrer de nouveau en confusion.
    Les affaires de Bordeaux se rebrouillent [, Mlle de Scudéry, p. 233, par Rathery et Boutron, Paris, 1873]

rebrouiller

Rebrouiller, Remiscere, Denuo confundere, Iterum confundere vel permiscere. Aidez vous de Brouiller.

rebrouiller


REBROUILLER, v. a. Brouiller de nouveau.