recuit

recuit

n.m.
Chauffage d'un produit métallurgique, d'un verre, pour améliorer ses qualités.

RECUIT2

(re-kui) s. m.
Action de remettre au feu différents ouvrages.
Tandis que la surface de cette même masse, frappée du refroidissement, n'a pu, faute de recuit, prendre aucune solidité [BUFF., Min. t. I, p. 27]
Le recuit, qui consiste à chauffer modérément l'acier, et à le laisser ensuite refroidir lentement à l'air [BRISSON, Traité de phys. t. I, p. 35]
On modère par le recuit la propriété trop cassante de l'acier [ID., ib. t. II, p. 262]
Recuit du verre, action d'une température rouge sombre sur le verre.
Opération par laquelle le peintre sur verre ou en émail parfond ses couleurs en soumettant la pièce peinte à l'action du feu.
Mur de l'atelier fait de manière à résister au feu, et qui laisse de l'espace entre son pourtour et le parement de la fosse.
Partie pierreuse qu'on trouve dans la chaux mal faite.

ÉTYMOLOGIE

  • Recuit 1.

recuit

RECUIT, ITE participe Il signifie aussi, Extrêmement cuit. Cela est cuit et recuit.

Il se dit adjectivement, en Médecine, Des humeurs, des matières durcies, épaissies, échauffées, qui se trouvent dans le corps humain. Des humeurs recuites. Des matières recuites dans l'estomac. De la bile recuite.

recuit

RECUIT s'emploie aussi substantivement, et se dit de L'opération de recuire quelque ouvrage. Le fer forgé se convertit en acier par un recuit. On dit de même au féminin, Recuite. La recuite de la porcelaine, du verre, des métaux.

Traductions

recuit

Anlassen