renom

renom

n.m.
Opinion favorable, largement répandue dans le public : Un chirurgien qui doit son renom au grand succès de ses opérations célébrité, notoriété, renommée réputation

RENOM

(re-non) s. m.
Opinion que le public a d'une personne, d'une chose.
Ne vous acquérez pas par votre dureté Un renom odieux à la postérité [ROTR., Antig. II, 2]
Une petite fontaine sans nom et sans renom ; voilà où vous vous êtes baignée [SÉV., 19 août 1676]
Je ne veux rien d'un homme qui m'a donné le renom que je l'aimais toute seule [MARIV., l'Épreuve, SC. 21]
Si Richelieu eût été Italien, il aurait peut-être parmi nous, malgré les éloges de l'Académie, un aussi mauvais renom que le cardinal Mazarin, quoique d'un autre genre [DUCLOS, Œuv. t. VI, p. 36]
Absolument, célébrité. Un homme de renom.
Comme il est sans renom, elle est sans défiance [CORN., Cid, V, 4]
Romains, souffrirez-vous.... qu'un Romain s'efforce à tacher le renom D'un guerrier à qui tous doivent un si beau nom [ID., Hor. V, 3]

PROVERBE

    À beau se lever matin qui a le renom de dormir la grasse matinée.

SYNONYME

  • RENOM, RENOMMÉE. Ces deux mots, qui ne diffèrent que par un suffixe à forme de participe passif, sont synonymes en tant que signifiant l'opinion que le public a d'une personne. Mais, quand il s'agit de la voix publique qui annonce quelque chose, c'est renommée qu'on dit, et renom ne se dit pas.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Tuit cil [tous ceux] qui oïrent lor renon, si orent de lor [d'eux] paor [, Machab. I, 8]
  • XIIIe s.
    Ah ! gentis rois, quant Diex vous fist croiser, Toute Egypte doutoit vostre renon [QUESNES, Romanc. p. 100]
    ....L'estre et l'errement De la grant court de France au dous renom [HUES DE LA FERTÉ, ib. p. 182]
    Puis que dit l'as, je point n'en dot, Fet Renart, que tu es prodom ; Au mains en as tu le renon [, Ren. 5271]
    Encor est-il [Artus] de tel renom, Que l'en conte de li les contes Et devant rois et devant contes [, la Rose, 1186]
    Gens de mauvais renom [, Bibl. des chartes, 2e sér. t. III, p. 426]
  • XVIe s.
    Ceux qui meurent sans renom, Et desquels la sepulture Presse sous mesme closture Le corps, la vie et le nom [RONS., 752]
    Quant à moy, j'ayme mieux trente ans de renommée, Jouyssant du soleil, que mille ans de renom, Lorsque la fosse creuse enfouyra mon nom [ID., 785]
    On n'a pas veu sortir de Macedoine, ny de Perse, aulcun orateur de renom [MONT., I, 381]
    Bon renom vaut un heritage [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 252]
    Une fois en mauvais renom, jamais puits n'est estimé bon [ID., ib. p. 432]

ÉTYMOLOGIE

  • Re..., et nom ; provenç. et catal. renom ; espagn. renombre ; portug. renome.

renom

RENOM. n. m. Réputation; opinion que le public a d'une personne, d'une chose. Un homme de grand renom. Cet exploit lui acquit un grand renom. Il s'est fait un mauvais renom. Une ville de grand renon. Employé tout seul, il se prend ordinairement en bonne part. C'est un écrivain en renom.

renom

Renom, ou renommée, Fama, Claritudo, Claritas, Nomen opinio.

Bon renom ou bruit, Secunda fama.

Bon renom bien entretenu, AEquabilis fama.

Qui a bon renom, Famae commendatioris homo.

Un homme de renom, Luculentus homo.

Mauvais renom de deshonneur, Nota.

Qui a mauvais renom, Infamis.

Acquerir renom, Assequi nomen.

Garder son bon renom, Famae suae seruire.

Gaster le bon renom d'autruy, Atterere famam alicuius.

Oster à quelqu'un son bon renom, Auferre nomen alicui.

De grand renom, Inclytus.

Il n'y a rien apportant loz de si grand renom que, etc. Nihil est ad laudem illustrius, quam calamitas ipsa.

renom


RENOM, s. m. RENOMMÉE, ou RENOMÉE, s. f. RENOMMER, ou RENOMER, v. act. [Renon, nomé-e, : 1re e muet, 3e é fer.] Dans le sens de réputation, les deux substantifs s'emploient presque indiféremment; cependant renomée est plus noble que renom. "Bon ou mauvais renom. Bonne ou mauvaise renomée.
   Alors sa juste renomée,
   Répandûe au-delà des Mers,
   Jusqu'aux deux bouts de l'Univers,
   Avec éclat sera semée.
       Rouss.
Dans l'emploi de ces deux mots, il y a aussi des diférences. On dit, homme de renom, de grand renom; femme de mauvais renom; qui a un mauvais renom. On ne dit point, homme de renomée, etc. Au contraire, on dit, noircir, ternir la renomée, nuire, faire tort à la renomée. On ne dirait pas renom dans ces phrâses. = L'Académie remarque que, quand renom est mis tout seul, il se prend ordinairement en bone part. Voy. RÉPUTATION. = Renomée signifie aussi le bruit publics, la voix publique: renom n'a pas ce second sens. "Être instruit de quelque chôse, l'aprendre par la renomée. = Les Poètes font de la Renomée une Déesse, un personage allégorique. Ils lui donent cent yeux et cent voix. "Les trompettes de la renomée.
   Son nom vole dans l'univers
   Sur les ailes de la renomée.
   Déja, dit-elle au Roi, la promte Renomée,
   De ces revers sanglans m'a souvent informée;
   Mais sa bouche indiscrète en sa légèreté,
   Prodigue le mensonge avec la vérité.
       Henriade.
Rem. Renomée n'a de pluriel que quand on parle en peintûre, des figûres de la Renomée. "Voilà des Renomées excellentes. Wailly.
   RENOMER, n'est actif qu'avec le verbe Faire. "Les belles actions de ce Prince l'ont fait renomer par toute la terre. "Il s'est fait renomer part tout. Même avec cet acompagnement, il ne régit que les persones. Deux Poètes modernes le font tout simplement act. et lui font régir les chôses. M. D. L. H. dans ses Conseils à un jeune Poète:
   Ainsi croît et s'étend le talent qu'on renomme.
Et M. de Murville, dans son Epître à Voltaire:
   Nuls vers que l'on renomme,
   Ne m'ont acquis le droit de louer un grand homme.
Ces autorités ne sufisent pas pour faire admettre cette expression. Il est pourtant à souhaiter que l'usage lui soit favorable; car elle peut être utile, aux Poètes sur-tout, à qui quelquefois elle peut fournir une rime, qu'âilleurs ils chercheraient peut-être en vain. = Le participe passif est usité depuis long-tems. "Renomé parmi les Savans. "Homme renomé par ses vertus. "Lieu renomé pour les bons vins. = Se renomer de quelqu'un: c'est se servir de son nom auprès d'un aûtre. "Il s'est renomé de vous. "Il est bien hardi de se renomer de moi. Je ne le conais point. "Les Protestans se renoment des Vaudois; c. à. d. les regardent comme leurs prédécesseurs, et faisant cause comune avec eux. Il n'y a pas de quoi en tirer vanité.

Synonymes et Contraires

renom

nom masculin renom
1.  Littéraire. Opinion du public sur.
2.  Opinion favorable.
ombre, oubli -littéraire: obscurité.
Traductions

renom

renown, fame, reputeשם (ז)vermaardheidизвестен著名berømt (ʀənɔ̃)
nom masculin
fait d'être connu
très connu et très bon un restaurant de renom

renom

[ʀənɔ̃] nmrenown
de renom [écrivain, artiste] → renowned
un vin de grand renom → a very renowned wine