rente


Recherches associées à rente: rente viagère

rente

n.f. [ du lat. reddita, choses rendues, de reddere, rendre, donner en retour ]
1. Revenu régulier que l'on tire d'un capital ou d'un bien : Vivre de ses rentes.
2. Emprunt de l'État sur lequel on touche des intérêts.
3. Somme d'argent versée régulièrement à qqn : Servir une rente à des personnes âgées pension, retraite
Rente de situation,
avantage tiré du seul fait que l'on a une situation protégée ou bien placée.

RENTE

(ran-t') s. f.
Revenu annuel. Il vit de ses rentes. Il n'a ni fonds ni rentes.
Un bénéfice de 4000 livres de rente [PASC., Prov. XI]
C'est (avec les deux mille écus de dame de la reine, qu'elle a toujours) vingt-un mille livres de rente qu'elle aura tous les ans [SÉV., 25 déc. 1679]
Tel, avec deux millions de rente, peut être pauvre chaque année de cinq cent mille livres [LA BRUY., VI]
L'éloquence menait à tout dans les républiques des Grecs et dans celle des Romains ; et il était aussi avantageux d'être né avec le talent de bien parler, qu'il le serait aujourd'hui d'être né avec un million de rentes [FONT., Anc. et mod.]
Il n'y a que les sots qui vivent de leurs rentes ; les habiles gens vivent de celles d'autrui [DANCOURT, Déroute du pharaon, sc. 3]
J'ai en France soixante mille livres de rente [VOLT., Lett. au roi de Pr. 27 mars 1759]
Mais, dites-vous, il avait donc des rentes ! Eh ! non, messieurs ; il logeait au grenier [BÉRANG., Ém. Debr.]
Ce qui est dû annuellement pour un fonds aliéné, cédé ou affermé. Rente foncière. Bail à rente. Rente de bail, d'héritage. Rente en grain, envin. Rente en espèces.
Comme sur un bon fonds de rente et de recettes [RÉGNIER, Sat. XI]
Prenez le titre [d'une terre noble, d'un fief], et laissez-moi la rente [LA FONT., Fauc.]
Pour vous, dit Euthyphron, vous êtes riche, ou vous devez l'être : dix mille livres de rentes et en fonds de terre, cela est beau, cela est doux, et l'on est heureux à moins ; tandis que lui qui parle ainsi a cinquante mille livres de revenu, et croit n'avoir que la moitié de ce qu'il mérite [LA BRUY., V]
N'allez pas croire que je n'aie sacrifié qu'à l'agréable, j'y ai joint l'utile, et Ferney est devenu une terre de sept à huit mille livres de rente, dans le pays le plus riant de l'Europe [VOLT., Lett. Mme de Fontaine, 5 nov. 1759]
Deux chapons de rente, l'un gras et l'autre maigre, voy. CHAPON.
En économie politique on appelle rente de la terre, ou, simplement, rente, la part des produits afférente au propriétaire, déduction faite des frais et des profits du travail et du capital appliqué.
Qu'est-ce que la rente du sol ? la mesure de la supériorité de force productive d'un sol comparé à d'autres sols, c'est-à-dire l'excédant de produits que donne ce sol contre une somme égale de travail et de capital qui lui est confiée [E. LEVASSEUR, Cours d'économie, p. 57]
Bêtes de rente, bêtes qu'on entretient pour tirer un revenu de leurs produits, viande, laine, croît, lait, etc. par opposition aux bêtes de travail.
Ce qui est dû annuellement pour une somme d'argent aliénée par contrat de constitution. Rente constituée. Rente à quatre, à cinq pour cent.
Une rente viagère sur la tête d'un enfant d'un an vaut le double d'une rente viagère sur une personne de quarante-huit ans [BUFF., Prob. de la vie, Œuv. t. X, p. 258]
La rente constituée en perpétuel est essentiellement rachetable [, Code Nap. art. 1911]
La rente viagère peut être constituée au taux qu'il plaît aux parties contractantes de fixer [, ib. art. 1976]
La rente viagère ne s'éteint pas par la mort civile du propriétaire ; le paye ment doit en être continué pendant sa vie naturelle [, ib. art. 1982]
Absolument. La rente constituée par l'État. La rente est au-dessous du pair. Acheter de la rente. Rentes perpétuelles ou rentes de l'hôtel de ville, celles qui avaient été fondées par François Ier lors des revers essuyés dans le Milanais en 1521.
À votre avis, [ceux qui viendront après nous] l'aimeront-ils ou l'estimeront-ils moins [Richelieu], à cause que, de son temps, les rentes sur l'hôtel de ville se seront payées un peu plus tard ? [VOIT., Lett. 74]
Les rentes de l'hôtel de ville de Paris sont particulièrement le patrimoine de tous ceux qui n'ont que médiocrement de biens [RETZ, Mém. t. II, liv. III, p. 88 dans POUGENS]
Le comte Maurice de Nassau, en partant de la Haye pour aller commander l'infanterie hollandaise, me demanda si on lui confisquerait les rentes qu'il avait sur l'hôtel de ville de Paris : On vous payera, lui dis-je, précisément le même jour que le comte Maurice de Saxe, qui commande l'armée française [VOLT., Pol. et lég. Pens. sur l'adm. publique.]
Beaucoup de bourgeois, qui se croient de bonnes têtes dans leur quartier, pensent que tout va bien dans l'univers, pourvu que les rentes sur l'hôtel de ville soient payées [ID., Mél. litt. à M. Dupont.]
Rente portable, quérable, voy. ces mots
Anciennement. Rente inféodée, rente assignée sur des fiefs, par opposition à rente roturière.
Par extension, certaines charges qu'on s'impose à soi-même, et qui sont presque périodiques. Il donne beaucoup, c'est une rente pour les pauvres de son quartier.
S'il [le prince] ne veut plus que sa bonté soit une rente et un revenu certain aux rebelles, s'il se lasse d'épuiser ses coffres pour soudoyer les armées de ses ennemis.... [BALZ., De la cour, 5e disc.]
En sens inverse, certains profits qui sont presque périodiques.
Ce nous est une douce rente que ce monsieur Jourdain, avec les visions de noblesse et de galanterie qu'il est allé se mettre en tête [MOL., Bourg. gent. I, 1]

SYNONYME

  • RENTE, REVENU. Dans le sens primitif et propre, rente est absolument synonyme de revenu annuel. L'usage y a introduit cette différence que rente se dit surtout des revenus que procure un bien-fonds ou une somme d'argent placée, et uniquement du revenu annuel que l'État paye à ses créanciers. De plus, revenu aujourd'hui comprend tout ce qu'on reçoit, tandis que rente ne comprend pas ce que l'on gagne actuellement par son travail. Un employé a un traitement de 5 000 francs et 3 000 francs de rente ; c'est 8 000 francs de revenu.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    L'arcevesque Thomas ad esté mis [mon] servanz, Mes rentes ad cueilleites [levées] tutes par plusurs ans [, Th. le mart. 33]
  • XIIIe s.
    Les gens du païs se tornerent tuit à aus [eux], et commencierent tuit à aporter as nostres leur rentes, leur avoirs et leur gaaings [VILLEH., CXXII]
    Margiste li fera recevoir tel rente [lui fera recevoir tel mauvais coup].... [, Berte, X]
    Ou s'il est tex [tel] qu'il sache vivre De ce que sa rente li livre [, la Rose, 5058]
    C'est bien de l'office au bailli qu'il vende les rentes et les issues de le [la] terre son segneur [BEAUMANOIR, I, 17]
    Et aussi li jugement qui sont fet por cozes engagiées ou por rentes à vies ne poent pas estre mis à execussion [ID., VII, 2]
    L'en fait moult de sel en ceste cité, qui en donne à plus de quarante autres citez, dont le grant kaan a moult très grans rentes [MARC POL, p. 463]
  • XVe s.
    LX mil livres de rente [COMM., II, 5]
  • XVIe s.
    On les bailloit [les terres conquises] à ferme ou à rente aux pauvres citoyens qui n'avoient point d'heritages [AMYOT, les Gracques, 10]
    Les rentes sont reelles et immobiliaires ; les arrerages, personnels et mobiliaires [LOYSEL, 506]
    Toute rente constituée en grain ou autre espece est reductible à argent [ID., 510]
    Rentes constituées à deniers sont rachetables à toujours [ID., 511]
    Quand nous regardons dans nos papiers rentiers, nous y voyons un escrit de grosses rentes qu'on nous doit : il y en a aussi une très grande quantité de petites, d'un double et d'un liard [LANOUE, 150]
    Il a un grand train, un beau palais, tant de credit, tant de rente [MONT., I, 324]
    Toutes personnes de franche condition peuvent vendre et constituer rentes heritieres et viageres sur eux et leurs biens [, Coust. génér. t. I, p. 768]
    Mieux vaut reigle que rente [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Rendre : proprement ce que l'on rend. Berry, rende ; wallon, reintt ; provenç. renta, rerda ; espagn. renta ; portug. renda ; ital. rendita.

rente

RENTE. n. f. Revenu annuel. Il a trente mille francs de rente. Il vit de ses renies.

Il se dit spécialement de Ce qui est dû tous les ans pour un fonds aliéné, cédé ou affermé. Rente foncière. Bail à rente. Rente en grains, en vin. Rente en espèces. Il vieillit.

Il se dit aussi de Ce qui est dû annuellement pour une somme d'argent aliénée par contrat. Rente à quatre, à cinq, à six pour cent. Rente annuelle et perpétuelle. Rente sur la banque de Londres. Rente sur des particuliers. Rente rachetable, non rachetable. Rente viagère. Rente à fonds perdu. Contrat de rente. Constitution de rente. Racheter, rembourser, amortir une rente. S'affranchir d'une rente. Acheter, vendre, créer, saisir, arrêter une rente. On lui a prêté cinquante mille francs, dont il fait la rente, dont il paie la rente. La rente court du jour de la signature du contrat. Rente réductible. Faire réduire une rente qui est à un taux trop élevé. Caution d'une rente. Garantir une rente. Arrérages d'une rente. Rente prescrite. Créancier d'une rente. Débiteur d'une rente. Rente bien assurée, mal assurée. Rente payable par quartier, par trimestre, par semestre. Cette rente est payable à telle époque de l'année.

RENTE se dit absolument pour désigner la Rente constituée par l'État. Rente à cinq pour cent, à trois pour cent. Rente amortissable. Un litre de rente. Le taux de la rente. La rente monte, est en hausse. La rente baisse, est en baisse. La rente est au-dessous du pair. Acheter de la rente. Payer en rentes. Transférer des rentes. Conversion des rentes.

Rente se dit figurément d'une Somme qu'on s'engage à verser à des échéances fixes. Au lieu d'un capital, il a donné une rente en dot à sa fille. Faire une rente à un vieux domestique.

Il se dit, par extension, de Certaines charges qu'on s'impose à soi-même et qui reviennent à peu près périodiquement. Il ne cesse de donner à ces pauvres gens : c'est une rente.

Rente du sol, en termes d'Économie politique, se dit pour désigner le Produit net de la terre.

rente

Rente, f. Vient de rendre, aussi dit on, cet heritage rend tant, c'est à dire, baille tant de profit. Et parce Rente est proprement le profit, qu'un heritage rend à son maistre pour les labeurs et semences, ou autres amendemens y faicts. Mais on veut à present appeler Rente, cela sans plus qui revient de certain au seigneur nombré, mesuré, ou poisé, sans diminution par chacun an, et l'approprier aux rentes feodales, à la difference de Revenu, qu'on ne veut estre en toutes années de pareil nombre, poix ou mesure, et renger aux revenus roturiers. Quoy qu'il en soit, c'est en Latin, Annuus prouentus.

Rente constituée sur heritage, c'est quand l'heritage est chargé de la rente par bail d'iceluy heritage, c'est en iceluy baillant, ou vendue et constituée sur iceluy heritage, de façon que l'heritage tire ceste charge réelle quant et luy en quelque main qu'il aille, et ceste rente est censée immeuble et heritage tant qu'elle soit racheptée.

Rente constituée à pris d'argent, sur maisons ou heritages, c'est rente constituée au denier douze.

Constituer rente sur les heritages, Praedia oppignerare annua pensitatura, B.

La rente ne court plus, Consistit vsura, B. ex Cic. voyez Courir.

Maison qui doit rente, Vectigalis domus, B.

Rente pour interest et usure, voyez Interest, et Usure, en User.

Vivre de ses rentes, Subsidiis patrimonij se sustentare, B.

rente


RENTE, s. f. RENTER, v. act. RENTIER, IèRE, s. m. et f. [Rante, , tié, tiè-re. 1re lon. 2ee muet au 1er, é fer. au 2d et au 3e, è moy. et long au dern.] Rente, est 1°. en général, revenu annuel: "Il vit de ses rentes. "Il a dix mille livres de rente. = 2°. En particulier, ce qui est dû tous les ans, à caûse d' un fonds aliéné. Rente en grains, en vin, en espèces, en argent. Rente féodale, foncière, etc. = 3°. Ce qui est dû annuellement pour une somme d'argent, placée à constitution. Rente au denier vingt, ou vingt-cinq, etc.
   On dit, proverbialement, de ceux qui viènent demander à des tems réglés, qu'ils se sont constitués une rente.
   RENTER, c'est assigner un certain revenu à, etc. "Renter un Couvent, un Collège, une Comunauté. = Renté, qui a des rentes. "Comunauté bien rentée. = Qui a du bien. "Il est bien renté: il est riche.
   RENTIER, qui a des rentes constiutées sur une Comunauté. = Qui doit des rentes Seigneuriales. = En certaines Provinces, on dit rentier, pour fermier d'un héritage. Ce mot n'est pas français en ce sens.

Traductions

rente

Einkommen, Renteincome, annuity, return, interest, revenue, pensionrente, jaargeld, staatsobligatieאנונה (נ), גמלה (נ), קצבה (נ), רנטה (נ), שסע (ז), קִצְבָּה, גִּמְלָהράνταrendita年金anuitníannuitet연금 (ʀɑ̃t)
nom féminin
1. revenu toucher une rente
2. somme d'argent que l'on doit donner à qqn verser une rente

rente

[ʀɑ̃t] nf
(= revenu) [capital] → income
avoir des rentes → to have a private income
vivre de ses rentes → to live off one's private income
(= pension) → pension, annuity
rente viagère → life annuity