repartie

Recherches associées à repartie: repartir

repartie

[ rəparti ou reparti] n.f.
Réponse vive et spirituelle : Sa repartie a fusé réplique, riposte le sens de l'à-propos

repartie


répartie

(ʀepaʀti)
nom féminin
faculté de répondre rapidement et avec pertinence avoir de la repartie

REPARTIE

(re-par-tie) s. f.
Réplique, réponse.
Tout ce que vous alléguez ici, ne me semble pas tant des objections que quelques murmures qui n'ont pas besoin de repartie [DESC., Rép. aux 5es. object. 14]
Mais l'offensante aigreur de chaque repartie Dont vous... [MOL., Femmes sav. IV, 3]
Celui qui est d'une éminence au-dessus des autres, qui le met à couvert de la repartie, ne doit jamais faire une raillerie piquante [LA BRUY., V]
Pittacus avait les reparties promptes et vives [FÉN., Pittacus.]
De repartie en repartie Chacun se quitte en s'outrageant [LAMOTTE, Fabl. III, 17]
Ces reparties heureuses qui marquent également le coup d'œil vif de l'esprit et l'élévation du cœur [MAIRAN, Éloges, Card. de Polignac.]
Un Achéen nommé Arcadion, homme d'esprit et prompt à la repartie [BARTHÉL., Anach. ch. 61]
Des reparties aussi promptes que l'éclair laissent après elles tantôt une lumière vive, tantôt la haute opinion qu'ils [les Spartiates] ont d'eux-mêmes et de leur patrie [ID., ib. ch. 48]
La crainte d'une repartie spirituelle et piquante est, dans le monde, le frein le plus sûr de l'impertinence et de la méchanceté [GENLIS, Mlle de la Fayette, p. 110, dans POUGENS]
On parlait de généalogie devant M. de Catinat : "Pour moi, dit-il en souriant, je descends de Catilina." De Caton, monseigneur, lui répondit quelqu'un ; l'heureuse repartie ! [MARMONTEL, Œuv. t. V, p. 141]
N'avoir de repartie à.... sinon que.... n'avoir rien à répondre ....si ce n'est que.
À de telles raisons je n'ai de repartie, Sinon que c'est à moi de rompre la partie [CORN., la Suiv. V, 1]
Sans repartie, sans qu'il soit possible de répondre, sans conteste.
Sans repartie, La femme est toujours femme, et jamais ne sera Que femme, tant qu'entier le monde durera [MOL., le Dép. IV, 2]
Pompone les avait souvent mis [Louvois et Colbert] sans reparties, lorsqu'ils avaient hasardé de le contredire [SAINT-SIMON, 71, 164]
On dit dans le même sens : qui ne souffre pas de repartie.
Ce ministre [M. Basnage] croit tout sauver en dissimulant ce qui ne souffre point de repartie [BOSSUET, Déf. var. 1er disc. 18]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Celui qui siens est tous, Ki pas n'enquiert departie De sa douce repartie, De sa douce compaignie [, Mss. de poésie franç. av. 1300, t. III, p. 1080, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Après plusieurs reparties très aigres, il se leva de table, outré de dépit et de colere [D'AUB., Vie, XLVI]

ÉTYMOLOGIE

  • Repartir 1.

repartie

REPARTIE. n. f. Réplique, prompte réponse faite de vive voix. Faire une repartie brusque, plaisante, fine, vive, juste, spirituelle. Il est prompt à la repartie. Il a de la repartie. Il a des reparties charmantes.

repartie


REPARTIE, s. f. REPARTIR, v. act. et n. [Suivant l'Acad. la 1re est un e muet. Plusieurs mettent un accent sur l'e, Répartie, Répartir. D'autres distinguent répartir, répliquer, de repartir, partir de nouveau.] Repartie, réplique. Bone repartie. "Cela est sans repartie. "Il est prompt à la repartie. Voy. RÉPONSE. = Repartir, est 1°. Répliquer. "Il ne lui a reparti que des impertinences, que par des injûres. "Qu'avez-vous à repartir à cela? = 2°. Retourner, ou partir de nouveau. "À~ peine étais-je arrivé que je fus obligé de repartir.

Synonymes et Contraires

repartie

nom féminin repartie
Réponse spirituelle.
réplique, riposte -littéraire: saillie, trait.
Traductions