reposée

REPOSÉE

(re-pô-zée) s. f.
Lieu où les bêtes fauves se reposent pendant le jour.
À reposées, loc. adv. En se reposant de temps en temps.
J'aperçus plusieurs personnages qui tiraient une grosse corde à reposées, et suaient à grosses gouttes, tant leur travail était grand [, Francion, III, p. 100]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    ....quatre vilein m'ont trové, Qui m'ont batu à reposées [, Ren. 23297]
    Et à cescune reposée [station] faisoit-on une crois où li ymage de lui est figurée [, Chr. de Rains, 162]
    Cil l'empire [gâte le chemin].... qui coupe les arbres qui furent planté por les reposées et por avoir ombre [BEAUMANOIR, XXV, 12]
  • XIVe s.
    Se la reposée du cerf est bien foulée et longue [, Modus, f° IX]
  • XVe s.
    Marcha atout sa bataille en très belle ordonnance, en approchant ses ennemis ; puis fist une reposée [J. LEFEVRE DE ST-RÉMY, Hist. de Charles VI, p. 92, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Il commanda de rechef que l'on marchast, non point le petit pas ny à reposées, ains viste et roide [AMYOT, Crass. 44]
    La bauge du sanglier, du cerf la reposée [D'AUB., Tragiques, Princes.]

ÉTYMOLOGIE

  • Reposé.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    REPOSÉE. Ajoutez :
    Pause, intervalle.
    Quand je verrai quelqu'un s'acheminer à quelque entreprise louable, tant plus il se bandera sans vouloir faire de reposées, tant plus je me ravirai de le regarder [MALH., Lexique, éd. L. Lalanne.]

reposée

REPOSÉE. n. f. T. de Chasse. Lieu où une bête fauve se repose. Ils ont trouvé le cerf à la reposée.