respect

respect

[ rɛspɛ] n.m. [ lat. respectus, égard, de respicere, regarder en arrière ]
Sentiment qui porte à traiter qqn, qqch, avec de grands égards, à ne pas porter atteinte à qqch : Il témoigne du respect à ses professeurs
déférence ; irrespect : Le respect des traditions
Respect humain [rɛspɛkymɛ̃],
crainte que l'on a du jugement d'autrui.
Sauf votre respect ou avec le respect que je vous dois,
sans vouloir vous offenser : Je dois vous dire, sauf votre respect, que votre attitude est dangereuse.
Tenir qqn en respect,
le menacer avec une arme.

respects

n.m. pl.
Témoignages, marques de déférence ; hommages : Je vous présente mes respects.

RESPECT

(rè-spè ; la prononciation varie ; " le c ni le t ne se prononce, dit Chifflet, Gramm. p. 208, prononcez comme effet. " C'est la meilleure prononciation ; cependant plusieurs prononcent rè-spèk ; en tout cas le t ne sonne jamais ; au plur. des rès-pè ; respects rime avec traits, succès, etc.) s. m.
Considération, motif (sens qui est le sens propre du latin respectus, mais qui a vieilli).
D'où vient, pour son respect, que l'on te voit contraindre ? [RÉGNIER, Élég. II]
Il me suffira de vous dire que plusieurs respects me rendent chère votre personne [BALZ., liv. VIII, lett. 6]
Mon feu qui t'offensait est demeuré couvert ; Et, si cette beauté malgré moi l'a fait naître, J'ai su, pour ton respect, l'empêcher de paraître [CORN., la Veuve, III, 1]
Et l'intérêt d'un frère est un respect trop fort, Pour n'oser voir en vous que l'auteur de sa mort [TH. CORN., Les illustres ennemis, IV, 2]
Égard, relation, rapport. Cette proposition est fausse sous divers respects.
L'idée au respect de laquelle être objectivement ne signifie autre chose que.... [DESC., Rép. aux premières object. 3]
On entend encore quelquefois des vieillards de la campagne dire : au respect de, au lieu de : à l'égard de.
Déférence que l'on a pour quelqu'un ou pour quelque chose, au sens actif, c'est-à-dire exprimant le respect ressenti par.
Portez-lui [à votre frère] ce respect de croire que, quoi que la fortune vous ôte, vous aurez toujours assez, tant qu'elle vous le conservera [MALH., Lett. I, 7]
Timide en son respect, semblait sainte Nitouche [RÉGNIER, Sat. XII]
Surtout, je vous prie, qu'une fausse prudence ne vous retienne point dans de certains respects [BALZ., liv. III, lett. 11]
Pardonnez-moi, madame, Si je sors du respect pour blâmer cette flamme [CORN., Cid, I, 3]
Portez plus de respect à de tels alliés [ID., Nicom. II, 3]
Par de profonds respects, par d'humbles sacrifices [ID., Sertor, II, 4]
Je n'ai jamais vu une personne qui ait conservé dans le vice si peu de respect pour la vertu [RETZ, Mém. t. I, liv. II, p. 302, dans POUGENS]
Manquer de respect pour les vérités révélées [PASC., Prov. X]
Le respect est : incommodez-vous ; cela est vain en apparence, mais très juste ; car c'est dire : je m'incommoderais bien, si vous en aviez besoin, puisque je le fais bien sans que cela vous serve [ID., Pens. V, 11, éd. HAVET.]
Aux grandeurs d'établissement, nous leur devons des respects d'établissement, c'est-à-dire certaines cérémonies extérieures.... mais pour les respects naturels, qui consistent dans l'estime, nous ne les devons qu'aux grandeurs naturelles [ID., Condition des grands, II]
Il reçut tous les respects qu'on lui voulut rendre [ID., ib. I]
Il était là ce héros [Condé, à l'oraison funèbre de Mme de Longueville].... et beaucoup de monde, mais pas encore assez ; il me semble qu'on devait rendre ce respect à M. le Prince sur une mort dont il avait encore les larmes aux yeux [SÉV., 12 avr. 1680]
Duval ayant dit quelque chose qui manquait de respect à la princesse [de Condé] [ID., 23 janv. 1671]
Jamais homme ne craignit moins que la familiarité blessât le respect [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
Quel respect n'avait-elle pas pour le vicaire de Jésus-Christ et pour tout l'ordre ecclésiastique ! [ID., Mar.-Thér.]
Marie-Thérèse, heureuse par le mérite et par les respects de ses enfants, et par la vénération de tous les peuples [ID., ib.]
T'ai-je tracé la vieille à morgue dominante, Qui veut, vingt ans encore après le sacrement, Exiger d'un mari les respects d'un amant ? [BOILEAU, Sat. X]
Le prélat voit la soupe, et, plein d'un saint respect, Demeure quelque temps muet à cet aspect [ID., Lutr. I]
Que pour les dieux Énée ait un respect austère [ID., Art p. III]
J'ai tantôt, sans respect, affligé sa misère [RAC., Iphig. III, 4]
Joas : Mon père, en quel état vous vois-je devant moi ! - Joad prosterné : Je vous rends le respect que je dois à mon roi [ID., Ath. IV, 2]
Mon fils, avec respect posez sur cette table De notre sainte loi le livre redoutable [ID., ib. IV, 1]
Soumis avec respect à sa volonté sainte, Je crains Dieu, cher Abner, et n'ai point d'autre crainte [ID., ib. I, 1]
Je fuis de leurs respects l'inutile longueur [ID., Bér. I, 4]
Rien ne servit mieux Rome que le respect qu'elle imprima à la terre [MONTESQ., Rom. 6]
J'ai toujours pensé que leur respect [des Chinois] pour leurs ancêtres, qui est chez eux une espèce de religion, était une paralysie qui les empêchait de marcher dans la carrière des sciences [VOLT., Lett. chin. V]
Cette saine philosophie qui a fait tant de progrès depuis quarante ans, philosophie sublime et circonspecte, qui apprend à ne donner que des respects extérieurs à toute espèce de grandeurs et de puissances, et à réserver les respects véritables pour les talents et pour les services [ID., Russie, II, 3]
Un respect aveugle serait superstition ; la vraie religion suppose au contraire un respect éclairé [BUFF., Époq. nat. Œuv. t. XII, p. 42]
Le respect n'est autre chose que l'aveu de la supériorité de quelqu'un [DUCLOS, Consid. mœurs, 14]
Ainsi, prêtant sa force au saint nœud qui nous lie, Le respect pour les morts gouverne encor la vie [DELILLE, Imag. VII]
Le respect d'étiquette, le seul qu'on doive à la naissance [GENLIS, Ad. et Th. t. I, p. 196, dans POUGENS]
Au sens passif, c'est-à-dire exprimant le respect ressenti pour. Le respect de l'enfance. Le respect des magistrats.
Tant que Galba vivra, le respect de son âge Du moins apparemment soutiendra son suffrage [CORN., Othon, III, 5]
Nous n'aurions rien à répliquer, et, pour le seul respect de la loi [de Dieu], nous devrions être disposés à tout [BOURDAL., Purif. de la Vierge, Myst. t. II, p. 183]
Combien de fois la vîtes-vous.... inspirer des sentiments de religion aux âmes les plus déréglées, et les retenir dans le silence et dans le devoir, moins par le respect de sa dignité que par l'exemple de sa modestie ! [FLÉCH., Mar.-Thér.]
Pour imprimer aux peuples le respect de celui qui doit soutenir les lois [FÉN., Tél. V]
La seconde chose qui favorise beaucoup les erreurs, est le respect de l'antiquité ; nos pères l'ont cru ; prétendrions-nous être plus sages qu'eux ? [FONTEN., Sur l'hist. Œuv. t. IX, p. 372, dans POUGENS]
J'ai fait céder mon zèle au respect des convenances [LAMOTTE, dans DESFONTAINES]
Garder plus de respect à quelque chose, le respecter davantage.
Gardons plus de respect aux droits de la nature [CORN., Rod. II, 4]
Perdre le respect, ne pas observer le respect que l'on doit.
Dites si je n'ai pas perdu la raison avec le respect que je vous dois [BALZ., liv. II, lett. 1]
Vous dites donc que M de Grignan m'embrasse : vous perdez le respect, mon pauvre Grignan [SÉV., 58]
Familièrement. Perdre le respect à quelqu'un, manquer de respect à quelqu'un. Se faire porter respect, de faire craindre. C'est un homme qui se fait porter respect.
Parlant par respect, sauf le respect que je vous dois, ou, simplement, sauf le respect, sauf votre respect, avec le respect que je vous dois, se dit quand on veut s'excuser de quelque parole qui pourrait choquer, ou paraître trop libre.
Madame, un homme en linge sale, crotté jusqu'à l'échine, et qui, sauf votre respect, a tout l'air d'un poëte, demande à vous parler [LESAGE, Gil Blas, III, 11]
Et vous, sauf votre respect, vous êtes le mortel le plus flegmatique [GOLDONI, Bourru bienfais. III, 2]
Je ne pouvais, sauf respect, faire mon grand tour sans l'assistance de ces deux messieurs [gendarmes] [P. L. COUR., Lett. II, 76]
De respect, avec un substantif qui précède, qu'il faut respecter.
Nous savons bien nous contraindre devant les personnes de respect [BOSSUET, 1er serm. jeudi de la sem. de la Pass. 1]
Lieu de respect, lieu où l'on doit se comporter respectueusement (locution vieillie). Les églises sont des lieux de respect.
Assurer quelqu'un de son respect, de ses respects, etc. formules de compliment.
L'occasion se présente de vous renouveler mes respects [BOSSUET, Lett. 1]
Je ne puis écrire à Châlons sans assurer Mme la duchesse de Noailles de mes très humbles respects [MAINTENON, Lettre au cardin. de Noailles, 1694]
Je fais mille salutations et respects à tous les habitants et habitantes de Moulezy [J. J. ROUSS., Lett. à Dupeyrou, septembre 1764]
Rendre, présenter son respect, ses respects à quelqu'un, lui rendre visite pour l'assurer de son respect.
J'ai eu l'honneur de lui rendre mes très humbles respects [BOSSUET, Lett. 156]
Bajazet étonné, rendit grâce à ses soins [de Roxane], Lui rendit des respects [RAC., Bajaz. I, 4]
Je suis avec respect, avec un profond respect, etc. formule par laquelle on termine ordinairement ses lettres à un supérieur.
Sans respect, sans avoir égard à.
Quoi ! l'on m'accusera sans respect de mon rang.... [DU RYER, Scévole, IV, 4]
Le nouveau gouverneur [Annibal] entreprit ouvertement de dompter l'Espagne sans aucun respect des traités [BOSSUET, Hist. I, 8]
Et change, sans respect de l'oreille et du son, Lycidas en Pierrot, et Philis en Toinon [BOILEAU, Art p. II]
Tenir en respect, dans le respect, contenir, imposer.
Il est vraisemblable que le roi fera aussi assembler quelques troupes des garnisons voisines, pour tenir les leurs en respect [PELLISSON, Lett. hist. t. I, p. 317]
Ses archers, qui, faisant briller à mes yeux la pointe de leurs hallebardes, me tinrent en respect jusqu'à son retour [LESAGE, Guzm. d'Alf. VI, 2]
Ces forces particulières tiennent en respect les générales [MONTESQ., Esp. X, 16]
Le saint géomètre [un protestant illuminé] choisit l'Église cathédrale de Saint-Paul [à Londres] pour faire sa démonstration [qu'il ressusciterait un mort].... des soldats furent placés pour contenir les vivants et les morts dans le respect [VOLT., Dict. phil. Fanatisme, V]
Élisabeth envoya une armée pour punir ces brigands, et tenir l'Écosse en respect [ID., Mœurs, 169]
Respect humain, crainte qu'on a du jugement et des discours des hommes, mauvaise honte.
Le respect humain est l'obstacle le plus fatal à la conversion de l'homme mondain [BOURDAL., Resp. hum. 2e avent, p. 391]
Qu'est-ce que ce respect humain qui nous arrête ? timidité et pusillanimité [ID., ib. p. 383]
Le respect humain qui fait que nous servons Dieu pour mériter l'estime des hommes, est bien plus rare que celui qui nous empêche de le servir de peur de la perdre [MASS., Carême, Resp. hum.]
Il change l'amour en dédain, Donne au mépris un air affable, Fait quitter Adonis pour écouter Vulcain ; Il mène au bal celui que la foi tyrannise ; Celui qui ne croit point, il le mène à l'église ; Ce monstre est le respect humain [DESMAHIS, Poés. p. 98, dans POUGENS]
On dit de même : le respect du monde.
Quand un aussi vain respect que celui du monde me fait oublier tous les droits et tous les intérêts du Dieu que j'adore [BOURDAL., Serm. sur la flagell. de J. C. 1]
Se disait de petits tabourets que les gens d'une naissance inférieure prenaient chez les grands.

REMARQUE

  • Cette phrase : Perdre le respect à quelqu'un ; ceux qui la condamnent veulent que l'on dise manquer au lieu de perdre, [VAUGEL., Rem. t. II, p. 855, dans POUGENS]
    Perdre le respect à quelqu'un : cette phrase, qui était si fort de la cour autrefois, et dont le duc de Guise use souvent dans ses Mémoires, a beaucoup perdu de sa faveur ; je ne sache pas de bon auteur qui l'emploie [BOUHOURS, Rem. p. 598]
    Cette locution, dit l'Académie, est peu usitée aujourd'hui.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Un droit que on dit le respect de S. Firmin, qui est tel que chascun bourgeois et bourgeoise de ladite ville [Amiens] nous doit chascun an trois deniers parisis, où que il demeure [DU CANGE, respectus.]
  • XVIe s.
    Je suis le plus ancien voirement, mais tu es le plus venerable, et celuy à qui l'on a plus de respect [AMYOT, Nicias, 27]
    Ariston tenoit qu'en substance il n'y avoit qu'une seule vertu, laquelle il appeloit santé, mais selon divers respects il y en avoit plusieurs differentes l'une de l'autre [ID., De la vertu mor. II]
    Nous, qui debvrions avoir respect d'en envoyer les ames [des condamnés] en bon estat [MONT., II, 128]
    Il ordonna que, sans respect de la noblesse, on choisist celuy qui auroit le plus de mérite ; mais où la valeur seroit pareille, qu'alors on eust respect à la noblesse [ID., III, 320]
    Il le voulut renvoyer d'abord par douces semonces, et puis par menaces ; mais le compagnon rompit le respect en disant, pour ne point obeir, qu'il estoit de faction [D'AUB., Vie, X]
    Le sceau du respect nous ferme la bouche [ID., Hist. préf. 7]
    Il avoit plusieurs capitaines catholiques qui, haïssant le parti, n'y estoient qu'à son respect [ID., ib. II, 284]
    Comme les deux perdoient le respect de la presence du roi et de son cousin, on se jeta entre deux [ID., ib.]
    En la cure des luxations faut observer cinq intentions ou respects [PARÉ, XIV, 6]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourg. respai ; wallon, à respè, à cause ; provenç. respieg, respiech, respieit, respeit ; catal. respecte ; espagn. respecto ; portug. respeito ; ital. rispetto ; du lat. respectus, qui signifie action de regarder derrière soi, d'où égard, motif, de re, et specere, regarder (voy. SPECTRE). Respect et répit sont deux formes d'un même mot.

respect

RESPECT. n. m. Vénération, déférence qu'on a pour quelqu'un, pour quelque chose, en raison du caractère, de la qualité, de l'âge. Grand respect. Profond respect. Respect religieux. Très humble respect. Avec respect. J'ai du respect, beaucoup de respect pour vous. Avoir du respect pour les choses sacrées. Vous lui devez le respect. C'est un homme dont la dignité commande le respect. Il mérite bien le respect qu'on a pour lui. Inspirer du respect. Sa présence impose le respect. Porter respect à quelqu'un. Manquer de respect à quelqu'un. Garder le respect. Perdre le respect. Sortir des bornes du respect. Formules de respect. Le respect des lois, des moeurs. Le respect des choses saintes, pour les choses saintes. Le respect du lieu, de la personne. Sans respect du nom qu'il porte, il se rendit coupable de cette action.

Sauf le respect que je vous dois ou simplement Sauf votre respect, sauf respect, avec le respect que je vous dois, Termes d'adoucissement dont on se sert, dans le style familier, quand on veut dire quelque chose qui pourrait choquer ceux devant qui on parle. Populairement, Parlant par respect.

Par forme de compliment, Assurer quelqu'un de son respect, de ses respects, de ses très humbles respects. On dit de même : Rendre ses respects, présenter son respect, ses respects à quelqu'un.

Je suis avec respect, avec un profond respect, etc., Formule par laquelle on termine ordinairement ses lettres à un supérieur, à une personne âgée, etc.

Porte-respect. Voyez ce mot à son ordre alphabétique.

Tenir quelqu'un en respect, Le contenir, lui imposer. C'est la crainte du châtiment qui le tient en respect. Cette citadelle tient l'ennemi en respect, tient la ville en respect.

Respect humain, Crainte, qu'on a du jugement et des discours des hommes; mauvaise honte. Il a fait cela par respect humain. Le respect humain fait commettre beaucoup de fautes.

respect

Respect, C'est à dire Regard, ou Esgard, ou Consideration.

L'excellence de dehors n'estoit rien au respect de ce qu'il voyoit, Prae eo quod videbat.

respect


RESPECT, s. m. RESPECTABLE, adj. RESPECTER, v. act. RESPECTUEUX, EûSE, adj. RESPECTUEUSEMENT, adv. [Rèspèk, table, , tu-eû, eûze, eû-zeman; les deux prem. è moy. le t ne se prononce jamais au 1er: 3e dout. au 2d, é fer. au 3e, 4e lon. aux trois dern.] Respect, aûtrefois, raport. "La même proposition est vraie ou faûsse, sous divers respects: c' est un latinisme: sub diverso respectu. "La terre n'est qu'un point, au respect du ciel. Au respect de, se dit encôre en Province. = Aujourd'hui, vénération, ou déférence qu'on a à cause de l'excellence d'une chose, ou de la qualité, du caractère d'une persone. "Avoir du respect pour les chôses sacrées, pour les chôses de la Religion. "Vous lui devez respect, ou du respect. "On doit porter honeur et respect à l'âge: garder le respect. Se tenir dans le respect, etc. Voy. VÉNÉRATION. "Le respect n'est aûtre chose que l'aveu de la supériorité de quelqu'un. Duclos. "Il y a deux sortes de respects; celui qu'on doit au mérite, et celui qu'on rend aux places, à la naissance. Id.
   Rem. 1°. Respect ne se dit guère au plur. L'usage a bani ce nombre de plusieurs mots, où on l'admettait aûtrefois. On dit: écrire, parler avec respect, avec un grand respect, et non pas avec des respects infinis, comme on le disait anciènement, et comme on le dit encôre en Province. "Luther avoit écrit à Érasme avec des respects qui tenoient de la bassesse. Bossuet. "À~ qui je dois tant de respects et d'obéissances. Mascaron. * M. l'Abé Royou critique ce pluriel, dans le discours de réception de M. le M.... "Le Philosophe qui sait s'afranchir des respects de tradition, prodigués à des chimères. Comme s'il y avoit plusieurs respects, dit le Critique. Suivant Th. Corn. et l'Acad. on dit également au sing. et au plur. "J'irai vous assurer de mon respect, ou de mes respects. Rendre ses respects, ses três-humbles respects. Ce sont des fomules de politesse. Avec assurer, il me semble que le sing. vaut mieux: avec rendre, il faut le plur. = Racine emploie respects pour devoirs.
   Et m'aquiter vers vous de mes respects profonds.
   Quoique respects et devoirs soient presque synonymes, dit l'Abé d'Olivet, on ne dit pas s'aquiter de ses respects, comme on dit, s'aquiter de ses devoirs. = 2°. On dit, porter respect, sans article. "On auroit porté respect à la dignité Impériale, comme à celle de Roi. Hénaut. "L'enfant s'acoutumera à porter respect à l'âge et à l'expérience. Th. d'Éduc. "Les Tartares ont, comme les Turcs, leurs mosquées et leurs gens de loi, à qui ils portent grand respect. LETT. ÉDIF. * Quelques-uns disent, porter du respect, ou un grand respect. Cela n'est pas si bien, quoiqu'on puisse le dire, à mon avis. * Pour, imprimer du respect, comme dit Bossuet, je ne le crois pas bon. "Sa vie sainte imprimoit du respect; je voudrais dire, imprimait le respect, ou bien, inspirait du respect pour lui. = 3°. Respect, régissant le génitif, forme un aûtre sens, que quand il régit la prép. pour: Avec le génitif, il a un sens actif; avec la prép. pour, il a un sens passif. Le respect d'un enfant, se dit de l'enfant qui respecte: le respect pour son père, se dit du père, qui est respecté.
   Sans respect des ayeux, dont elle est descendue.
       Boil.
En vers, je n'ôserais le blâmer; en prôse, je voudrais dire, sans respect pour les aïeux, etc. "Les Juifs croyoient être plus en sûreté par le respect du Roi des Parthes. FLEURY, Hist. Éccl. Est-ce donc que ce Roi respectait les Juifs. Ce n'est pas ce que l'Auteur veut dire: il entend, au contraire, que les Juifs se croyaient en sûreté par le respect qu'ils avaient pour ce Roi. Il falait donc la prép. pour, au lieu de la prépos. de: par leur respect pour le Roi des Parthes. = 4°. Perdre le respect à quelqu'un, est une expression qui déplaisait au P. Bouhours. "Cette phrâse, dit-il, qui étoit si fort de la Cour autrefois, a beaucoup perdu de sa faveur. Je ne sache pas de bon Auteur qui s'en serve. Vaugelas n'ôse la condamner, quoiqu'il dise que, manquer de respect est le plus sûr, si ce n'est le meilleur. En éfet, dans celui-ci, le verbe manquer, a son régime ordinaire; mais dans le 1er, perdre prend un régime que l'usage ne lui done pas. Dirait-on, perdre l'amitié, l'afection à quelqu'un, pour dire, perdre l' amitié, l'afection qu'on avait pour lui? Non sans doute; cela paraitrait bizârre: perdre le respect à, ne l'est pas moins. Sans régime, il paraît bon. "Vous perdez le respect. L'Académie ne le dit que de cette manière. Et pour, perdre le respect à, elle dit que cette phrâse vieillit. = Il faut donc dire, manquer de respect à, etc. "Une jolie femme met le désordre partout: vous êtes cause que mon fils me manque de respect. Dest. = Quelques-uns disent, sortir du respect. Celui-ci me parait un peu précieux. "Je ne pouvois chercher à sortir du respect, sans éprouver une contrainte, qui produisoit le même éfet. Duclos. "Vous sortez du respect que vous me devez, ma fille. Mariv. 5°. Tenir en respect, se dit ordinairement des persones. "Il tient tout le monde en respect. On le dit quelquefois d' une place de guerre, poure dire qu'elle empêche les courses des énemis, ou qu'ils craignent de l'ataquer. "Cette place tient l'énemi en respect. = Se faire porter respect, se dit d'un homme puissant, qui se fait craindre. Acad. On peut le dire par extension, d'un père, d'un supérieur, d'un maitre, qui se fait respecter de ses enfans, de ses inférieurs, de ses écoliers. = Sauf le respect, ou avec le respect que je dois à, est une formule de politesse, un adoucissement dont on se sert, quand on veut dire quelque chose qui pourrait choquer ceux devant qui l'on parle, "Sauf le respect ou, avec le respect que je dois à la compagnie, cela n'est pas exactement vrai. = Lieu de respect, lieu où l'on doit être dans le respect. "Les Églises, les palais des Rois sont des lieux de respect..
   RESPECT HUMAIN: les égards que l'on a pour les jugemens des hommes. "Agir par respect humain. "Le respect humain le retient. "Si le respect humain fait faire quelques bones actions, il en empêche encore un plus grand nombre. "Combien qui ne paraissent impies et incrédules que par respect humain.
   RESPECTER, c'est 1°. Honorer, révérer, porter respect. "Respecter la vieillesse, la qualité, la dignité, la persone, les Lieux Saints. "Je l'ai toujours honoré et respecté. = 2°. Figurément, épargner, ménager, avec le régime des chôses. "Ce sont d'illustres monumens, que le tems a respectés.
   L'Amour n'a pas toujours respecté la Nature:
   Je ne le sens que trop à mes transports jaloux.
       Rhadamiste.
  Vents, grêle, chaleur ou gelées,
  Tout sembloit respecter ses fruits et ses moissons.
       L'Abé Reyre.
= 3°. Se respecter, ne rien faire qui puisse faire tort à notre réputation. Cette expression est três-belle. "Une femme, qui ne s'est pas respectée, ne doit pas s'atendre à l'être. MARM. "Respectez-vous autant que je vous respecte. Id. Ces hommes (les gens de lettres) mieux conus et plus considérés, ont apris à se respecter et à se montrer avec la dignité qui leur convient. Marin. "Je me respecte trop, pour faire un pareil éclat. Dest.
   Je vois qu'Olban se respecte avec elle.
   Ah! c'est encore une douleur nouvelle.
   J'espèrerais, s'il se respectait moins.
       Nanine.
  RESPECTABLE, qui mérite du respect. "Persone respectable par son âge et par sa conduite. Bouhours en parle comme d'un mot nouveau, qui avait été três-bien reçu. "Un homme de bien est respectable par lui-même. = Quelques Écrivains ont fait régir le datif à respectable.
   Et crois que votre front prête à mon diadême
   Un éclat, qui le rend respectable aux Dieux même.
       Rac. Esther.
"Vos droits et vos intérêts ne lui ont pas été respectables. RÉVOL. ROM. "Qui ne sait combien la vie du citoyen fut précieuse et respectable à ce vrai patriote. Neuville. Or. Fun. du Maréch. de Belle-Isle. "Si, malgré les passions de l'homme, le ministère du Pontife lui est encore si respectable. L'Abé Boulogne. Ce régime ne plait pas autant dans les deux Prosateurs que dans le Poète. Il est mieux avec rendre qu'avec être, et mieux avec les noms qu'avec les pronoms.
   RESPECTUEUX, qui porte respect à; qui a du respect pour. "Homme, enfant respectueux. = Il régit la prép. envers. Il est respectueux envers ses parens, envers ses maîtres. Maimbourg et d'autres Auteurs du siècle dernier lui font régir le datif. "Humble, modeste, dévot, respectueux au Saint Siège. = Il se plait à suivre le subst. même quand il est sans régime.
   Ce Sanctuaire impénétrable,
   Où tes Saints inclinés, d' un oeil respectueux,
   Contemplent de ton front l'éclat majestueux.
       Rousseau.
  RESPECTUEûSEMENT, avec respect. "Parler, écrire respectueûsement à; vivre respectueûsement avec.

Synonymes et Contraires

respect

nom masculin respect
2.  Fait de respecter une chose.
Traductions

respect

Respekt, Achtung, Ehrfurcht, Rücksichtrespect, respectfulnessrespect, eerbied, ontzag, egardsהוקרה (נ), התחשבות (נ), יקר (ז), יראת כבוד (נ), כבוד (ז), כיבוד (ז), מורא(ז), רחישת כבוד (נ), הוֹקָרָה, הִתְחַשְּׁבוּת, יָקָר, יִרְאַת כָּבוֹד, כִּבּוּד, כָּבוֹד, מוֹרָאagting, respekреспектrespecterespekt, úctarespektrespektorespetorispetto, ossequiocaeremonia, caerimoniaszacunek, respekt, uszanowanierespeito, deferênciarespekt, undseendeheshimaσεβασμόςاِحْتِرامhuomioonottaminenpoštovanje尊重존경respektуважениеความเคารพsaygısự kính trọng尊敬 (ʀɛspɛ)
nom masculin
1. attitude favorable à l'égard de qqn avoir du respect pour qqn manquer de respect à qqn
2. fait d'agir selon la loi, les règles le respect de la loi

respect

[ʀɛspɛ] nmrespect
respect de la loi → respect for the law
respect de la dignité → respect for dignity
tenir en respect → to keep at bay