respirer

respirer

v.i. [ lat. respirare, de spirare, souffler ]
1. Absorber l'air et le rejeter : Respirer par le nez, par la bouche. Il a cessé de respirer il est mort
2. Absorber l'oxygène dans l'air et rejeter du gaz carbonique, en parlant des êtres vivants : La forêt respire.
3. Fam. Avoir un moment de répit : Je suis épuisée, laisse-moi respirer cinq minutes souffler
v.t.
1. Absorber dans les poumons : Respirer un air pur inhaler humer, sentir
2. Fig. Donner une impression de ; marquer, manifester : Cette femme respire la joie de vivre exprimer exhaler

respirer


Participe passé: respiré
Gérondif: respirant

Indicatif présent
je respire
tu respires
il/elle respire
nous respirons
vous respirez
ils/elles respirent
Passé simple
je respirai
tu respiras
il/elle respira
nous respirâmes
vous respirâtes
ils/elles respirèrent
Imparfait
je respirais
tu respirais
il/elle respirait
nous respirions
vous respiriez
ils/elles respiraient
Futur
je respirerai
tu respireras
il/elle respirera
nous respirerons
vous respirerez
ils/elles respireront
Conditionnel présent
je respirerais
tu respirerais
il/elle respirerait
nous respirerions
vous respireriez
ils/elles respireraient
Subjonctif imparfait
je respirasse
tu respirasses
il/elle respirât
nous respirassions
vous respirassiez
ils/elles respirassent
Subjonctif présent
je respire
tu respires
il/elle respire
nous respirions
vous respiriez
ils/elles respirent
Impératif
respire (tu)
respirons (nous)
respirez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais respiré
tu avais respiré
il/elle avait respiré
nous avions respiré
vous aviez respiré
ils/elles avaient respiré
Futur antérieur
j'aurai respiré
tu auras respiré
il/elle aura respiré
nous aurons respiré
vous aurez respiré
ils/elles auront respiré
Passé composé
j'ai respiré
tu as respiré
il/elle a respiré
nous avons respiré
vous avez respiré
ils/elles ont respiré
Conditionnel passé
j'aurais respiré
tu aurais respiré
il/elle aurait respiré
nous aurions respiré
vous auriez respiré
ils/elles auraient respiré
Passé antérieur
j'eus respiré
tu eus respiré
il/elle eut respiré
nous eûmes respiré
vous eûtes respiré
ils/elles eurent respiré
Subjonctif passé
j'aie respiré
tu aies respiré
il/elle ait respiré
nous ayons respiré
vous ayez respiré
ils/elles aient respiré
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse respiré
tu eusses respiré
il/elle eût respiré
nous eussions respiré
vous eussiez respiré
ils/elles eussent respiré

RESPIRER

(rè-spi-ré) v. n.
Attirer l'air dans sa poitrine, et le repousser dehors.
Approchons-nous pour voir si sa bouche respire [MOL., Sganar. 4]
L'auditoire qui paraissait pendu et suspendu à tout ce qu'il disait [un prédicateur], d'une telle sorte que l'on ne respirait pas [SÉV., à Bussy, 25 avril 1687]
Il [Condé mourant] attendait sa miséricorde [de Dieu] et implorait son secours, jusqu'à ce qu'il cessa enfin de respirer et de vivre [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
À peine osait-on respirer, de peur de troubler le silence [FÉN., Tél. VIII]
Comme ils [les amphibies] ont le trou ovale du cœur ouvert, ils ont la faculté d'y rester longtemps [dans l'eau] sans avoir besoin de respirer [BUFF., Quadrup. t. XI, p. 194]
Sa course avait été si rapide, qu'en arrivant dans la chambre d'Oswald elle ne pouvait plus respirer ni prononcer un seul mot [STAËL, Corinne, VIII, 1]
Fig.
Elle [l'âme pénitente] se met des bornes de tous côtés.... ainsi, resserrée de toutes parts, elle ne peut plus respirer que du côté du ciel [BOSSUET, la Vallière.]
Il ne respire plus, il est mort. Il respire encore, il n'est pas encore mort.
Vivre.
Je t'engage ma foi De ne respirer pas un moment après toi [CORN., Cid, III, 4]
Tant qu'il [Britannicus] respirera, je ne vis qu'à demi [RAC., Brit. IV, 3]
Seigneur, vous pouvez tout : ceux par qui je respire [mes parents] Vous ont cédé sur moi leur souverain empire [ID., Mithr. II, 4]
Tout se meut, tout respire, et tout existe en Dieu [VOLT., Phil. Tout en Dieu.]
Sais-tu jusqu'à quel point ton amant qui ne respire que pour toi, peut te faire aimer la vie ? [J. J. ROUSS., Hél. III, 16]
Respirer en quelqu'un, se dit de celui en qui une personne semble revivre.
Que dis-je ? Il [Thésée] n'est point mort puisqu'il respire en vous [RAC., Phèd. II, 5]
Fig. Se manifester.
La sensibilité, l'indulgence, la charité, qui dirigeaient et qui animaient le vertueux prélat [Fléchier] dans la conduite de ce malheureux diocèse, respirent encore dans les mandements et les lettres pastorales qu'il adressait aux réformés [D'ALEMB., Éloges, Fléchier.]
Avoir quelque relâche après un travail, une épreuve pénible.
Durant quelques moments souffrez que je respire [CORN., Cinna, I, 1]
Vous la replongerez [Rome], en quittant cet empire, Dans les maux dont à peine encore elle respire [ID., Cinna, II, 1]
Jusqu'à quand différerez-vous de m'épargner et de me donner quelque relâche, afin que je puisse un peu respirer ? [SACI, Bible, Job, VII, 19]
Vous ne donnez pas le temps de respirer [MOL., Tart. IV, 5]
Et jusqu'au douze qu'elle mourut à midi, elle n'a pas eu un moment pour respirer [SÉV., 522]
Il est donc vrai que vous vous portez mieux.... vous pouvez vous représenter si je respire d'espérer que vous allez vous rétablir [ID., 14 juin, 1677]
À l'arrivée de la reine, la rigueur se ralentit, et les catholiques respirèrent [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Hercule, respirant sur le bruit de vos coups, Déjà de son travail se reposait sur vous [RAC., Phèdre, III, 5]
La nation semblait respirer au sortir d'une longue oppression [HAMILT., Gramm. 6]
Un intervalle que nous mettons entre le monde et nous, pour y rentrer avec plus de goût, et respirer un peu de la fatigue, du dégoût, de la satiété [MASS., Carême, Temps.]
Les Turcs avaient laissé respirer la Hongrie pendant la guerre de trente ans, qui bouleversa l'Allemagne [VOLT., Mœurs, 192]
Les moutons, comme vous savez, respirent un peu, quand les loups et les renards se déchirent [ID., Lett. d'Alemb. 16 juillet 1764]
Notre pauvre France aura vraisemblablement encore un an à respirer [D'ALEMB., Lett. au roi de Prusse, 22 sept. 1777]
Respirer après quelque chose, souhaiter quelque chose ardemment avec passion. Elle respire après le retour de son fils. Respirer de, avec ne ....que et un infinitif, se dit dans le même sens.
Je meurs d'envie de savoir de vos nouvelles ; dès que j'ai reçu une lettre, j'en voudrais tout à l'heure une autre ; je ne respire que d'en recevoir [SÉV., 18 févr. 1671]
Il [Saint-Aubin] ne souhaite que l'éternité, il ne respire plus que d'être uni à Dieu [ID., 17 nov. 1688]
On a dit aussi : respirer à, avec un infinitif.
Votre Majesté sent et plaint les maux de ses peuples ; elle ne respire qu'à les soulager [BOSSUET, Panég. sainte Thérèse, 3]
Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.
Activement. Attirer par la respiration.
Le premier air que nous respirons nous sert à tous indifféremment à former des cris [BOSSUET, Gornay.]
De quel front cet ennemi de Dieu Vient-il infecter l'air qu'on respire en ce lieu ? [RAC., Athal. III, 5]
Par extension.
Énée en ce moment, couvert d'épais rameaux, Respirant la fraîcheur et de l'ombre et des eaux [DELILLE, Énéide, VIII]
Fig.
Arrachez-vous d'un lieu funeste et profané Où la vertu respire un air empoisonné [RAC., Phèdre, V, 1]
C'est dans le vide et dans le silence de sa maison qu'une femme de mon âge respire le poison de l'ennui [MARMONTEL, Contes mor. Bon mari.]
Aller respirer l'air natal, retourner dans le pays où l'on est né. Poétiquement. Respirer le jour, avoir la vie.
Albe, où j'ai commencé de respirer le jour [CORN., Hor. I, 1]
Quoi ! vous à qui Néron doit le jour qu'il respire.... [RAC., Brit. I, 1]
Exhaler.
La Provence odorante et de Zéphyre aimée Respire sur les mers une haleine embaumée [A. CHÉN., Hymne à la France.]
Des lèvres demi-closes Respirent près de nous leur haleine de roses [ID., Élég. II, 1]
Fig.
Mes crimes désormais ont comblé la mesure ; Je respire à la fois l'in ceste et l'imposture [RAC., Phèdre, IV, 6]
Avoir la vive apparence de, annoncer.
Je fus une heure dans cette chambre [de Mme de Montespan, qui venait d'écarter une rivale] ; on n'y respire que la joie et la prospérité [SÉV., 14 juin 1677]
Je voulais parier, quoique tout respirât la noce [entre Mademoiselle et Lauzun], qu'elle ne s'achèverait pas [ID., 31 déc. 1670]
Le madrigal, plus simple et plus noble en son tour, Respire la douceur, la tendresse et l'amour [BOILEAU, Art poét. II]
Tout respire en Esther l'innocence et la paix [RAC., Esth. II, 7]
Tout respirait les bons mots et les contes agréables [HAMILT., Gramm. 8]
Quelques odes galantes d'Horace respirent les grâces, comme quelques-unes de ses épîtres enseignent la raison [VOLT., Dict. phil. Grâce.]
Son livre du Traité des études [de Rollin] respire le bon goût et la saine littérature presque partout [ID., Temple du Goût.]
Souhaiter avec ardeur.
Au bout de trois jours, à Vitré, je ne respirais que les Rochers [SÉV., 16 mars 1672]
Il disait en parlant de cette prison malheureuse, qu'il y était entré le plus innocent de tous les hommes, et qu'il en était sorti le plus coupable : Hélas ! poursuivait-il, je ne respirais que le service du roi et la grandeur de l'État [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
On ne respire à Saint-Cyr que simplicité, obéissance, humilité [MAINTENON, Lett. au card. de Noailles, 26 févr. 1702]
Une cour qui ne respirait que les fêtes et la galanterie [HAMILT., Gramm. 6]
Les Lacédémoniens ne participèrent point à cette délibération : ils ne respiraient alors que la paix, les Athéniens que la guerre [BARTHÉL., Anach. Introd. part. II, sect 2]
Il se dit quelquefois avec un pronom personnel pour régime.
Nous avons ri du soin que vous prenez de me dire d'envoyer querir la Garde et l'abbé de Grignan : hélas ! les pauvres gens étaient au guet et ne respiraient que moi [SÉV., 2 nov. 1673]
Chacun, plein de mon nom, ne respirait que moi [BOILEAU, Lutr. VI]
10° Se respirer, v. réfl. Être respiré.
Le bonheur se respire autour de vous, comme s'il était dans l'air qui vous environne [STAËL, Dict. de DOCHEZ.]

REMARQUE

  • D'Olivet (Rem. Rac. § 34) prétend qu'au sens de souhaiter, respirer ne se dit guère qu'avec la négative, et qu'on ne dirait pas aussi correctement : vous respirez les plaisirs, vous respirez la guerre. Fausse remarque, comme le prouvent les exemples suivants :
    Ton ardeur criminelle à la vengeance aspire, Ta bouche la demande, et ton cœur la respire ! [CORN., Hor. IV, 5]
    On m'en veut plus qu'à vous ; c'est ma mort qu'ils respirent [ID., Pomp. IV, 5]
    La fille le veut bien, son amant le respire [RAC., Plaid. III, 4]
    De toutes les tragédies françaises, Mithridate était celle qui lui plaisait davantage [à Charles XII], parce que la situation de ce roi vaincu et respirant la vengeance était conforme à la sienne [VOLT., Charles XII, 5]
    Pourquoi, fils de Morni, ton âme respirait-elle les combats ? [CHATEAUBR., Gaul.]

SYNONYME

  • RESPIRER, SOUPIRER APRÈS. Ces mots désignent figurément le désir, l'ardeur, la passion dont le cœur est si plein qu'il semble l'exhaler, ou par une respiration forte, ou par des soupirs répétés. Mais respirer marque un désir plus ardent, une passion plus violente, que ne fait soupirer après.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    La force de l'odeur du moust qui estoit es tonniax qui respiroient [exhalaient] et separoient les mouz [, Miracles St Loys, p. 143]
    Ledit enfant gisoit estendu à terre ausi come mort, ne ne le veoit on respirer [, ib. p. 144]
  • XVIe s.
    Chascun pour sauver sa vie et respirer une ame precaire se faisoit bourreau de son compagnon [D'AUB., Hist. II, 122]
    Me voiant exilé de France, j'ai pris à deux mains les occasions qui se sont presentées pour me faire respirer l'air auxquel je suis nai [ID., ib. II, 131]
    Il y eut bien de la peine à faire partir du giste Lanoue, ne respirant que la bonté de Monsieur, les bons desirs du roi [ID., ib. II, 239]
    La reyne mere du roy, qui ne respiroit que le bien du roy et de l'estat.... [CASTELN., 149]
    Tenir tous-jours ses tonneaux très bien bouchés, sans respirer aucunement [O. DE SERRES, 204]
    ....les vaisseaux et recipiens bien lutés en semble, à fin que l'esprit ne respire [s'évapore] [PARÉ, XXVI, 12]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, respirer se dit d'une terre perméable à l'air : cette terre est trop compacte, elle ne peut respirer ; provenç. et espagn. respirar ; ital. respirare ; du lat. respirare, de re, et spirare, souffler (voy. ESPRIT).

respirer

RESPIRER. v. intr. Amener l'air dans ses poumons et le rejeter au-dehors. Respirer facilement. Difficulté de respirer. Il est asthmatique, il a de la peine à respirer. Il fait une chaleur à ne pas respirer.

Il ne respire plus, Il est mort. Il respire encore, Il n'est pas encore mort.

RESPIRER signifie, dans le style soutenu, Vivre. Tout ce qui respire. Je ne respire que pour vous. Depuis que je respire.

Fig., L'amour du bien public respire dans toutes ses paroles, dans toutes ses actions, Tout ce qu'il dit, tout ce qu'il fait atteste qu'il est animé de l'amour du bien public.

RESPIRER se dit aussi des Végétaux et signifie Fixer l'oxygène de l'air et dégager de l'acide carbonique.

Il signifie, au figuré, Prendre un peu de relâche après de graves soucis, après de grandes peines, après un travail pénible. Laissez-moi respirer un moment. Donnez-moi, laissez-moi le temps de respirer. Les peuples, après une longue guerre, commençaient à respirer. Enfin je respire.

RESPIRER est aussi verbe transitif et signifie Amener dans les poumons et rejeter ensuite. Respirer un air corrompu. L'air que nous respirons. Les médecins nous ont conseillé d'aller respirer l'air des montagnes, de la mer.

Il signifie encore Aspirer. Respirer un parfum, une odeur. Par extension, Respirer des sels.

Il signifie aussi Exhaler. Cette terre couverte de fleurs respirait mille parfums.

Il signifie, au figuré, Annoncer, exprimer, témoigner vivement. Dans cette maison, tout respire la piété, la joie, la vertu. Toute sa personne respire l'orgueil. Ses moindres paroles respirent la bonté.

Il signifie aussi Désirer ardemment, Il ne respire que la vengeance.

respirer

Respirer, Respirare, Animam vel anhelitum reddere.

Qui nous fait respirer, Spirabilis.

Respirement, Respiration, Respiratio, Respiratus, huius respiratus.

Synonymes et Contraires

respirer

verbe intransitif respirer

respirer

verbe transitif respirer
1.  Absorber de l'air, etc.
2.  Percevoir par l'odorat.
flairer, inhaler, renifler, sentir -littéraire: humer.
3.  Littéraire. Donner une impression de.
Traductions

respirer

(ʀɛspiʀe)
verbe intransitif
prendre de l'air et le rejeter respirer par le nez

respirer

atmen, einatmenbreathe, inhale, respireademen, ademhalen, uitstralen, (in)ademen, getuigen (van), leven, uitblazen, weer op adem komen, zich opgelucht voelen, inademenהתנשם (התפעל), נשם (פ'), רווח (פ'), שאף (פ'), רָוַח, נָשַׁם, שָׁאַף, הִתְנַשֵּׁםasemrespirardýchatåndespirirespirarhengittääbernafasrespirare, fiatare, spirare, trasudareaspirare, halarerespirar, espirarandasnefes almak, solumakαναπνέωвздохнуть, дышатьيَتَنَفَّسdisati息をする숨을 쉬다pusteodetchnąćหายใจthở呼吸дишам呼吸
verbe transitif
faire entrer par le nez respirer un air pur

respirer

[ʀɛspiʀe]
vi
(inspirer et expirer) → to breathe
(fig) (= se reposer) → to get one's breath, to have a break (= être soulagé) → to breathe again
vt
[+ air] → to breathe; [+ vapeur] → to breathe in, to inhale
(= manifester) [+ santé, calme] → to exude