rester

(Mot repris de restez)

rester

v.i. [ du lat. restare, s'arrêter, de stare, se tenir debout ] (Auxil. être)
1. Subsister après la disparition de qqch, de qqn, d'un groupe : Après l'explosion, il n'est resté qu'une maison debout
demeurer : Reste la question de la hausse des salaires. « Et s'il n'en reste qu'un, je serai celui-là » [Victor Hugo].
2. Continuer à séjourner dans un lieu ou auprès de qqn : Je reste à Lyon pendant toutes les vacances
quitter : Reste là, j'arriveVoulez-vous rester dîner ?
attendre : Voulez-vous rester dîner ?
3. Demeurer en un endroit : Son vélo est resté dehors toute la nuit.
4. Région. Habiter ; résider : Elle reste dans cette rue.
Remarque: Dans ce sens, rester s'emploie aussi en Afrique et aux Antilles.
5. Continuer à être dans la même position, le même état : Elle est restée dans le coma une semaine.
6. En mathématiques, résulter d'une soustraction : Deux ôté de huit, reste six.
En rester là,
ne pas poursuivre une action, des relations.
Il reste que ou il n'en reste pas moins que,
on ne peut cependant nier que : Il n'en reste pas moins qu'il faut lui avancer de l'argent.
Y rester,
Fam. perdre la vie dans une action dangereuse.

rester


Participe passé: resté
Gérondif: restant

Indicatif présent
je reste
tu restes
il/elle reste
nous restons
vous restez
ils/elles restent
Passé simple
je restai
tu restas
il/elle resta
nous restâmes
vous restâtes
ils/elles restèrent
Imparfait
je restais
tu restais
il/elle restait
nous restions
vous restiez
ils/elles restaient
Futur
je resterai
tu resteras
il/elle restera
nous resterons
vous resterez
ils/elles resteront
Conditionnel présent
je resterais
tu resterais
il/elle resterait
nous resterions
vous resteriez
ils/elles resteraient
Subjonctif imparfait
je restasse
tu restasses
il/elle restât
nous restassions
vous restassiez
ils/elles restassent
Subjonctif présent
je reste
tu restes
il/elle reste
nous restions
vous restiez
ils/elles restent
Impératif
reste (tu)
restons (nous)
restez (vous)
Plus-que-parfait
j'étais resté
tu étais resté
il/elle était resté/restée
nous étions restés
vous étiez restés
ils/elles étaient restés/restées
Futur antérieur
je serai resté
tu seras resté
il/elle sera resté/restée
nous serons restés
vous serez restés
ils/elles seront restés/restées
Passé composé
je suis resté
tu es resté
il/elle est resté/restée
nous sommes restés
vous êtes restés
ils/elles sont restés/restées
Conditionnel passé
je serais resté
tu serais resté
il/elle serait resté/restée
nous serions restés
vous seriez restés
ils/elles seraient restés/restées
Passé antérieur
je fus resté
tu fus resté
il/elle fut resté/restée
nous fûmes restés
vous fûtes restés
ils/elles furent restés/restées
Subjonctif passé
je sois resté
tu sois resté
il/elle soit resté/restée
nous soyons restés
vous soyez restés
ils/elles soient restés/restées
Subjonctif plus-que-parfait
je fusse resté
tu fusses resté
il/elle fût resté/restée
nous fussions restés
vous fussiez restés
ils/elles fussent restés/restées

RESTER

(rè-sté) v. n.
Demeurer, par opposition à s'en aller (sens le plus voisin du latin, qui est s'arrêter). L'armée se mit en marche, et il resta deux bataillons pour garder le défilé. Restez à votre place.
Reste, ah ! reste ; ne reviens jamais ; tu viendrais trop tard ; je ne dois plus te voir ; comment soutiendrais-je ta vue ? [J. J. ROUSS., Hél. I, 29]
On dit qu'un des fils d'Onésicrite, étant venu à Athènes, ne voulait plus retourner à Égine, ne pouvant se résoudre à quitter un lieu où il avait le plaisir d'entendre Diogène ; le père envoya son autre fils, qui fut retenu par les mêmes attraits ; enfin il les vint chercher lui-même, et il resta comme ses fils [CONDILL., Hist. anc. III, 18]
Napoléon [à Moscou] ne se décide encore ni à rester ni à partir ; vaincu dans ce combat d'opiniâtreté, il remet de jour en jour à avouer sa défaite [SÉGUR, Hist. de Nap. VIII, 11]
Ce verbe, qui se conjugue d'ordinaire avec l'auxiliaire être, prend l'auxiliaire avoir quand on veut exprimer que le sujet n'est plus au lieu dont on parle, qu'il n'y était plus, ou qu'il n'y sera plus à l'époque dont il s'agit. Il a resté deux jours à Lyon.
J'ai resté sept mois à Colmar sans sortir de ma chambre [VOLT., dans GIRAULT-DUVIVIER]
L'engourdissement où ils ont resté si longtemps [J. J. ROUSS., Ém. I]
Les exemples suivants sont incorrects ; il faut l'auxiliaire être.
Si j'avais resté trop longtemps avec elle [J. J. ROUSS., Conf. I]
Comme s'ils allaient se délasser d'avoir resté assis au salon [ID., Hél. VI, 10]
Fig. Il y est resté pour les gages ou pour gage, se dit de quelqu'un pris ou tué dans une affaire d'où les autres se sont tirés. Il est resté sur la place, ou, absolument, il y est resté, il a été tué sur le champ de bataille.
La perte des Romains dans cette bataille fut d'environ sept cents hommes ; les Macédoniens y perdirent treize mille hommes, dont huit mille restèrent sur le champ de bataille, et cinq mille furent faits prisonniers [ROLLIN, Hist. anc. Œuvr. t. VIII, p. 277, dans POUGENS]
Être de reste (sens qui est une déduction du premier sens). Voilà vingt francs qui restent de votre argent.
Ô ciel ! et ne pourrai-je enfin à mon amour Donner en liberté ce qui reste du jour ? [CORN., Pomp. III, 3]
Dans un si grand revers que vous reste-t-il ? - Médée : Moi [CORN., Médée, I, 5]
Que restait-il à une âme qui, par un juste jugement de Dieu, était déchue de toutes les grâces, et ne tenait à Jésus-Christ par aucun lien ?... il restait la souveraine misère et la souveraine miséricorde [BOSSUET, Anne de Gonz.]
Il restait seul de notre famille [RAC., Esth. III, 4]
Les vertus guerrières restèrent après qu'on eut perdu toutes les autres [MONTESQ., Rom. 10]
Amis, que faut-il faire, et quel parti nous reste ? [VOLT., Tancr. V, 1]
Henri te reste à vaincre après tant de guerriers [ID., Henr. IX]
Rien ne lui reste plus que les chagrins et l'âge [DELILLE, Én. V]
Impersonnellement.
Si vous étiez en ma place, je suis assuré qu'il ne vous resterait pas plus de loisir qu'à moi [VOIT., Lett. 68]
Je ne sais pas si j'ai encore beaucoup de temps à vivre ; mais il me semble qu'il me reste beaucoup d'années à vous aimer [ID., ib. 30]
Il ne reste plus à l'homme que le néant et le péché, pour tout fonds le néant, pour toute acquisition le péché [BOSSUET, Anne de Gonz.]
Vous avez perdu ces heureux moments où vous jouissiez des tendresses d'une mère.... mais il vous reste ce qu'il y a de plus précieux, l'espérance de la rejoindre dans le jour de l'éternité [ID., ib.]
Sénèque le philosophe nous apprend que Virgile n'avait pas mieux réussi en prose que Cicéron ne passait pour avoir réussi en vers ; cependant il nous reste de très beaux vers de Cicéron [VOLT., Ess. poés. ép. 3]
Il reste.... à, et un infinitif.
Dieu a des remèdes pour vous guérir ; et il ne reste qu'à les obtenir par des vœux continuels [BOSSUET, Anne de Gonz.]
Que restait il à la reine à demander au ciel, ou à désirer sur la terre ? [FLÉCH., Mar.-Thér.]
Avant de se jeter dans le péril, il faut le prévoir et le craindre ; mais, quand on y est, il ne reste plus qu'à le mépriser [FÉN., Tél. I]
Il me reste à parler des guerres que les Carthaginois soutinrent en Sicile du temps de Pyrrhus en Épire [ROLLIN, Hist. anc. Œuvr. t. I, p. 299, dans POUGENS]
Il reste.... de, et un infinitif.
J'ai fait voir combien vous leur aviez imputé d'hérésies l'une après l'autre, manque d'en trouver une que vous ayez pu longtemps maintenir ; de sorte qu'il ne vous était plus resté que de les en accuser, sur ce qu'ils refusaient.... [PASC., Prov. XVIII]
Si nos cœurs s'endurcissent après un avertissement si sensible, que lui reste-t-il autre chose [à la Providence] que de nous frapper nous - mêmes sans miséricorde ? [BOSSUET, Duch. d'Orl.]
Vous ne démentez point une race funeste.... Bourreau de votre fille, il ne vous reste enfin Que d'en faire à sa mère un horrible festin [RAC., Iph. IV, 4]
Il reste que, et un subjonctif.
Il reste que nous expliquions l'article de la suprématie [BOSSUET, Var. 10]
Avec ellipse de il.
Restait cette redoutable infanterie de l'armée d'Espagne dont les gros bataillons serrés.... demeuraient inébranlables [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
Reste à trente-deux consumés par les flammes [VOLT., Phil. II, 81]
Reste tel article à examiner, reste à faire attention, reste à savoir, etc. il reste à examiner tel article, à faire attention, à savoir, etc. Reste, ainsi employé, se construit aussi avec de.
Reste donc de conclure que la foi de la plus grande partie des chrétiens.... [BOURDAL., Pensées, t. I, p. 180]
Dans une soustraction, de sept ôtez cinq, il reste deux, ou reste deux (non à deux, comme on le dit quelquefois fautivement). Bossuet a conjugué rester avec avoir, bien que la conjugaison ordinaire soit avec l'auxiliaire être : Tant qu'il a resté aux Romains tant soit peu de considération pour les Juifs, jamais ils n'ont fait paraître les enseignes romaines dans la Judée, Hist. II, 9.
Se rester à soi-même, conserver une juste estime de soi-même, une juste confiance en soi-même.
Il n'est pour le vrai sage aucun revers funeste ; Et, perdant toute chose, à soi-même il se reste [MOL., Fem. sav. V, 4]
Persévérer dans telle ou telle situation. Il est resté stupéfait. Il resta sans appui.
Viens, Girot, seul ami qui me reste fidèle [BOILEAU, Lutr. IV]
La seule Roxane est restée dans le devoir, et conserve de la modestie [MONTESQ., Lett. pers. 151]
Je resterai dans mon opinion, et vous dans la vôtre [DIDER., Mém. t. IV, p. 84, dans POUGENS]
Je resterai proscrit, voulant rester debout [V. HUGO, Ultimaverba.]
Fig. et familièrement. Rester sur la bonne bouche, s'abstenir de tout après avoir pris quelque chose qui flatte le goût ; et fig. s'arrêter après quelque chose d'agréable.
Il se dit aussi des choses qui demeurent. La victoire reste indécise entre les deux armées. Cela m'est resté dans la mémoire. Son bras est resté paralytique. Quand j'ai voulu prendre cet outil, le manche m'est resté dans la main. Ruiné depuis deux ans, il ne lui est resté que l'espérance.
Je sais ce qu'il en coûte, et qu'il est des blessures Dont un cœur généreux peut rarement guérir : La cicatrice en reste [VOLT., Tancr. V, 3]
Il se conjugue aussi avec l'auxiliaire avoir.
Il a tout perdu, mais il lui a resté l'espérance [LAVEAUX, ]
(qui admet cet exemple, quand on veut parler du moment où un homme a tout perdu).
On ne sait pas comment les choses auraient resté dans cet état [HAMILT., Gramm. 10]
Rester à quelqu'un en parlant d'un parent, d'un ami que l'on conserve.
C'est d'ici que je date ma première connaissance avec mon vieux ami Gauffecourt qui m'est toujours resté, malgré les efforts qu'on a faits pour me l'ôter ; toujours resté ! non, hélas ; je viens de le perdre [J. J. ROUSS., Conf. V]
Il se dit aussi des choses que l'on garde. Le nom lui en est resté.
Édouard, après deux victoires remportées en deux jours, prit Calais, qui resta aux Anglais deux cent dix ans [VOLT., Mœurs, 75]
Demeurer dans le souvenir des hommes, garder sa renommée.
La mode est aujourd'hui de mépriser Colbert et Louis XIV ; cette mode passera, et ces deux noms resteront à la postérité avec Racine et Boileau [VOLT., Lettr. à Mme du Deffant, 1er nov. 1773]
L'ouvrage de Bayle est resté, et Pierre Jurieu [avec ses prophéties] n'est pas même resté dans la bibliothèque bleue avec Nostradamus [ID., Dict. phil. Prophéties.]
L'avantage unique qui le distingue [le Panégyrique de Trajan, par Pline le jeune], d'être le seul panégyrique de prince qui soit resté après la mort du prince et de l'orateur [D'ALEMB., Éloges, Saci.]
En rester à, se borner à. Quand il aura obtenu quelque avancement, il n'en restera pas là, il voudra avancer encore. S'arrêter, ne pas poursuivre. Reprenons notre discours où nous en étions restés.
J'en étais resté à vous dire que.... La dédicace de vos ouvrages, que vous me faites l'honneur de m'offrir, n'ajouterait rien à leur mérite.... je ne dédie les miens qu'à mes amis ; ainsi, monsieur, si vous le trouvez bon, nous en resterons là [VOLT., Lett. Guiot, novembre 1754]
L'occasion que j'avais perdue ne revint plus, et nos jeunes amours en restèrent là [J. J. ROUSS., Conf. II]
Terme de musique. Faire une tenue. Rester sur une note, sur une syllabe.
10° Terme de manége. Rester dans la main, se dit du cheval qui se retient afin d'éviter la pression du canon sur les barres.
11°
En termes de mer, on dit d'un objet quelconque qu'il reste à telle aire de vent ou par telle aire de vent, lorsque, relative ment à un autre, il est dans la direction de cette aire de vent, [JAL, ]
Le lundi, 20e dudit décembre (1688), à sept heures du matin, le cap de Palos me restait à O. S. O. environ quinze lieues [, Journal de la route, dans JAL]
Rester de l'arrière, marcher moins vite que d'autres bâtiments qui précèdent. Rester à l'ancre, ne pas quitter l'endroit où l'on est retenu par ses ancres.

REMARQUE

  • 1. Rester à avec un infinitif ne se dit que dans le sens d'être de reste : La chose qui reste à faire ; mais c'est une faute de dire : Nos amis restent bien à venir (il faut : tardent bien) ; Les maçons restèrent deux ans à bâtir cette maison (il faut : employèrent).
  • 2. C'est aussi une faute de se servir de rester au lieu de loger ou demeurer. On dit : Il demeure dans telle rue, et non : il reste dans telle rue.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    En toute la salle ne peut appercevoir homme ; ja soit qu'il ne restoit pas qu'il n'y eust plusieurs hommes et femmes devisans les uns aux aultres [, Percefor. t. VI, f° 27]
  • XVIe s.
    Ma comedie est preste, il ne reste qu'à y adjouster les vers [MONT., I, 190]
    Que luy reste il à desirer ? [ID., I, 326]
    Le fol reste après la feste [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. et esp. restar ; ital. restare ; du lat. restare, rester, demeurer, de re, et stare, être debout (voy. STABLE).

rester

RESTER. v. intr. Être de reste, subsister. Voilà ce qui reste du dîner. C'est là tout ce qui reste de sa fortune. C'est tout ce qui me reste. Voilà vingt francs qui restent de votre argent. Il est resté seul de son nom, de sa famille, de son parti.

Il s'emploie aussi impersonnellement. Il lui reste encore à payer trois mille francs de l'année dernière. Il ne resta de tout le bataillon que trente hommes. Il ne lui reste que l'espérance. Il me reste à vous dire que... Que me reste-t-il à faire? Il reste encore à prouver que... Dans cet emploi impersonnel de Rester, on supprime souvent le pronom il. Reste à savoir. Reste à examiner tel article.

Il s'emploie spécialement en termes d'Arithmétique. Quatre ôté de sept, il reste trois, reste trois.

RESTER signifie aussi Demeurer sur place, dans le lieu où l'on est. La compagnie s'en alla, et je restai. Restez ici, je vous rejoindrai tout à l'heure. Il reste en place, malgré les brimades qu'on lui inflige. Cet homme ne peut rester nulle part, il voyage sans cesse. Son extrême lassitude l'a fait rester en chemin. On l'attendait à Paris, mais il est resté à Lyon. Je resterai auprès de vous. Impersonnellement, L'armée se mit en marche, et il resta deux bataillons pour garder le défilé.

Il est resté sur la place et, absolument, Il est resté se dit d'un Homme qui a été tué dans un combat, sur le champ de bataille.

Fig. et fam., Rester sur le carreau, Être tué sur place, être vaincu.

RESTER signifie encore Demeurer dans la situation, dans l'état où l'on est. Il resta sans appui. Il voulait rester inconnu. Il est resté oisif tout ce temps-là. Quelques honneurs qu'il ait obtenus, il est resté le même. Restez tranquille.

Rester court, Ne plus trouver ce qu'on a dire.

Fig. et fam., Rester sur la bonne bouche, Cesser de manger ou de boire, après qu'on a mangé ou bu quelque chose qui flatte le goût. Il signifie, figurément, S'arrêter après quelque chose d'agréable, dans la crainte d'un changement fâcheux. Il a gagné mille francs au jeu et il s'est retiré, afin de rester sur la bonne bouche.

Rester à quelqu'un se dit d'un Parent, d'un ami que l'on conserve. C'est le seul ami qui lui reste.

En rester à, Se borner à. Quand il aura obtenu cet avancement, il n'en restera pas là, Il voudra avancer encore. Il signifie aussi S'arrêter J'en resterai là, j'en resterai à cela pour aujourd'hui. Restons-en là. Reprenons ce discours où nous en étions restés.

RESTER se dit aussi, dans cette acception, des Choses. La victoire resta indécise entre les deux armées. Dans cette lutte l'avantage lui est resté. Cela m'est resté dans la mémoire. Son bras est resté paralysé. Quand j'ai voulu prendre cet outil, le manche m'est resté dans la main. L'affaire en est restée là.

Il signifie encore Demeurer dans la mémoire des hommes, dans l'usage. Les noms de ces deux poètes resteront. Son livre est resté.

En termes de Marine, il signifie Être situé. Cette île nous restait à telle aire de vent, Elle était située par rapport à nous dans la ligne de telle aire de vent.

rester

Rester, Restare, Superesse, Reliquum esse.

Oster de ce qui reste, Aliquid de viuo resecare.

Synonymes et Contraires

rester

verbe rester
1.  Continuer à séjourner en un lieu.
2.  Ne pas disparaître.
persister, subsister -littéraire: demeurer.
Traductions

rester

bleiben, übrigbleiben, verbleiben, verstehenremain, stay, stay over, lie, stand, abide, keep, rest, stopblijven, overblijven, resten, resteren, toeven, verblijven, blijven bestaan, achterblijven, zich houdenהותיר (הפעיל), השתייר (התפעל), נשאר (נפעל), הִשְׁתַּיֵּר, הוֹתִיר, נִשְׁאַרaanbly, blyquedar, restar, romandreforblive, bliverestiquedarse, permanecer, quedarjäädärestare, rimanere, stare, permanere, trattenersizostawać, pozostać, zostaćficar, permanecer, restarrămîne, staоставаться, остаться, останавливатьсяstanna, förbli, förbliva, stanna kvarμένω, παραμένωيَبْقى, يَبْقَىzůstatostati・・・のままである, とどまる남아 있다, 머무르다forbli, gjenståคงอยู่, พักอยู่kalmakduy trì, ở lại保持, 逗留 (ʀɛste)
verbe intransitif
1. être dans un lieu Elle est restée à la maison. rester avec qqn Je suis resté deux mois au Japon.
2. continuer d'être dans un état rester jeune Ils sont restés debout.
3. continuer d'exister Il reste un peu de café. Il me reste cinq euros. Il me reste encore beaucoup de choses à faire.

rester

[ʀɛste]
vi
(dans un lieu) → to stay, to remain
Je reste à la maison ce week-end → I'm staying at home this weekend.
Finalement, il est resté en France → He stayed in France eventually.
Reste là, je vais chercher de l'aide → Stay there, I'll go and get help.
(dans un état, une position) → to stay, to remain
il est resté paralysé après son accident → he was left paralysed after his accident
Restez assis → Please remain seated.
Restez tranquilles → Please keep quiet.
rester sur sa faim (lit) → to be still hungry (fig) → to be left unsatisfied
rester sur une impression → to be left with an impression
Nous sommes restés sur une impression défavorable → We were left with a bad impression.
en rester à [+ stade, menaces] → to go no further than, to only go as far as
restons-en là → let's leave it at that
(= subsister) → to be left, to remain
Ce qui reste du poulet peut être utilisé pour faire un bouillon → What's left of the chicken could be used to make stock.
C'est tout ce qui reste → That's all that's left.
Voilà tout ce qui me reste → That's all I've got left.
ce qui reste à faire → what remains to be done
ce qui me reste à faire → what remains for me to do
(= durer) → to last, to live on
(autres locutions) y rester, il a failli y rester → that was nearly the end of him
vb impers
il reste ..., il reste du pain → there's some bread left
il reste 2 œufs → there are 2 eggs left
il reste du temps → there's still time
il reste 10 minutes → there are 10 minutes left
il me reste assez de temps → I have enough time left, I still have enough time
il ne me reste plus qu'à ranger mes affaires → I've just got to put my things away
(il) reste à savoir si ... → it remains to be seen whether ...
(il) reste à établir si ... → it remains to be established whether ...
il n'en reste pas moins que ... → the fact remains that ..., it's nevertheless a fact that ...