retranché, ée

Recherches associées à retranché, ée: se retrancher

RETRANCHÉ, ÉE

(re-tran-ché, chée) part. passé de retrancher
Séparé d'un tout.
Pour l'ordinaire [à Rome] on ne comptait plus les prisonniers parmi les citoyens, et on les laissait aux ennemis comme des membres retranchés de la république [BOSSUET, Hist. III, 6]
Le tronc toujours vif que les branches retranchées laissaient en son entier [ID., ib. II, 12]
Un mois retranché du cours de nos études n'est pas digne de nos regrets [MARMONTEL, Mém. I]
Un homme banni de son pays et retranché de la société [Mme DE TENCIN, Œuv. t. IV, p. 153, dans POUGENS]
Défendu par des fortifications. Camp retranché. Bien qu'ils combattissent dans un lieu retranché naturellement et avantageux pour de l'infanterie, LA CHAPELLE-MILON, Relation de la campagne de Rocroi. Fig.
Savez-vous, ô prédicateurs, que ce divin conquérant [Jésus] veut régner sur les cœurs par votre parole ? mais ces cœurs sont retranchés contre lui [BOSSUET, Bourgoing.]
Tirésias dans un profond silence Devait toujours se tenir retranché ; Mais il sent peu la triste conséquence De son récit.... [MALFIL., Narcisse, II]
Que retranché, voy. QUE 2, n° 5.