revenant-bon

REVENANT-BON

(re-ve-nan-bon) s. m.
Profit casuel et éventuel provenant d'un marché, d'une charge, d'une affaire.
Sa maîtresse n'a pas lieu de se plaindre ; elle fait souvent de bonnes affaires dont tous les revenants-bons sont pour elle [DANCOURT, Femme d'intrigues, IV, 14]
Je voulais faire imprimer la pièce, et donner le revenant-bon de l'édition à l'avocat, ainsi que j'ai donné depuis vingt ans le profit de tous mes ouvrages [VOLT., Lett. Richelieu, 25 mai 1772]
On dit que le contrôleur général a fait retrancher les pensions sur la cassette, supprimer les tables des officiers de la maison, et diminuer les revenants-bons des financiers [ID., Lett. Damilaville, 15 févr. 1764]
Les deniers qui restent à un comptable après qu'il a rendu ses comptes. On dit aujourd'hui de préférence boni.
Fig. Tout avantage, tout profit accidentel.
La cavalerie était trop maltraitée depuis que les extrêmes besoins avaient engagé à retrancher les bons quartiers d'hiver et mille autres revenants-bons [SAINT-SIMON, 399, 199]
Courage, allons ; j'aime assez les querelles : C'est un revenant-bon pour moi [FAVART, Soliman II, II, 12]
C'est le revenant-bon du métier, se dit des profits attachés à telle profession, à telle situation. Il s'emploie aussi en un sens ironique.
Çe n'est pas le premier tour de cette espèce qu'on m'a joué ; c'est, Dieu merci, le seul revenant-bon de la littérature [VOLT., Lett. d'Argental, 16 oct. 1767]
Un de ses revenants-bons [de la profession d'homme de lettres] est que, chaque année, on m'a imputé quelque ouvrage ou bien impertinent ou bien scandaleux [ID., Lett. Marin, 24 nov. 1764]
Il s'est dit adjectivement.
Il n'a maintenant devant les yeux que l'argent du roi, le profit d'une charge et les deniers revenants-bons de la guerre [BALZ., De la gloire.]
Au pluriel. Des revenants-bons.

ÉTYMOLOGIE

  • Revenir, et bon.

revenant-bon

REVENANT-BON. n. m. Profit casuel et éventuel provenant d'un marché, d'une charge, etc. Les revenants-bons de cette affaire, de cette charge. Mes revenants-bons.

Il se dit, figurément, de Toutes sortes de profits et d'avantages qui viennent par une sorte de hasard. C'est le revenant-bon du métier.

Il s'emploie aussi ironiquement en ce sens. Cet espion a été roué de coups, c'est le revenant- bon du métier.