revêtement

(Mot repris de revetement)

revêtement

n.m.
Tout ce qui sert à recouvrir pour protéger, consolider ou orner : Un revêtement de sol. Le revêtement de la route se fissure par endroits.

REVÊTEMENT

(re-vê-te-man) s. m.
Ce qui revêt.
Le revêtement de la peau par du poil, de la plume, des écailles, des têts, des coquilles [BUFFON, Des sens.]
Les vallées étaient étroites et boisées ; quelques-unes me rappelèrent, mais sur une moindre échelle, le site de la grande Chartreuse et son magnifique revêtement de forêts [CHATEAUBR., Itin. part. I]
Fig.
J'ai touché les raisons pour lesquelles le maréchal [de Boufflers] ne l'aimait pas [Chamillart], entre lesquelles son revêtement de Mme de Maintenon, pour ainsi parler de son dévouement pour elle [SAINT-SIMON, 237, 155]
Terme d'architecture. Espèce de placage, etc. qu'on fait à une construction pour lui donner plus de solidité ou d'aspect.
Du temps d'Hérodote et de Philon, il [ce monument, la grande pyramide d'Égypte] était recouvert d'un revêtement de pierres polies, qui a été détruit [GIRARD, Inst. Mém. scienc. mor. et pol. t. V, p. 68]
On emploie cette pierre [la chaux sulfatée] à Milan pour en faire des tables et des revêtements de cheminées [AL. BRONGNIART, Traité de min. t. I, p. 186, dans POUGENS.]
Dalles de revêtement, celles qui se rapportent au droit de la retraite d'un mur. Revêtement ou lambris de revêtement, se dit aussi du lambris qui couvre un mur.
Ouvrage de pierre, de brique, etc. servant à retenir les terres d'un fossé, d'une terrasse. Le revêtement d'un fossé. Particulièrement, en fortification, les revêtements ont pour but de consolider ou de soutenir les talus raides des ouvrages, ou les batteries d'artillerie. Revêtements en gazon, pisé, fascines, gabions.... Demi-revêtement, paroi d'un fossé de fortification dont la maçonnerie n'atteint qu'à la hauteur du niveau de campagne.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Les ingénieurs diront que l'on ne se fortifie que de terre, sans y adjouster leurs revestements de pierre ou de brique [LANOUE, 336]
    Sont telles formes de successions communement dites et appellées revestement de lignes [, Coust. génér. t. II, p. 1065]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. REVÊTIR ; provenç. revestimen.

revêtement

REVÊTEMENT. n. m. T. d'Architecture. Sorte de placage de plâtre, de mortier, de bois, de marbre, etc., qu'on fait à une construction pour l'orner ou la consolider. Le revêtement de ce mur est de plâtre; celui des piédestaux est de marbre. Le revêtement des murs de cet appartement est de bois, de stuc.

Il se dit aussi d'un Ouvrage de pierre, de brique, ou de quelque autre matière, servant à retenir les terres d'un fossé, d'un bastion, d'une terrasse. Le revêtement de ce fossé est de maçonnerie. Les revêtements sont ordinairement en talus, afin de mieux soutenir la poussée des terres.

revêtement


REVêTEMENT, s. m. REVÉTIR, v. act. [Revêteman, revéti: 1re e muet; 2e ê ouv. et long au 1er, é fer. au 2d. = On écrivait aûtrefois revestement, revestir: quand on surpima l's, qu'on ne prononçait plus, on la remplaça par l'accent circonflexe. Mais cet accent n'est que le signe d'un ê ouv. et long: on ne devait donc pas le mettre sur un e qui est fermé et bref. Il n'est à sa place que devant l'e muet. "Qu' il revête.] Revétir c'est au propre, 1°. doner des habits: revétir les pauvres. = 2°. Mettre des habits de dignité. "Deux Aumoniers revétirent ce Prélat de ses habits Pontificaux. "Le Roi était revétu de ses habits royaux. = 3°. Pourvoir. "Il est revétu d'une belle charge. = Revétu du pouvoir de. "Le Roi l'a revétu d'un plein pouvoir. = En termes de Pratique, Acte revétu de toutes ses formes, de toutes les formalités requises. = 4°. Couvrir, remparer de pierre, de brique.. "Revétir un fôssé, un bastion, une terrasse, etc.
   Rem. On dit dans la prôse ordinaire, se revétir des dépouilles de, etc. En vers et dans la prose poétique, on dit, revétir les dépouilles. — M. Necker emploie souvent cette construction au figuré. "Revétir des sentimens. Revétir un esprit vigoureux d'administration, etc.
   REVÉTU, adj. orné, au fig. "Les vertus et les qualités aimables, dont il est revétu.
   C'est lui, c'est ce Ministre infidèle et barbare,
   Qui, d'un zèle trompeur, à vos yeux revétu
   Contre notre innocence arme votre vertu.
       Esther.
= Gueux revétu (st. prov.) Homme de rien, qui a fait fortune, et qui en est arrogant.
   REVêTEMENT, ne se dit que dans le 4e sens de revétir. "Le revêtement du fôssé. = Suivant La Touche, on dit également bien revêtement ou revestissement. Il~ cite Richelet en preuve. L'Acad. ne met que le 1er; et c'est le meilleur, si ce n'est pas le seul bon.

Traductions

revêtement

חיפוי (ז), ציפוי (ז), צִפּוּיdekcovering, facing, flooring, surfaceAbdeckungrivestimento, veste塗料belægningpinnoite코팅beläggning (ʀəvɛtmɑ̃)
nom masculin
ce qui recouvre un mur ou le sol

revêtement

[ʀ(ə)vɛtmɑ̃] nm
[chaussée] → surface
revêtement de sol → flooring
[paroi] → facing
(= enduit) → coating