rider

rider

v.t. [ de l'anc. haut all. rîdan, tordre ]
Marquer de rides : Les soucis ont ridé son front
plisser : Un vent léger ride la surface du lac

se rider

v.pr.
Se couvrir de rides : Ses joues se sont ridées

rider


Participe passé: ridé
Gérondif: ridant

Indicatif présent
je ride
tu rides
il/elle ride
nous ridons
vous ridez
ils/elles rident
Passé simple
je ridai
tu ridas
il/elle rida
nous ridâmes
vous ridâtes
ils/elles ridèrent
Imparfait
je ridais
tu ridais
il/elle ridait
nous ridions
vous ridiez
ils/elles ridaient
Futur
je riderai
tu rideras
il/elle ridera
nous riderons
vous riderez
ils/elles rideront
Conditionnel présent
je riderais
tu riderais
il/elle riderait
nous riderions
vous rideriez
ils/elles rideraient
Subjonctif imparfait
je ridasse
tu ridasses
il/elle ridât
nous ridassions
vous ridassiez
ils/elles ridassent
Subjonctif présent
je ride
tu rides
il/elle ride
nous ridions
vous ridiez
ils/elles rident
Impératif
ride (tu)
ridons (nous)
ridez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais ridé
tu avais ridé
il/elle avait ridé
nous avions ridé
vous aviez ridé
ils/elles avaient ridé
Futur antérieur
j'aurai ridé
tu auras ridé
il/elle aura ridé
nous aurons ridé
vous aurez ridé
ils/elles auront ridé
Passé composé
j'ai ridé
tu as ridé
il/elle a ridé
nous avons ridé
vous avez ridé
ils/elles ont ridé
Conditionnel passé
j'aurais ridé
tu aurais ridé
il/elle aurait ridé
nous aurions ridé
vous auriez ridé
ils/elles auraient ridé
Passé antérieur
j'eus ridé
tu eus ridé
il/elle eut ridé
nous eûmes ridé
vous eûtes ridé
ils/elles eurent ridé
Subjonctif passé
j'aie ridé
tu aies ridé
il/elle ait ridé
nous ayons ridé
vous ayez ridé
ils/elles aient ridé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse ridé
tu eusses ridé
il/elle eût ridé
nous eussions ridé
vous eussiez ridé
ils/elles eussent ridé

RIDER1

(ri-dé) v. a.
Causer des rides.
C'est elle [l'âme] qui nous ride ou nous aplanit le front en un instant, selon ses mouvements intérieurs [LA MOTHE LE VAYER, Vertu des païens, II, Socrate.]
Le temps aux plus belles choses Se plaît à faire un affront, Et saura faner vos roses Comme il a ridé mon front [CORN., Stances à une marquise.]
Ce qui égayait les autres ridait son front [d'un spectateur, à l'école des femmes] [MOL., Critique, 6]
La vieillesse languissante et ennemie des plaisirs viendra rider ton visage [FÉN., Tél. XIX.]
Fig. et poétiquement. Le vent ride la surface de l'eau, y produit de légères ondulations.
Zéphire d'un souffle épuré Ride la surface de l'onde [BERNIS, Quatre sais. Print.]
Se rider, v. réfl. Prendre, se donner un air ridé.
Ce vieillard dans le chœur a déjà vu quatre âges.... à l'aspect du prélat qui tombe en défaillance, Il devine son mal, il se ride, il s'avance [BOILEAU, Lutr. I]
Devenir ridé.
Ces joues-là se rideront un jour [VOLT., Memnon.]
Fig. et poétiquement. Se froncer sous l'impulsion du vent.
La face de la mer se ride et se noircit [LAMOTTE, dans DESFONTAINES]
Avec suppression du pronom personnel.
Le moindre vent qui d'aventure Fait rider la face de l'eau Vous oblige à baisser la tête [LA FONT., Fabl. I, 22]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Mès cil qui jadis plus m'amoient, Vieille ridée me clamoient [, la Rose, 13058]
    Ne le font mie toutes, mès aucunes le font [se farder], Quant temps ou maladie les ride, gaste ou font [MEUNG, Test. 1278]
  • XIVe s.
    [La dame] Si li ala querre une mance De drap lingne [linge] ridée et blance [J. DE CONDÉ, t. II, p. 172]
  • XVIe s.
    Je ne ridois non plus le front de ce pensement là, que d'un aultre [MONT., I, 77]
    Hors mis un repentir qui le cœur me devore, Qui me ride le front, qui mon chef decolore [DU BELL., VI, 11, recto.]
    .... Et que jamais son front ne ridast de vieillesse [RONS., 892]
    .... Et face que les bandes soient belles à voir, et qu'elles ne rident point [PARÉ, XII, 2]

ÉTYMOLOGIE

  • Ancien espagn. en-ridar ; du germanique d'après Diez : ancien haut-allem. ga-rîdan, moyen haut-allem. rîden, tourner, tordre ; reid, crépu. Les anciens étymologistes proposaient le grec ; mais on ne voit pas comment ce mot grec serait entré dans le français.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. RIDER. - HIST. Ajoutez : XIIe s.
    Chemise ridée [elle] li tret Fors de son cofre et braies blanches [CRESTIEN DE TROIE, Chev. au lyon, V. 5412]

RIDER2

(ri-dé) v. a.
Terme de marine. Roidir un cordage au moyen d'une ride.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Lequel pont [de corde], quand on vient au combat [à l'abordage], est jetté et ridé sur le chasteau devant [NICOD, Pont.]

ÉTYMOLOGIE

  • Autre forme de roidir.

RIDER3

(ri-dé) v. n.
Terme de chasse. Se dit en parlant d'un chien qui suit la bête sans crier.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Il arma vingt galées, et puis s'en vint ridant et singlant parmy la mer [FROISS., III, p. 98, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Origine germanique : angl. to ride, all. reiten, aller à cheval, qui se dit aussi de la marche des navires, d'après Grimm.

rider

RIDER. v. tr. Faire des rides, causer des rides. Les années lui ont ridé le visage. Cette grande maladie l'a tout ridé. Son visage commence à se rider.

Il signifie aussi Froncer. Il ride son front, son front se ride à la moindre contrariété.

Fig., Le vent ride la surface de l'eau, Il y cause de légères ondulations.

Le participe passé RIDÉ s'emploie adjectivement. Une vieille toute ridée. Un visage ridé.

Une pomme ridée, Une pomme ratatinée.

rider

¶ Rider en fait de navires, est tendre, roidir, comme Rider l'estay du mast, c'est tendre à force du cap de mouton, la corde qui contretient le mast.

¶ Rider aussi est quand la personne de triste ou furieux regard se renfrongne, faisant des plis et sillons au front, Vultum contrahere. Vultum ducere, Caperare frontem, vel corrugare, vel striare.

Faire rider, Irrugare.

rider


RIDER; Voy. RIDE.

Traductions

rider

wrinkle, furrow, ripplefronsen, rimpelen, (doen) rimpelenencresparρυτιδώνωenrugarcorrugare, raggrinzare, raggrinzireRytterRiderryttare (ʀide)
verbe transitif
marquer de rides Le temps a ridé son visage.

rider

[ʀide] vt
[+ visage] → to wrinkle
(fig) [+ étang, lac] → to ripple, to ruffle the surface of [ʀide] vpr/pass [visage] → to become wrinkled