risquable

(Mot repris de risquables)

RISQUABLE

(ri-ska-bl') adj.
Où il y a des risques à courir. Un projet risquable.
Qu'on peut risquer avec quelque chance de succès. Cette affaire est risquable.

ÉTYMOLOGIE

  • Risquer ; Berry, chemin risquable, chemin dangereux.

risquable

RISQUABLE. adj. des deux genres Où il y a du risque. Une affaire, un projet risquable.

Il signifie aussi, Qu'on peut risquer avec quelques chances de succès. Cette entreprise n'est pas sûre, mais elle est risquable.

risquable


RISQUABLE, adj. RISQUE, s. m. RISQUER, v. act. et neut. [Riskable, ke, , 3e dout. au 1er, e muet au 2d, é fer. au 3e.] Le genre de risque a été long-tems incertain. Enfin le masculin l'a emporté. On a dit aûtrefois, nulle risque, PASC. Aucune risque, SARR. Courir de grandes risques, BOUH. On ne dit plus que, nul risque, aucun risque, grands risques. Le féminin ne s'est conservé que dans cette locution proverbiale, à toute risque, à tout hazard.
   RISQUE, péril, danger. Voy. DANGER. S'exposer au risque, ou courir le risque de. Il régit de et l'infinitif. "Il courut grand risque d'être condamné.
   Rem. 1°. Il y a grande diférence pour le régime, et même pour le sens, entre courir risque de faire, et courir un risque à faire. Le 1er signifie qu'on était dans le risque, ou sur le point de faire une chôse; et l'aûtre, qu'en la fesant, on était exposé à des malheurs. "Nous avons couru risque de faire naufrage. "On ne court aucun risque à faire cette route. = 2°. Courir risque, et risquer se disent du mal, et non du bien. * Ceux-là parlent mal, qui disent d'un malade, il court risque, ou il risque d'échaper; et d'un homme qui est en voie de s'enrichir, il court risque, ou il risque de faire fortune. = 3°. Courir risque régit-il l'ablatif des noms? Vertot lui done ce régime, et il fait très-bien dans la phrâse suivante. "Il n'étoit pas juste que dans la maison d'un homme tel que Claudius, Virginie courut plus de risque de son honeur, que de sa liberté. L'Abé Coyer et M. Salaun mettent au pluriel, courir les risques de: ce n'est pas trop l'usage.
   RISQUER, hazarder, mettre en danger. "Risquer sa vie, son honeur, son argent.
   On joue argent, bijous, maisons, contrats, honeur;
   Et c'est ce qu'une femme, en cette humeur à craindre,
   Risque plus volontiers, et perd plus sans se plaindre.
       Le Joueur.
  Je n'ai plus rien à perdre, et j'ai tout à risquer.
      Sémiramis.
= V. n. "Il risque de beaucoup perdre, pour peu gâgner. = Le Traducteur du Voyage d'Anson done à ce verbe le sens de tenter, essayer. "Nous risquâmes de nous servir de nos bâsses voiles. Ce verbe n'est pas usité en ce sens.
   REM. D'Avrigni fait régir à risquer, neut. la prép. à, au lieu de la prép. de: "Le Duc aime mieux risquer à tout perdre que de ne gâgner rien. Il falait, risquer de tout perdre, etc. Quand risquer est actif, et signifie courir des risques, la prép. à va fort bien. Vous risquez tout à prendre ces moyens; c. à. d. en prenant, etc. Voy. plus haut, courir risque, Rem. 1°. Voy. aussi 2°. = Risquer régit de avec l'infinitif, ou que avec le subjonctif. Le 1er régime est employé quand le verbe régi se raporte au nominatif de risquer; le 2d, quand il ne s'y raporte pas: vous risquez d'être méprisé, ou, qu' on ne vous méprise.
   RISQUABLE, qui a du risque: afaire, projet risquable. Il est peu usité. = Plusieurs le disent dans le sens de, qu'on peut risquer, hazarder. Il n'est guère plus en usage dans cette acception.