rogner

(Mot repris de rogneras)

rogner

v.t. [ du lat. pop. rotundiare, couper en rond, de rotundus, rond ]
1. Couper qqch sur son pourtour, sur les bords : Rogner les pages d'un livre massicoter
2. Diminuer faiblement ce qui doit revenir à qqn pour en tirer un petit profit : Le patron rogne les bénéfices.
Rogner les ailes à qqn,
limiter ses moyens d'action, l'empêcher d'agir.
v.t. ind.
(sur) Faire de petites économies sur qqch : Rogner sur la nourriture.

rogner

(ʀɔɲe)
verbe transitif
1. couper les bords de qqch rogner une photo
2. figuré
faire de petites économies sur rogner sur les salaires

rogner


Participe passé: rogné
Gérondif: rognant

Indicatif présent
je rogne
tu rognes
il/elle rogne
nous rognons
vous rognez
ils/elles rognent
Passé simple
je rognai
tu rognas
il/elle rogna
nous rognâmes
vous rognâtes
ils/elles rognèrent
Imparfait
je rognais
tu rognais
il/elle rognait
nous rognions
vous rogniez
ils/elles rognaient
Futur
je rognerai
tu rogneras
il/elle rognera
nous rognerons
vous rognerez
ils/elles rogneront
Conditionnel présent
je rognerais
tu rognerais
il/elle rognerait
nous rognerions
vous rogneriez
ils/elles rogneraient
Subjonctif imparfait
je rognasse
tu rognasses
il/elle rognât
nous rognassions
vous rognassiez
ils/elles rognassent
Subjonctif présent
je rogne
tu rognes
il/elle rogne
nous rognions
vous rogniez
ils/elles rognent
Impératif
rogne (tu)
rognons (nous)
rognez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais rogné
tu avais rogné
il/elle avait rogné
nous avions rogné
vous aviez rogné
ils/elles avaient rogné
Futur antérieur
j'aurai rogné
tu auras rogné
il/elle aura rogné
nous aurons rogné
vous aurez rogné
ils/elles auront rogné
Passé composé
j'ai rogné
tu as rogné
il/elle a rogné
nous avons rogné
vous avez rogné
ils/elles ont rogné
Conditionnel passé
j'aurais rogné
tu aurais rogné
il/elle aurait rogné
nous aurions rogné
vous auriez rogné
ils/elles auraient rogné
Passé antérieur
j'eus rogné
tu eus rogné
il/elle eut rogné
nous eûmes rogné
vous eûtes rogné
ils/elles eurent rogné
Subjonctif passé
j'aie rogné
tu aies rogné
il/elle ait rogné
nous ayons rogné
vous ayez rogné
ils/elles aient rogné
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse rogné
tu eusses rogné
il/elle eût rogné
nous eussions rogné
vous eussiez rogné
ils/elles eussent rogné

ROGNER

(ro-gné) v. a.
Retrancher sur la longueur, sur la largeur, sur les extrémités. Rogner du papier. Rogner la marge d'un livre, ou rogner un livre.
Permettez donc [vous, lion] qu'à chaque patte On vous les rogne [les ongles] ; et pour les dents Qu'on vous les lime en même temps [LA FONT., Fabl. IV, 1]
Il [le chantre] saisit, en pleurant, ce rochet qu'autrefois Le prélat trop jaloux lui rogna de trois doigts [BOILEAU, Lutr. IV]
Ne pourrait-il pas me dire, comme Diogène à celui qui lui reprochait d'avoir rogné les espèces : il est vrai ; ce que tu es à présent, je le fus autrefois, mais tu ne deviendras jamais ce que je suis [DIDER., Claude et Nér. I, 22]
Fig. Rogner les ongles à quelqu'un, les lui rogner de près, lui diminuer, lui retrancher son pouvoir, son profit, sa fortune.
Les opérations de finances .... m'ont rogné les ongles [Mme DU DEFFANT, Lett. à H. Walpole, t. IV, p. 307, dans POUGENS]
On a rogné jusqu'au vif les griffes de l'inquisition ; elle n'est plus qu'un fantôme [VOLT., Lett. d'Argental, 6 mai 1768]
Si Balthazar Beker s'en était tenu à rogner les ongles au diable [ID., Dict. phil. Beker.]
Fig. Rogner les ailes, empêcher d'agir, de s'élever.
Si je ne vous fais pas aussi bonne chère que je voudrais, c'est la faute de monsieur votre intendant qui m'a rogné les ailes avec les ciseaux de son économie [MOL., l'Av. V, 2]
Puisque vous êtes, monsieur, à portée de rendre service aux belles-lettres, ne rognez pas de si près les ailes à nos écrivains [VOLT., Mél. litt. à un premier commis.]
Platon dit que les âmes avaient autrefois des ailes ; je crois qu'elles en ont encore aujourd'hui, mais on nous les rogne [ID., Lett. Chabanon, 28 sept. 1770]
Fig. et absolument. Taillez et rognez comme il vous plaira, je vous laisse le maître absolu.
Que chacun taille, rogne et glose sur mes vers [RÉGNIER, Sat. XI]
Je me mis à tailler et à rogner à ma fantaisie ; et tout ce que je fis fut trouvé fort bien [LESAGE, Guzm. d'Alf. III, 9]
Lui seul dans la maison taille, rogne, gouverne [J. B. ROUSS., Flatteur, I, 1]
Terme rural. Couper des branches, des racines.
Rogner le pied d'un cheval, abattre la mauvaise corne.
Fig. et familièrement. Ôter, retrancher à quelqu'un une partie de ce qui lui est dévolu.
M. de Louvois, à la mort du duc du Lude, voulut rogner l'office du grand maître de l'artillerie en faveur de sa charge de secrétaire d'État [SAINT-SIMON, 23, 12]
Le lansquenet défendu va rogner ses rentes et son équipage [DANCOURT, Désol. des joueuses, sc. 1]
Il se dit aussi pour dépenser, entamer.
Mon fils par vous accoutumé à rogner ce grand héritage [VOLT., Ép. 59]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Toi ne autrui ne prisent un denier ; Ainz te manascent la teste à rooignier, Se il te puent [peuvent] ne tenir ne baillier [, Raoul de C. 57]
  • XIIIe s.
    Donques me faites rooignier [tonsurer] [, Ren. 1082]
    Les chevaliers qui se combatent por murtre ou por homecide se deivent combatre à pié et sans coifes, les testes roigniées à la reonde [, Ass. de Jér. I, 165]
    La quarte maniere de fax monniers [monnayeurs], si est quant aucun rongnent monnoie, car le [la] monnoie en pert son pois [BEAUMANOIR, XXX, 12]
    Ses ongles [il] roongnoit aus denz [RUTEB., II, 122]
  • XIVe s.
    Quelconque personne qui sire soit de ce chastel [Montereau] se peut bien vanter que ces villains de Paris sont en son dangier [sous son autorité], et que bien près leur peut rongnier les ongles [, Lett. de Marcel, dans Hist. de Flandre, t. II, p. 390]
  • XVIe s.
    Le premier Scipion, qui leur osta et rongna [aux Carthaginois] pour l'amende une bonne partie de leur empire [AMYOT, Caton, 53]
    Ressembler la monnoye rongnée [COTGRAVE, ]
    Qui fief rongne fief pert [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, rognî ; Berry, reugner, rougner ; prov. redonhar, rezonar, rezoynar, rogner, tondre, couper ; du lat. rotundus, rond : proprement couper en rond. Rotundus avait donné dans le provençal redon, et dans le vieux français reon, roon ; le vieux français dit rooignier, en trois syllabes.

rogner

ROGNER. v. tr. Retrancher, ôter quelque chose sur les extrémités, sur les bords d'une étoffe, d'un cuir, d'un morceau de bois, etc. Il faut rogner ce bâton, il est trop long. Il n'en faut pas tant rogner. Rogner les bords d'un chapeau. Rogner la marge d'un livre. Rogner en pince la corne du pied d'un cheval. Rogner les ongles à un chat, les ailes à un oiseau.

Fig. et fam., Rogner les ongles à quelqu'un, lui rogner les ongles de près, Lui diminuer ou même lui retrancher ses profits, son autorité.

Fig. et fam., Rogner les ailes de quelqu'un, L'empêcher d'agir librement, de déployer ses facultés.

ROGNER signifie aussi, figurément et familièrement, Ôter, retrancher à quelqu'un une partie de ce qui lui appartient, de ce qui lui revient. On lui a rogné ses revenus, ses appointements.

Il s'emploie intransitivement dans le langage populaire et signifie Être de mauvaise humeur. C'est un homme qui rogne du matin au soir.

Synonymes et Contraires

rogner

verbe intransitif rogner
Vieux. Être en rogne.
grogner, grommeler, gronder, maugréer -familier: bougonner, grognasser, grognonner, maronner, râler, ronchonner, rouspéter -populaire: rouscailler -vieux: rognonner.

rogner

verbe transitif rogner

rogner

verbe transitif indirect rogner
Faire des économies.
économiser, lésiner, regarder -familier: gratter -populaire: mégoter.
Traductions

rogner

pare, trim, clip, dock

rogner

култура

rogner

作物

rogner

afgrøde

rogner

자르기

rogner

gröda

rogner

[ʀɔɲe] vt
(= couper) → to trim
(fig) (= diminuer) → to whittle down
rogner sur → to cut down on