rognonner

(Mot repris de rognonna)

ROGNONNER

(ro-gno-né) v. n.
Terme populaire. Gronder, grommeler entre ses dents.
M. de Monaco y était ardent [à l'affaire du pas], sauf ses parties et sa bourse, encore payait-il bien en rognonnant [SAINT-SIMON, 18, 240]
Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    L'heresie est proprement en nos ames ce qu'est un chancre en nos corps, qui les rongnonne petit à petit jusques à la gangrene [PASQUIER, Lettres, t. II, p. 605]
    Et parce qu'elle [la fourmi] fait son reservoir dedans terre, elle rognonne le grain qu'elle y veut cacher, afin qu'il ne germe point [ID., ib. t. I, p. 591]
    La seigneurie de Venise les a chassez [les jésuites], et m'asseure que quelque jour la ville de Rome n'en fera pas moins, et trouvera qu'elle nourrit dedans son sein un ver qui à la longue rongnonnera son estat [ID., Recherches, III, p. 289, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Fréquentatif, ainsi que l'indique l'historique, de rogner, qui a pris le sens figuré de trouver à redire, gronder.

rognonner

ROGNONNER. v. intr. Gronder, grommeler, murmurer entre ses dents. Cette vieille ne fait que rognonner. Il est populaire.
Synonymes et Contraires

rognonner

verbe rognonner
Vieux. Montrer sa mauvaise humeur.