rouge

1. rouge

adj. [ du lat. rubeus, roux, de ruber, rouge ]
1. De la couleur du sang, du coquelicot, etc. : Des tulipes rouges. Des soies rouge foncé. Du vin rouge.
2. Qui a le visage coloré par l'émotion, l'effort, le froid : Elle était rouge de honte cramoisi, écarlate
3. Qui a été chauffé et porté à l'incandescence : Le poêle était rouge.
adj. et n.
Se dit de ce qui a trait aux communistes ou à l'extrême gauche : Les banlieues rouges.
adv.
Se fâcher tout rouge,
manifester violemment sa colère : Elles se sont fâchées tout rouge.
Voir rouge,
avoir un vif accès de colère : Ils ont vu rouge.

2. rouge

n.m.
1. Couleur rouge : Elle porte souvent du rouge.
2. Matière colorante rouge : Un tube de rouge.
3. Couleur que prend un métal porté à l'incandescence : Un fer chauffé au rouge.
4. Fard pour les lèvres (on dit aussi du rouge à lèvres) : Elle s'est remis un peu de rouge.
5. Couleur caractéristique des signaux d'arrêt ou de danger : Les feux viennent de passer au rouge.
6. Coloration vive de la peau du visage sous l'effet du froid, d'une émotion : Le rouge de la honte.
7. Vin rouge : Il a commandé une bouteille de rouge.
8. Situation déficitaire ; solde débiteur : La balance commerciale est à nouveau en rouge. Compte en rouge à la banque.
Être dans le rouge,
se trouver dans une situation présentant un caractère de difficulté ou de risque, et d'urgence ; spécial., se trouver dans une situation déficitaire ; présenter un solde débiteur : Je ne peux pas te prêter de l'argent, je suis dans le rouge en ce moment.
Gros rouge,
Fam. vin rouge de qualité médiocre.
Sortir du rouge,
cesser d'être en déficit : Une entreprise qui sort du rouge.

ROUGE1

(rou-j') adj.
Qui est d'une couleur semblable à celle du feu, du sang, etc.
J'étais tout rouge de honte d'avoir à traverser toute une ville avec tant d'appareil [SCARR., Rom. com. I, 18]
Ayant pris la ville par la volonté du Seigneur, il [Judas Machabée] y fit un carnage incroyable, de sorte que l'étang d'après, qui avait deux stades de large, était tout rouge du sang des morts [SACI, Bible, Machab. II, XII, 16]
M. de Pompone sortit avec les yeux un peu rouges [SÉV., 403]
Je reviens aux dames : je trouve d'abord trois ou quatre de mes belles-filles [demoiselles entre qui Ch. de Sévigné cherchait une femme], plus rouges que du feu, tant elles me craignent ! [ID., 6 août 1680]
La timide Aricie est alors arrivée.... Elle approche, elle voit l'herbe rouge et fumante [RAC., Phèdre, V, 6, 2]
Elle est devenue rouge comme un coq [TH. LECLERCQ, Prov. t. I, p. 243, dans POUGENS]
Les diverses nuances s'expriment de la manière suivante : rouge ordinaire, pur, rouge sanguin, rouge pourpre, rouge carmin, rouge de cinabre, rouge coquelicot, rouge incarnat, rouge de feu, rouge safrané, rouge orangé, rouge de chair, rouge rosé ou rose. Perdrix rouge, espèce de perdrix qui a les pieds et le bec rouges. Maladie rouge, mal rouge, voy. MALADIE, n° 3. Terme de marine. Escadre rouge, celle des divisions d'une flotte qui est distinguée par le pavillon rouge (voy. ESCADRE, aux ADDITIONS et CORRECTIONS). Fig. Avoir le collet rouge, avoir la tête tranchée.
Cinq-Mars n'y joua pas bien son rôle [auprès de Louis XIII], et voulut tromper son maître [Richelieu] qui l'avait mis là ; aussi en devint-il mauvais marchand, et en eut le collet rouge à Lyon, l'an 1642 [GUI PATIN, Lett. t. II, p. 363]
Drapeau rouge, voy. DRAPEAU.
[Dans la révolution] le drapeau rouge flotte aux remparts des cités ; la guerre est déclarée aux nations [CHATEAUB., Génie, III, III, 1]
Chapeau rouge, chapeau de cardinal. Les enfants rouges, s'est dit quelquefois des mousquetaires. Anciennement. Livre rouge, livre sur lequel on enregistrait les défauts prononcés à l'audience. Fig. Il est écrit sur le livre rouge, il est écrit en lettres rouges, il est en danger d'être recherché pour quelque faute qu'il a faite.
C'est lui qui vous attire l'attention de la justice ; il n'y est pas en bon prédicament, et l'on m'a fait voir un petit registre où il est marqué en lettres rouges [DANCOURT, Déroute du pharaon, sc. 22]
Fig. Les rouges charpentiers, voy. CHARPENTIER.
Terme de jeu. Se dit, au trente et un, à la roulette, etc., de la couleur opposée à la noire. On dit substantivement : la rouge et la noire.
Fer rouge, fer chauffé au point de devenir rouge.
La chaleur du fer rouge, qui est à très peu près égale à celle du verre en incandescence, est huit fois plus grande que la chaleur de l'eau bouillante, et vingt-quatre fois plus grande que celle du soleil en été [BUFF., Théor. terr. part. hyp. Œuv. t. IX, p. 96]
Rouge obscur, rouge cerise, rouge blanc, se dit des différents degrés de chaleur dans le fer que l'on forge. Boulet rouge, voy. BOULET. Fig. Tirer à boulet rouge ou à boulets rouges, voy. BOULET.
Un rouge bord, un verre de vin plein jusqu'aux bords (lotion vieillie).
Un laquais effronté m'apporte un rouge bord [BOILEAU, Sat. III]
On a dit dans le même sens : boire à rouge bord.
Race rouge, se dit des Indiens de l'Amérique du Nord. On dit souvent : Peaux rouges.
Extrêmement roux. Cheveux rouges. Familièrement. Il est méchant comme un âne rouge, il est très méchant.
Adverbialement. Se fâcher tout rouge, se fâcher sérieusement.
Puis les tient-on fâchés tout rouge, avec un brin d'intrigue on les mène où l'on veut [BEAUMARCH., Mar. de Fig. II, 2]
Fig. Voir rouge, être animé de passions violentes, sanguinaires.
S. m. Couleur rouge. Un beau rouge. Un rouge vif. Rouge d'écarlate. Drap teint en rouge.
Les rouges de teinture, c'est-à-dire les matières colorantes rouges qu'on peut extraire des végétaux [FOURCROY, Conn. chim. t. VIII, p. 70]
Les principales substances dont on se sert pour obtenir les rouges sont la garance, la cochenille, le bois de Brésil et le carthame [THENARD, Traité de chim. t. III, p. 320, dans POUGENS]
10° Certaines substances de couleur rouge. Rouge de montagne. Rouge des Indes ou d'Andrinople, sorte de couleur rouge solide et brillante que l'on donne aux étoffes de coton. Rouge cinchonique, corps analogue au tannin, qu'on trouve dans les écorces de quinquina. Rouge végétal, matière rouge du carthame précipitée par un acide. Rouge à polir, dit aussi rouge indien, rouge de Prusse, colcothar, substance dont on se sert pour polir les métaux, les pierres dures, les glaces, etc.
11° Prendre le rouge, pousser le rouge, se dit des jeunes dindons, lorsque, à l'âge de six semaines ou de deux mois, la chair glanduleuse et les barbillons qui entourent leur bec commencent à se développer.
Les dindonneaux lorsqu'ils poussent le rouge [BUFF., Ois. t. IV, p. 36]
Ce n'est qu'après trois mois passés que les jeunes perdreaux poussent le rouge ; car les perdrix grises ont aussi du rouge à côté des tempes entre l'œil et l'oreille [ID., ib. t. IV, p. 182]
12° Maladie du pêcher. Maladie des vers à soie. Maladie des chiens et des oiseaux.
13° Fig. Le sang, la colère, la honte qui montent au visage.
Au visage sur l'heure un rouge m'est monté [MOL., Fâch. I, 1]
Le rouge au visage et le feu aux yeux sont un signe de la colère, comme l'éclair qui nous avertit d'éviter la foudre [BOSSUET, Connaiss. V, 5]
14° Fard rouge à l'usage des femmes.
On veut parier que la princesse d'Harcourt ne sera pas dévote dans un an, à cette heure qu'elle est dame du palais, et qu'elle remettra du rouge ; car ce rouge c'est la loi et les prophètes ; c'est sur ce rouge que roule tout le christianisme [SÉV., 181]
Si c'est aux hommes qu'elles [les femmes] désirent de plaire, si c'est pour eux qu'elles se fardent et s'enluminent, j'ai recueilli les voix, et je leur prononce de la part de tous les hommes, ou de la plus grande partie, que le blanc et le rouge les rendent affreuses et dégoûtantes ; que le rouge seul les vieillit et les déguise [LA BRUY., III]
Les Perses.... commencèrent à leur imitation [des Mèdes] à se peindre les yeux et à se mettre du rouge au visage, afin d'avoir l'œil plus vif et le teint plus vermeil [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. II, p. 268]
Auprès d'un pot de rouge on voit un Massillon [VOLT., Gertrude.]
Dès que le rouge est quitté et que, par un extérieur d'éclat, une femme est déclarée dévote [DUCLOS, Œuv. t. VIII, p. 55]
Lise a quitté le rouge, et l'on se dit tout bas Qu'elle ferait bien mieux de quitter Lycidas [GRESS., le Méch. III, 9]
Tout au contraire des autres femmes, ce qu'elle avait de moins frais était le visage, et je crois que le rouge le lui avait gâté [J. J. ROUSS., Confess. VI]
[Sur le théâtre] on voit Cornélie en pleurs avec deux doigts de rouge [ID., Hél. II, 17]
Les Athéniennes peignent leurs sourcils en noir, et appliquent sur leur visage une couche de blanc de céruse avec de fortes teintes de rouge [BARTHÉL., Anach. ch. 20]
Aussitôt qu'on a été vue de toute la salle, que le rouge se raye, que la coiffure se dérange, on bâille, on se plaint du chaud, et l'on va se coucher [GENLIS, Ad. et Th. t. III, p. 417, dans POUGENS]
C'est avec le carthame qu'on prépare le rouge dont les femmes se servent pour la toilette [THENARD, Traité de chim. t. III, p. 303]
Par exagération. Cette femme a un pied de rouge, elle a du rouge comme une roue de carrosse. Fig.
Vous mîtes du rouge à Virgile, Mettez des mouches à Milton [M. J. CHÉNIER, Épître à Delille.]
15° Républicain avancé acceptant le drapeau rouge pour symbole (voy. DRAPEAU). Les Rouges.

PROVERBE

    Rouge au soir et blanc au matin, c'est la journée du pélerin.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Recordez en quel manere nos pere furent sauvé en la mer roge [, Machab. I, 4]
  • XIIIe s.
    Qui est cil qui met fin en pechier [péché], puisque la rouge color s'en est alée une foiz de son front ? [BRUN. LATINI, Trésor, p. 401]
  • XVe s.
    J'ay par ma convoitise Tout perdu, argent et chemise, Pour vingt francs que je vi si rouges ; Mettre les cuiday en mes bouges [E. DESCH., Poésies mss. f° 375]
    Un jour vint que le roy le mena à la chasse, et recueillirent une rouge beste laquelle courut longuement.... [MONSTREL., t. III, p. 89, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Là dessus les batries que nous avons designées, firent breche, et, les maisons estans à descouvert, plusieurs bales rouges y furent jetées, qui mirent en peine les assiegez [D'AUB., Hist. III, 437]
    On usera du rouge d'Espagne [PARÉ, XXV, 44]
    Ce fut un grand exploit et un grand heur de guerre ; dont ils en vinrent si rouges et si insolens, qu'ils mesprisoient toutes nations et pensoient battre tout le monde [BRANT., Capit. franç. t. I, p. 291]
    Les plus rouges [les plus malins] y sont pris [COTGRAVE, ]
    Rouge visage et grosse panse ne sont signes de penitence [ID., ]
    Ainsi donc, pour venir à conclure, c'est à toy, cardinal [le cardinal de Lorraine], plus rouge de nostre sang que d'autre teinture.... [RÉGNIER DE LA PLANCHE, De l'Estat de France sous François II]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, rog ; provenç. rog, au fém. roja ; cat. rotj ; espag. rojo, rubio ; ital. roggio, robbio ; du lat. rubeus, d'où rouge, comme rage, de rabies. Rubeus correspond au sanscrit rudhira, sang rouge, grec.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. ROUGE. Ajoutez :
    16° Rouge et blanc, s'est dit pour cuivre et argent, en termes de monnaie.
    Les carats, qui sont les degrés de la bonté [de l'or], diminuent à proportion de la quantité du blanc et du rouge qui y sont incorporés : ce sont les noms qu'on donne d'ordinaire à l'argent et au cuivre ; de sorte qu'un quart de blanc, un quart de rouge et deux quarts d'or alliés ensemble feraient de l'or à douze carats [CH. PATIN, Introd. à la connais. des médailles, ch. VII]
    17° Terme de forestier.
    Le rouge, ou la pourriture rouge, maladie des bois qui les rend cassants, friables, ainsi dit de sa couleur brun cannelle ; il est le développement de la cadranure [NANQUETTE, Expl. débit et estim. des bois, Nancy, 1868, p. 186]
    18° Le rouge, et, plus souvent, le rouge de rivière, nom d'une espèce de gibier à plume.
    Consommation en 1853, gibier vendu sur le marché de la vallée, râles, rouges, sarcelles [A. HUSSON, les Consommations de Paris, p. 246]
    19°
    L'arbre rouge, l'erythrophlaeum de Guinée [BAILLON, Dict. de bot. p. 248]
    20° Voir rouge, être saisi de fureur, du désir de nuire, de tuer ; expression mise en vogue par Eug. Sue, dans les Mystères de Paris, personnage du Chourineur.
    Il plaisait à Palmerston de nourrir des griefs contre nous, de nous représenter comme des alliés peu sûrs, des modèles de fourberie, des abîmes d'ambition ; il voit rouge quand il est question du roi des Français [LAUGEL, cité dans Rev. des Deux-Mondes, 15 mars 1877, p. 343]

    HISTORIQUE

    • XVe s. Ajoutez :
      S'ele est fine [une dame], soyez songneux Que de ses fins tours vous gardez ; Car souvent les plus rouges gueux Y sont surprins, bien l'entendez [, Chansons du XVe siècle, publiées par G. Paris, p. 129]
      (les plus rouges gueux, les gueux les plus rusés, nous dirions les plus roués ; voy. un emploi semblable de rouge à l'historique dans le XIVe siècle).

ROUGE2

(rou-j') s. m.
Oiseau de rivière qui ressemble à un canard et qui a les pieds rouges ; c'est le canard souchet, anas clypeata.

ÉTYMOLOGIE

  • Rouge 1.

rouge

ROUGE. adj. des deux genres. Qui est d'une couleur semblable à celle du sang humain. La couleur rouge est la première du Prisme. Avoir les lèvres rouges, les joues rouges, les yeux rouges, le nez rouge, l'oreille rouge. Rouge comme un coq. Rouge comme une écrevisse, comme une tomate. Cet homme devint tout rouge de colère. Cuivre rouge. Roses rouges. Vin rouge. OEufs rouges.

Perdrix rouge, Espèce de perdrix qui a les pattes et le bec rouges.

Fer rouge, Fer qui est devenu rouge au feu. On dit dans le même sens : Boulet rouge, Boulet qu'on faisait rougir avant d'en charger le canon et que l'on employait comme projectile incendiaire. Tirer à boulets rouges.

Fig., Tirer sur quelqu'un à boulets rouges, L'attaquer sans ménagements, l'accabler de reproches, d'injures ou d'épigrammes.

Le chapeau rouge, Le chapeau de cardinal. On dit plus ordinairement Le chapeau.

Fam., Un rouge bord, Un verre de vin plein jusqu'aux bords. Boire un rouge bord. Se verser un rouge bord.

Fig. et fam., N'avoir pas un rouge liard, Être sans argent.

Le drapeau rouge, Le drapeau révolutionnaire. Arborer le drapeau rouge. On dit aussi par extension et substantivement : Les rouges, Les révolutionnaires ou les hommes appartenant aux partis d'extrême gauche, dont le drapeau rouge est l'emblème. Ce député est un rouge.

Le bonnet rouge, Le bonnet dont on se coiffait dans les premières années de la Révolution, en signe de civisme et qu'on appelle aussi Bonnet phrygien.

En termes de Jeu, La couleur rouge ou, elliptiquement, La rouge, La partie de la table du jeu de roulette opposée à la partie noire. Miser cent francs sur la rouge.

Prov., Rouge au soir, blanc au matin, c'est la journée du pèlerin, Le ciel rouge au soir, et blanc au matin, présage un beau temps.

ROUGE se dit quelquefois en parlant des Cheveux, du poil; et alors il signifie Qui est très roux. Il a les cheveux rouges.

Fig. et fam., Il est méchant comme un âne rouge se dit d'un Homme ou d'un enfant très méchant.

Peaux Rouges, Indigènes de l'Amérique, ainsi nommés à cause de la couleur cuivrée de leur peau. On dit de même : La race rouge.

ROUGE est aussi nom masculin et signifie Couleur rouge. Beau rouge, rouge vif, éclatant. Rouge brun, foncé. Rouge cramoisi. Rouge écarlate. Rouge sanguin. Drap teint en rouge.

Il est employé substantivement et au singulier dans les cas où il est suivi d'un autre adjectif ou d'un complément qui indique la nuance exacte. Des étoffes rouge foncé, rouge sang.

Le rouge lui monte au visage se dit en parlant d'une Personne à qui le sang monte subitement au visage, par un effet de la pudeur, de la honte ou de la colère.

ROUGE se dit aussi de Certaines substances minérales ou végétales qu'on emploie à divers usages et qui sont de couleur rouge. Le rouge d'Angleterre sert à polir. Rouge d'Andrinople.

Il se dit particulièrement d'une Sorte de fard rouge. Mettre du rouge et des mouches. Rouge végétal. Un bâton de rouge. Mettre son rouge. Les acteurs se mettent du rouge pour paraître sur la scène. Avoir du rouge aux lèvres. Par exagération, Cette femme a un pied de rouge, Elle est extrêmement fardée.

ROUGE est aussi employé adverbialement dans les expressions suivantes : Se fâcher tout rouge, Se fâcher sérieusement; Voir rouge, Avoir un violent accès de colère, qui incite au meurtre.

rouge

ROUGE. n. m. Oiseau de rivière qui ressemble à un canard et qui a les pattes rouges.

rouge

Rouge, Ruber. Il vient de Rubere, par mutation de b en g.

Fort rouge, Rubicundus.

Estre rouge, Rubere.

Rouge, fort reluysant et de haute couleur, Spadix.

Devenir rouge, Colorem rubicundum trahere.

Faire devenir rouge, Dare in ruborem.

rouge


ROUGE, ROUGEâTRE, ROUGEAUD, AUDE, adj. ROUGEUR, s. fém. ROUGIR, v. act. et neut. [Rou-ge, jâtre, , jôde, geur, gir: 2e e muet au 1er, lon. aux trois suivans.] Rouge exprime une couleur semblable à celle du feu, du sang, etc. = Rougeâtre, qui tire sur le rouge. Rougeaud, haut en couleur, qui a naturellement le visage rouge. "Il est rougeaud. = S. m. "Un grôs rougeaud; une grosse rougeaude. St. famil.
   ROUGE, s. m. Couleur rouge. "Un beau rouge: un rouge vif, éclatant, brun, foncé, ou, pâle, déteint. = Le rouge lui monte au visage. C'est l'éfet de la honte ou de la colère. = Rouge, espèce de fard que les femmes se mettent sur le visage. "Elle met du rouge: le rouge gâte le teint.
   ROUGEUR, couleur rouge. "La rougeur du Ciel, des yeux, des lèvres. "La rougeur, lui est montée au visage: est-ce de honte, de pudeur ou de colère.?
   Devois-je, en lui faisant un récit trop sincère,
   D'une indigne rougeur couvrir le front d'un père.
       Phèdre.
Tache rouge qui vient au visage. "Elle a des rougeurs; elle est sujette aux rougeurs; il m'est venu une rougeur à la joûe.
   ROUGIR, actif, rendre rouge. "Rougir une porte, un plancher, un livre sur la tranche, des roûes de carrosse, etc. = Neutre, devenir rouge. "Les cerises comencent à rougir. = Faire rougir un fer, la pelle dans le feu. = Rougir de honte, de pudeur, de colère. "Cette fille rougit aussitôt qu' on lui parle. Elle répondit en rougissant. = Figurément. Avoir honte, confusion, quoiqu'on ne rougisse pas. Il régit de devant les noms et les verbes. "Il rougit aujourd'hui de l'éclat qu'il a fait.
   Délibère long-tems, consulte avant d'agir,
   Si de tes actions tu ne veux pas rougir.
       Le Franc.
À~ force d'avoir à rougir de trop d'excès, l'on ne rougit plus de rien. L'Ab. Du-Serre-Figon. "Je rougis de le dire. "L'ignorance ne rougit pas de se hasarder, et la passion ne rougit pas de se contredire. Cerutti, Apol. de l'Inst. = Il est aussi neutre sans régime.
   Coquette impertinente et folle au par-dessus,
   Qui soutient que la mode est de ne rougir plus.
       Dest. Le Dissip.
  Je ne suis point de ces femmes hardies,
  Qui, goûtant dans le crime une tranquille paix,
  On sut se faire un front qui ne rougit jamais.
       Phèdre.

Synonymes et Contraires
Traductions

rouge

(ʀuʒ)
adjectif
de la couleur du sang du vin rouge

rouge

rotred, flushed, rougerood, blozend, communist, lippenstift, rode wijn, roodgloeiend, rodeאדום (ת), אדומי (ת), אודם (ז), סמוק (ת), אָדֹםrooiأحمر, أَحْمَرroig, vermellčervenýrødκόκκινο, κόκκινος, ερυθρόςruĝa, ruĝorojo, negro, tinto, vinopunainenलालpiros, vörösmerahrosso, rovente赤, 赤いruber, russusrødczerwonyvermelho, rubroroşuкрасныйröd-ekundukırmızı, al, kızıl红色, 红的crven빨간แดงmàu đỏЧервен
nom masculin
1. couleur du sang ne pas aimer le rouge Le feu passe au rouge.
2. produit qui colore les lèvres se mettre du rouge à lèvres

rouge

[ʀuʒ]
adj
(couleur)red
rouge de honte → red with shame
rouge de colère → red with anger
rouge brique → brick-red
rouge sang → blood-red
sur la liste rouge (TÉLÉCOMMUNICATIONS)ex-directory (Grande-Bretagne), unlisted (USA)
(péjoratif) (= communiste) → red
nm/f (péjoratif) (= communiste) → red
nm
(= couleur) → red
Le rouge est ma couleur préférée → Red is my favourite colour.
(= fard) → rouge
(= vin) → red wine
un verre de rouge → a glass of red wine
vin rouge → red wine
(= feu rouge) passer au rouge [feu] → to go red, to change to red; [automobiliste] → to go through a red light
Le feu est passé au rouge → The light changed to red.
Jean-Pierre est passé au rouge → Jean-Pierre went through a red light.
(chaleur) porter au rouge [+ métal] → to bring to red heat
(au jeu) miser sur le rouge → to bet on red
(FINANCE) (dans un bilan) être dans le rouge → to be in the red
adv
se fâcher tout rouge → to blow one's top
voir rouge → to see red
rouge à lèvres nmlipstick