rougir

rougir

v.i.
1. Devenir rouge : Les feuilles rougissent à l'automne.
2. Devenir rouge sous l'effet d'une émotion, en parlant du visage : Elle rougit de confusion blêmir, pâlir
v.t.
Rendre rouge : Rougir une barre de fer au feu.

rougir


Participe passé: rougi
Gérondif: rougissant

Indicatif présent
je rougis
tu rougis
il/elle rougit
nous rougissons
vous rougissez
ils/elles rougissent
Passé simple
je rougis
tu rougis
il/elle rougit
nous rougîmes
vous rougîtes
ils/elles rougirent
Imparfait
je rougissais
tu rougissais
il/elle rougissait
nous rougissions
vous rougissiez
ils/elles rougissaient
Futur
je rougirai
tu rougiras
il/elle rougira
nous rougirons
vous rougirez
ils/elles rougiront
Conditionnel présent
je rougirais
tu rougirais
il/elle rougirait
nous rougirions
vous rougiriez
ils/elles rougiraient
Subjonctif imparfait
je rougisse
tu rougisses
il/elle rougît
nous rougissions
vous rougissiez
ils/elles rougissent
Subjonctif présent
je rougisse
tu rougisses
il/elle rougisse
nous rougissions
vous rougissiez
ils/elles rougissent
Impératif
rougis (tu)
rougissons (nous)
rougissez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais rougi
tu avais rougi
il/elle avait rougi
nous avions rougi
vous aviez rougi
ils/elles avaient rougi
Futur antérieur
j'aurai rougi
tu auras rougi
il/elle aura rougi
nous aurons rougi
vous aurez rougi
ils/elles auront rougi
Passé composé
j'ai rougi
tu as rougi
il/elle a rougi
nous avons rougi
vous avez rougi
ils/elles ont rougi
Conditionnel passé
j'aurais rougi
tu aurais rougi
il/elle aurait rougi
nous aurions rougi
vous auriez rougi
ils/elles auraient rougi
Passé antérieur
j'eus rougi
tu eus rougi
il/elle eut rougi
nous eûmes rougi
vous eûtes rougi
ils/elles eurent rougi
Subjonctif passé
j'aie rougi
tu aies rougi
il/elle ait rougi
nous ayons rougi
vous ayez rougi
ils/elles aient rougi
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse rougi
tu eusses rougi
il/elle eût rougi
nous eussions rougi
vous eussiez rougi
ils/elles eussent rougi

ROUGIR

(rou-jir) v. a.
Rendre rouge, peindre ou teindre en rouge. Rougir une porte.
Ils rougissent le mors d'une sanglante écume [RAC., Phèdre, V, 6]
Jamais le sang humain n'a rougi cette terre [FÉN., Tél. VIII]
Je découvrais au loin la mer de l'Archipel avec toutes ses îles ; le soleil couchant rougissait les côtes de Zea [CHATEAUBR., Itin. part. 1]
Ne faire que rougir son eau, mêler à beaucoup d'eau peu de vin. Donner une façon aux cuirs en leur appliquant un rouge composé de bois de Brésil et de chaux.
Fig. Rougir ses mains de sang, tuer quelqu'un. Par extension, exercer des proscriptions sanglantes.
V. n. Devenir rouge.
Songe aux fleuves de sang où ton bras s'est baigné, De combien ont rougi les champs de Macédoine, Combien en a versé la défaite d'Antoine [CORN., Cinna, IV, 3]
À peine son sang coule et fait rougir la terre.... [RAC., Iph. V, 6]
Le cuivre et le fer rougissent longtemps avant de fondre [BRISSON, Traité de phys. t. II, p. 248]
Les cerises commençaient à rougir, et déjà dans les bois on pouvait cueillir des fraises [GENLIS, Veillées du château t. I, p. 446, dans POUGENS]
Faire rougir un fer au feu.
Familièrement. Devenir cardinal.
Deux ans après avoir rougi de la sorte, il [l'archevêque de Rouen] fut chancelier de l'ordre par la mort de Cheverny [SAINT-SIMON, 121, 76]
Les yeux rougissent, ils deviennent rouges pour avoir pleuré.
Mme de Vins s'attendrit en parlant de la bonté de votre cœur, et tous nos yeux rougirent [SÉV., 394]
Il me fit croire que les yeux me rougissaient d'un tel souvenir [ID., 414]
Il se dit des personnes.
Et dans un même instant par un effet contraire Leur front pâlir d'horreur et rougir de colère [CORN., Cinna, I, 3]
Elle rougit, et n'en fut que plus belle [LA FONT., Confid.]
Elle rougissait de tout, sans rien faire dont elle eût à rougir [HAMILT., Gramm. 9]
La décence est une autre gêne pour les poëtes comiques ; une mère veut pouvoir mener sa fille au spectacle, sans avoir à rougir pour elle, si elle est innocente ; et sans la voir rougir, si elle ne l'est pas [MARMONTEL, Œuv. t. IX, p. 402]
Malheureusement, ne rougit pas qui veut [GENLIS, Ad. et Th. t. II, p. 173, dans POUGENS]
Nous avons regardé Mlle Aline, qui a rougi jusqu'aux oreilles [ID., Théât. d'éduc. la Lingère, I, 5]
Plus d'une fois Sa Majesté rougit jusqu'au blanc des yeux [LOMÉNIE DE BRIENNE, Mém. inéd. t. II, p. 42, dans POUGENS]
Vous mentirez pour moi, je rougirai pour vous [DELILLE, Conversat. II]
Fig. Avoir honte, confusion.
Dans les affaires pressantes, les particuliers et les républiques vouaient à Vénus des courtisanes, et la république ne rougissait pas d'attribuer son salut aux prières qu'elles faisaient à leur déesse [BOSSUET, Hist. II, 5]
La vie de celui dont je viens vous entretenir a été telle par sa grâce [de Dieu], que je ne rougirai point de la célébrer en présence de ses saints autels et au milieu de son église [ID., Bourgoing.]
Si tu ne rougis pas de pécher, rougis au moins de ne pas rougir en péchant [BOURDAL., Exhort. sur la flagellat. de J. C. t. II, p. 83]
Il fuyait les acclamations populaires, il rougissait de ses victoires, il venait recevoir des éloges comme on vient faire des apologies [FLÉCH., Turenne.]
Si l'homme savait rougir de soi, quels crimes, non-seulement cachés mais publics et connus, ne s'épargnerait-il pas ? [LA BRUY., XI]
Que dira la postérité, lorsqu'il lui faudra rougir de la honte de ses pères ? [MONTESQ., Lett. pers. 146]
J'ai une pension du roi, je rougirais de la recevoir tant qu'il y aura des officiers qui souffriront [VOLT., Lett. Thiriot, 31 janv. 1761]
Pourquoi des malhonnêtes gens rougiraient-ils de l'être, quand on ne rougit pas de leur faire accueil ? [DUCLOS, Consid. mœurs, 4]
Fig.
Ses instructions [d'un prédicateur] ne rougissent pas de sa conduite [MASS., Carême, Mélange.]
Notre raison rougit tout bas de la faiblesse de nos penchants [ID., Carême, Pécheresse.]
Absolument.
Mais, pour moi, dont le front trop aisément rougit, Ma bouche a déjà peur de t'en avoir trop dit [BOILEAU, Sat. X]
N'osez-vous sans rougir être père un moment ? [RAC., Iphig. II, 2]
Faire rougir, couvrir de confusion.
Qui ne nous touche point ne nous fait point rougir [CORN., Hor. V, 3]
Adieu ; ce mot lâché me fait rougir de honte [ID., Cid, V, 1]
Il pourrait faire rougir la Sorbonne, si les corps rougissaient [VOLT., Lett. Damilaville, 10 avril 1767]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Par les escuz ù l'or rugist, Se passent les grans fers d'acier [BENOÎT, II, 5266]
    Car um veïst le sanc el blanc cervel rouir, Le cervel ensement el vermeil sanc blanchir [, Th. le mart. 151]
    D'ire et de mautalent [il] roigit come cerise [, Sax. XXIII]
    Li uns rouir, altres palir [, Rou, V. 13146]
  • XIIIe s.
    Tybers, qui gardoit l'huis, de paour en rougi [, Berte, LXXXIX]
    Cil aient honte et s'en rogissent, Qui por mes dolors s'esjoissent [, Psaumes, dans Liber psalm. p. 284]
  • XIVe s.
    Ceulx qui ont verconde rougissent, et ceulx qui ont paour de mort pallissent [ORESME, Éth. 138]
  • XVe s.
    Yeulx rougis, plains de piteux pleurs [CH. D'ORL., Bal. 88]
    Tant chauffe on le fer qu'il rougist [VILLON, Ballade.]
  • XVIe s.
    Ne rougissant non plus d'estre rencontré en cela, que si on l'eust trouvé plantant des aulx [MONT., II, 351]
    J'en ai rougi pour vous, quand l'acier de mes vers Burinoit votre histoire aux yeux de l'univers [D'AUB., Tragiques, princes.]

ÉTYMOLOGIE

  • Rouge 1 ; wallon, rogi ; norm. faire rouir des oignons, les faire cuire dans le beurre roux ; provenç. rogir. L'ancienne langue avait le verbe roujoier, roujeier, présenter des teintes rouges.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    ROUGIR. Ajoutez :
    S. m. Le rougir, action de devenir rouge.
    La nature veut que les plus forts connaissent qu'ils ne le sont pas assez pour lui résister ; le rougir est du nombre de ces infirmités [MALH., Lexique, éd. L. Lalanne.]

rougir

ROUGIR. v. tr. Rendre rouge; peindre ou teindre en rouge. Le soleil rougira ces fruits. Rougir la tranche d'un livre. Rougir un plancher, un carrelage. Leur sang rougissait la terre.

Ne faire que rougir son eau, Ne boire que très peu de vin avec beaucoup d'eau.

Fig., Rougir ses mains de sang, Assassiner, exercer des proscriptions sanglantes.

ROUGIR est aussi intransitif et signifie Devenir rouge. Les cerises rougissent, commencent à rougir. Les écrevisses rougissent en cuisant. Faire rougir un fer dans le feu.

Il se dit aussi des Personnes. Cette jeune fille rougit aussitôt qu'on lui parle, Elle répondit en rougissant. Rougir de honte, de pudeur. Rougir de colère. Mes reproches l'ont fait rougir.

Il s'emploie également au figuré et signifie Avoir honte, éprouver de la confusion. Il a fait ce qu'il devait, il n'a pas sujet de rougir. Il devrait rougir de sa mauvaise conduite. Il rougit d'avoir un tel fils. Vous me faites rougir.

Le participe passé ROUGI s'emploie adjectivement. De l'eau rougie, De l'eau où il n'y a que peu de vin.

rougir

Rougir de honte, Erubescere.

Rose hontoyant et rougissant comme de honte, Confusa rubore rosa.

Traductions

rougir

erröten, rot werdenblush, flush, reddenblozen, kleuren, rood worden, roodworden, rood maken, zich schamen (voor)אדם (פ'), האדים (פיעל), הסמיק (הפעיל), התאדם (התפעל), סמק (פ'), הִתְאַדֵּם, סָמַק, הִסְמִיק, הֶאֱדִים, אָדַםruĝiĝiponerse rojo, ruborizar, ruborizarse赤面するcorar, ficar vermelhoкраснеть, вспыхнуть, покраснетьarrossire, divenire rosso, far arrossireيَتَوَرَّدُ, يَسْتَحِيčervenat se, zrudnoutrødmeκοκκινίζω, φουντώνωpunastuaporumenjeti, zacrvenjeti se얼굴을 붉히다, 얼굴이 붉어지다rødmezarumienić sięrodnaเขินอาย, หน้าแดงkızarmak, yüzü kızarmakđỏ mặt冲洗, 脸红 (ʀuʒiʀ)
verbe intransitif
devenir rouge rougir de honte

rougir

[ʀuʒiʀ] vi
(honte, timidité) → to blush, to go red
Il a rougi en me voyant → He blushed when he saw me.
(plaisir, colère) → to flush
Il a rougi de colère → He flushed with anger.
[fraise, tomate] → to go red, to turn red
[ciel] → to turn red, to redden