rouillé


Recherches associées à rouillé: bouillabaisse

rouillé, e

adj.
1. Couvert de rouille ; rubigineux.
2. Fig. Qui a perdu ses capacités par manque d'activité : Il a les jambes complètement rouillées. Ma mémoire est rouillée.

rouille

ROUILLE. n. f. Oxyde de fer, de couleur brune ou rougeâtre. La rouille mange, ronge le fer.

Il se dit, par analogie, de l'Oxyde de cuivre et de l'oxyde de quelques autres métaux. La rouille du cuivre se nomme Vert-de-gris. La rouille de plomb.

Il se dit aussi des Parties d'une glace où le tain est altéré, terni par l'humidité. Il y a des taches de rouille à cette glace.

Il se dit figurément des Causes d'altération, de dégradation, de vétusté. La rouille des vieux préjugés. Ses ouvrages, quoique empreints de la rouille du temps, méritent d'être étudiés.

En termes de Botanique et d'Agriculture, il désigne une Maladie qui attaque les tiges et les feuilles de certaines plantes, particulièrement du blé, et qui se manifeste par une substance pulvérulente de la couleur du fer rouillé.

roüille

Roüille, f. penac. Est cette gale (si dire se peut) qui s'accueilt sur le fer, par faute d'estre manié, fourby, huilé, ou souvent remué, Rubigo. Pline au livre 28. chap. 9. l'appelle Scabritia ferri, Rubigo, Ferrugo, voyez Rouïllure.

La roüille du cuivre ou de l'airain, AErugo.

Roüille de fer, ou couleur ressemblant à la roüille de fer, Ferrugo.

rouille


ROUILLE, s. fém. ROUILLER, v. act. ROUILLûRE, s. fém. [Roû-glie, rou-glié, gli-ûre: mouillez les ll: 1er lon. au 1er: Dans le verbe elle est aussi longue devant l'e muet: il rouille, il rouillera, etc.] Rouille, espèce de crasse rougeâtre, qui se forme sur le fer exposé à l'air. = C'est aussi une maladie qui ataque les tiges et les feuilles de plusieurs plantes. Rouiller, faire venir de la rouille. Rouillûre, éfet de la rouille. "La rouille mange le fer. "Ces fromens sont chargés de rouille. "L'humidité rouille le fer. "Il se rouille aisément. "Vieux pistolets tout rouillés; orge, avoine rouillée. "Ôter la rouillûre.
   Rouille et Rouiller s'emploient au figuré. "Ses Sermons et ses Oraisons funèbres (de Lingendes, Évêque de Mâcon) quoique mélés encore de la rouille de son tems, furent le modèle des Orateurs, qui l'imitèrent et le surpassèrent. Volt.
"L'oisiveté rouille l'esprit; le goût se rouille dans l'oisiveté. "M. de Grignan ne s'est point du tout rouillé en Province; il a un très-bon air à la Cour. Mde de Coulanges.
   Mais ici je me rouille et je me trouve bête.
       Gresset, Sidney.
"Qu'un homme, après avoir été long-tems absent de la capitale, y reviène, on le trouve ce qu'on apèle rouillé. Peut-être n'en est-il que plus raisonable; mais il est certainement diférent de ce qu'il étoit. Duclos. — V. ROULER. Rem. n°. 1°.

Traductions

rouillé


rouillée

rusty, rustחלוד (ת), מוחלד (ת), חָלוּדroestig, roestkleurig, stijf, vastgeroest, verroestkaratanrostigarrugginito, rugginosoصَدِئzrezivělýrustenσκουριασμένοςoxidadoruosteinenzahrđaoさびた녹슨rustenzardzewiałyenferrujadoржавыйrostigที่เป็นสนิมpaslıhan rỉ生锈的 (ʀuje)
adjectif
dégradé, pour un métal un vélo rouillé

rouillé

[ʀuje] adjrusty