rouille

rouille

n.f. [ lat. robigo, robiginis ]
1. Oxyde de fer, d'un brun roux, qui altère les métaux exposés à l'air humide : Des tiges de fer rongées par la rouille.
2. Maladie cryptogamique des céréales.
3. Aïoli relevé de piment rouge, accompagnant la bouillabaisse.
adj. inv.
De la couleur de la rouille ; brun-roux : Des pantalons rouille.

ROUILLE

(rou-ll', ll mouillées, et non rou-ye) s. f.
Oxyde qui se forme par l'action de l'humidité atmosphérique à la surface du fer.
Le fer décomposé et réduit en rouille [BUFF., Min. t. II, p. 148]
Les plumes d'un roux de rouille [ID., Ois. t. XIV, p. 103]
De tous les acides, je ne connais que l'oxalique qui dissolve complétement la rouille, sans affecter l'étoffe [CHAPTAL, Inst. Mém. scienc. t. VI, p. 493]
Fig.
Le péché, cette rouille invétérée de notre nature [BOSSUET, 2e sermon pour le jour de Pâques, I]
Cesse de t'étonner, si l'envie animée, Attachant à ton nom sa rouille envenimée, La calomnie en main quelquefois te poursuit [BOILEAU, Ép. VII]
Je suis fâché qu'Amyot qui, dans son siècle, a fait tant d'honneur à la littérature, ait terni un peu sa gloire par cette rouille de l'avarice [ROLLIN, Traité des Ét. V, 1re part. Solide gloire.]
C'est là un trésor qui ne craint ni les vers, ni la rouille [MASS., Panég. St Bern.]
Ces vers [ceux de Corneille].... Parés de leur rouille adorable [DUCIS, le Ménage des deux Corneille.]
Il se dit aussi de ce qui se forme sur le cuivre et sur quelques autres métaux et les altère. La rouille du cuivre ou vert-de-gris.
La simple décomposition du cuivre en rouille verte, entraînée par la filtration des eaux, forme des stalactites vertes [BUFF., Min. t. V, p. 78]
Rouille de plomb, blanc de plomb.
Il se dit des parties d'une glace dont le tain est altéré. Il y a des taches de rouille à cette glace. Se dit aussi de taches dans le verre lui-même.
Fig. Traces d'ignorance et de grossièreté qu'on remarque dans certains siècles et dans certains écrits.
La philosophie ne put, il est vrai, effacer la rouille scolastique ; mais Corneille commença, en 1636, par la tragédie du Cid le siècle qu'on appelle celui de Louis XIV [VOLT., Mœurs, 176]
La rouille de la barbarie était si forte, que des hommes ne savaient pas goûter des plaisirs honnêtes [ID., Dict. phil. Bouffon.]
Partout on voit des institutions antiques, mais dénaturées par la barbarie, et couvertes de la rouille des siècles [BAILLY, Atlantide, p. 448]
Ce nom [du Créateur], caché depuis sous la rouille des âges, En traits plus éclatants brillait sur tes ouvrages [LAMART., Méd. I, 28]
Maladie consistant dans la présence de petits champignons à la surface des tiges et des feuilles de beaucoup de plantes et principalement des céréales ; ces champignons appartiennent presque tous aux genres uredo, puccinia et sclerotium.
La plupart des agriculteurs se plaignent de la rouille des blés ; Fontana a décrit le premier l'état des plantes attaquées de cette maladie ; il a montré les clavaires microscopiques qui étaient la cause du mal [SENNEBIER, Ess. art d'obs. t. I, p. 282, dans POUGENS]
Une maladie semblable attaque quelques arbres. Se dit aussi de taches rouges formées par des dépôts limoneux à la surface des plantes, dans les plaines tourbeuses ou sujettes aux inondations.
S. m.Terme de teinture. Le rouille, nom vulgaire, dans la teinture en noir, d'un mordant qui est un sel ferrique que l'on combine ensuite avec les acides gallique, tannique, etc. Préparer le rouille. Bain de rouille, nitrosulfate de fer, employé à charger la soie, c'est-à-dire à lui restituer le poids perdu par le décreusage.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Il duna à ruil le fruit d'els, et les lur travalz à salterele [, Liber psalm. p. 109]
  • XIIIe s.
    Or s'i puet la ruille embatre, Sans oïr marteler ne batre [, la Rose, 19771]
    Preneiz ....Et de la pourre [bourre] de l'estrille, Et du ruyl de la faucille [RUTEB., 254]
  • XVe s.
    Votre sainteté, qui, jusqu'à maintenant a esté en bonne reputation en sainte Eglise et sans tache, cherra par cette œuvre en suspection ou rouille [MONSTREL., II, 106]
  • XVIe s.
    Les maux et desordres sont attachez au corps universel de la France, ainsi que la rouille est attachée au fer [LANOUE, 104]
    Et certes qui verroit aussi bien la rouille des ennuis qu'engendrent les richesses dedans les cœurs comme leur esclat et splendeur, elles seroient autant haïes comme elles sont aymées [CHARRON, Sagesse, I, 22]
    ....Viendra jamais le temps Que le rouil mangera les haches emoulues ? [VAUQUELIN DE LA FRESNAYE., Art poetique.]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, le rouil ; génev. le rouille provenç. roill, ruil, ruylha, et rozilh, ruzil ; catal. rovell ; espagn. robin ; ital. ruggine. L'espagnol et l'italien viennent du lat. robiginem, rouille ; cela est certain. Les autres formes romanes sont considérées par Diez comme des diminutifs de robiginem. Ru-il, ru-i-lle, ainsi prononcés comme on le voit par les vers, conduisent à rubigilum (ru-il), et rubigila (ru-i-lle), (dans rubigilum et rubigila, le 1er i est long). M. Boucherie tire rouiller de rutilare, être rouge ; mais rutilus ne s'accommode pas aux formes provençales ou catalanes. Robigo (le 1er o et le i sont longs)se rattache à ruber (u bref), rouge, avec renforcement de la voyelle.

rouille

ROUILLE. n. f. Oxyde de fer, de couleur brune ou rougeâtre. La rouille mange, ronge le fer.

Il se dit, par analogie, de l'Oxyde de cuivre et de l'oxyde de quelques autres métaux. La rouille du cuivre se nomme Vert-de-gris. La rouille de plomb.

Il se dit aussi des Parties d'une glace où le tain est altéré, terni par l'humidité. Il y a des taches de rouille à cette glace.

Il se dit figurément des Causes d'altération, de dégradation, de vétusté. La rouille des vieux préjugés. Ses ouvrages, quoique empreints de la rouille du temps, méritent d'être étudiés.

En termes de Botanique et d'Agriculture, il désigne une Maladie qui attaque les tiges et les feuilles de certaines plantes, particulièrement du blé, et qui se manifeste par une substance pulvérulente de la couleur du fer rouillé.

roüille

Roüille, f. penac. Est cette gale (si dire se peut) qui s'accueilt sur le fer, par faute d'estre manié, fourby, huilé, ou souvent remué, Rubigo. Pline au livre 28. chap. 9. l'appelle Scabritia ferri, Rubigo, Ferrugo, voyez Rouïllure.

La roüille du cuivre ou de l'airain, AErugo.

Roüille de fer, ou couleur ressemblant à la roüille de fer, Ferrugo.

rouille


ROUILLE, s. fém. ROUILLER, v. act. ROUILLûRE, s. fém. [Roû-glie, rou-glié, gli-ûre: mouillez les ll: 1er lon. au 1er: Dans le verbe elle est aussi longue devant l'e muet: il rouille, il rouillera, etc.] Rouille, espèce de crasse rougeâtre, qui se forme sur le fer exposé à l'air. = C'est aussi une maladie qui ataque les tiges et les feuilles de plusieurs plantes. Rouiller, faire venir de la rouille. Rouillûre, éfet de la rouille. "La rouille mange le fer. "Ces fromens sont chargés de rouille. "L'humidité rouille le fer. "Il se rouille aisément. "Vieux pistolets tout rouillés; orge, avoine rouillée. "Ôter la rouillûre.
   Rouille et Rouiller s'emploient au figuré. "Ses Sermons et ses Oraisons funèbres (de Lingendes, Évêque de Mâcon) quoique mélés encore de la rouille de son tems, furent le modèle des Orateurs, qui l'imitèrent et le surpassèrent. Volt.
"L'oisiveté rouille l'esprit; le goût se rouille dans l'oisiveté. "M. de Grignan ne s'est point du tout rouillé en Province; il a un très-bon air à la Cour. Mde de Coulanges.
   Mais ici je me rouille et je me trouve bête.
       Gresset, Sidney.
"Qu'un homme, après avoir été long-tems absent de la capitale, y reviène, on le trouve ce qu'on apèle rouillé. Peut-être n'en est-il que plus raisonable; mais il est certainement diférent de ce qu'il étoit. Duclos. — V. ROULER. Rem. n°. 1°.

Traductions

rouille

rust, blight, rustiness, mildewroestהחלדה (נ), חילדון (ז), חלודה (נ), כימשון (ז), שידפון (ז), חֲלֻדָּהrovellrustoherrumbre, moho, óxido, orfín, orín, royaruosterozsdakaratrustferrugemrostσκουριάruggineصَدَأrezrustRosthrđaさびrdzaржавчинаสนิมpasrỉ铁锈ръжда (ʀuj)
nom féminin
dégradation d'un métal

rouille

[ʀuj]
adj invrust-coloured (Grande-Bretagne), rust-colored (USA), rusty
nf
(= corrosion) → rust
(CUISINE) sauce served with fish dishes