route

route

n.f. [ du lat. [via] rupta, [voie] frayée ]
1. Voie carrossable, aménagée hors agglomération : Elle aime conduire sur les petites routes de campagne. La route de Reims
qui mène à Reims
2. Moyen de communication utilisant ce genre de voie : Nous viendrons par la route
en voiture : Les accidents de la route.
3. Espace à parcourir, itinéraire à suivre pour aller d'un endroit à un autre : Une longue route nous attend demain
parcours, trajet : Souhaiter bonne route à qqnIl cherche sa route
voyage : Il cherche sa route
4. Ligne ou voie de communication qui relie divers points du globe : Les routes aériennes, maritimes.
5. Direction dans laquelle progresse un bateau : Le paquebot fait route sur Marseille.
6. Ligne de conduite suivie par qqn : Elle est sur la route de la réussite
voie : Maintenant ta route est toute tracée.
En cours de route ou en route,
pendant le trajet : On l'a perdu en cours de route ; pendant le temps que dure qqch : J'ai commencé ce roman, mais je me suis arrêté en route.
Faire fausse route,
s'écarter de sa route, s'égarer ; fig., se tromper.
Faire route avec qqn,
l'avoir pour compagnon de voyage.
Feuille de route,
dans l'armée, consignes précises et circonstanciées données à un subordonné ; fig., programme détaillé que l'on établit en vue d'un objectif précis.
Mettre en route,
mettre en marche, faire fonctionner ; commencer à réaliser.

ROUTE

(rou-t') s. f.
Grande allée percée dans une forêt, pour la commodité du charroi, de la chasse, de la promenade (cela est le sens propre). Ouvrir des routes dans une forêt. On a percé une route dans ce bois.
Ces spéculatifs qui visent d'ordinaire au delà du but, qui quittent les chemins pour prendre les routes, qui s'égarent pour arriver plus tôt où ils vont [BALZ., De la cour, 3e disc.]
Comme on voit qu'en un bois que cent routes séparent, Les voyageurs sans guide assez souvent s'égarent [BOILEAU, Sat. IV]
Terme de vénerie. Une bête va à la route quand elle suit le grand chemin.
Voie pratiquée pour aller d'un lieu à un autre. Une route dégradée, enfoncée, mal pavée.
Je pris une route de traverse pour ne pas me retrouver dans les mêmes auberges où j'avais séjourné avec lord Clarendon [GENLIS, Vœux témér. t. I, p. 239, dans POUGENS]
 Smolensk, il [Napoléon] se trouve au nœud des routes de Pétersbourg et de Moscou, à vingt-neuf marches de l'une de ces deux capitales, et à quinze de l'autre [SÉGUR, Hist. de Nap. VI, 9]
Route royale, impériale, route entreprise et exécutée aux frais de l'État, par opposition à route départementale.
Il faut nécessairement, lui dit [à un prince] celui qui les enseignait [les mathématiques], que votre Altesse se donne la peine d'étudier pour savoir ; car il n'y a point de route royale en mathématiques [STAËL, Allemagne, III, 6]
La grande route, ou la grand' route, se dit de la route principale.
La grande route, afin d'éviter les marais formés par les divers affluents du Dniéper, se détournait à gauche, cherchait les hauteurs, et s'éloignait du bassin de ce fleuve [SÉGUR, Hist. de Nap. VI, 7]
Fig. La grande route, les errements connus, vulgaires.
Tendre mère qui sus t'écarter de la grande route [J. J. ROUSS., Ém. I]
Routes militaires ou stratégiques, chemins qui ont été percés pour faciliter les opérations des troupes, et aux travaux desquels on a fait concourir des corps de l'armée. Routes militaires de l'Ouest, de la Vendée.
Direction qu'on suit pour aller en un lieu. La route de Paris à Bordeaux.
Il [Alexandre] ramena son armée par une autre route que celle qu'il avait tenue [BOSSUET, Hist. III, 5]
D'Argos, dans un moment, vous reprenez la route [RAC., Iphig. II, 5]
Ce fut dans ces circonstances que Pierre et son ambassade prirent leur route, au mois d'avril 1697, par la grande Novogorod [VOLT., Russie, I, 9]
Fig.
Si j'approchais autant de la jeunesse que je m'en éloigne, j'attribuerais à cette agréable route la cessation de mille petites incommodités que j'avais autrefois [SÉV., 22 nov. 1688]
Mettre en route, faire partir.
Mais une ardeur importune En route met chaque humain [BÉRANG., Ad. à des amis.]
La route de tel lieu à tel autre est très bonne, très mauvaise, dangereuse, peu sûre, etc. on trouve sur cette route des commodités, des incommodités, des dangers, peu de sûreté, etc.
Je n'y suis pas encore [à Rome], La route en est mal sûre, à tout considérer [CORN., Nicom. IV, 4]
Fig. Être sur la route de quelqu'un, lui faire obstacle.
Quoi que vous en disiez, vous n'êtes sur la route de personne [MAINTENON, Lett. à M. d'Aubigné, t. I, p. 166, dans POUGENS]
Terme de marine. Chemin que fait ou doit faire un navire dans une direction donnée.
Je suis bien aise d'apprendre.... que les vaisseaux commandés par le sieur de Beaulieu aient mis à la voile par un vent favorable pour leur route [COLBERT, à Levasseur, 3 nov. 1678, dans JAL]
Je ferai que le pilote perdra sa route, et qu'il s'éloignera d'Ithaque où il veut aller [FÉN., Tél. IX]
On voit que c'était la route qu'avait tenue la flotte d'Alexandre [MONTESQ., Esp. XXI, 9]
En route, à la route, commandement fait au timonier pour l'avertir de ne pas dévier de la route qui lui a été indiquée, ou de reprendre la route dont on s'est momentanément écarté. Faire route, naviguer. Faire fausse route, s'écarter à dessein de la route qu'on avait prise ou s'écarter de son droit chemin sans le vouloir. Fig. Faire fausse route, se fourvoyer, employer des moyens contraires au but qu'on se propose. Donner la route, prescrire à quelle aire de vent l'officier de quart doit faire gouverner. Être en route, avoir le vent favorable. Faire valoir la route, manœuvrer le mieux possible. Porter à la route, se diriger exactement sur un endroit. Chef de route, se disait, dans la marine marchande, d'un officier ayant à peu près les fonctions de chef d'escadre.
Terme de chirurgie. Fausse route, accident qui a lieu lorsque, en sondant un malade, l'instrument s'écarte de la direction du canal de l'urèthre, et s'enfonce plus ou moins dans les parties environnantes, après avoir percé les parois uréthrales.
Terme de guerre. Chemin et logement qu'on marque aux gens de guerre en voyage. Donner une route à des troupes. Indemnité de route. Feuille de route, ou, simplement, route, écrit déterminant le chemin que doit suivre et les logements que doit occuper une troupe ou un militaire qui voyage isolément. Une feuille de route pour trente hommes. La feuille de route tient lieu de passe-port. Demander route, se disait d'une troupe militaire qui demandait à être renvoyée chez elle.
Les Suisses demandent de l'argent.... sinon, ils s'en veulent aller, et même ont demandé route qu'on leur a accordée et promise [GUI PATIN, Lett. t. II, p. 18]
Fig. Espace que parcourent les astres, les eaux, etc. La route du soleil. La route d'un fleuve.
Zéthès et Calaïs, ces héros emplumés, Qu'aux routes des oiseaux leur naissance a formés [CORN., Tois. d'or, IV, 4]
La lune est dans le ciel, et le ciel est sans voiles.... Elle éclaire de loin la route des étoiles, Et leur sillage blanc dans l'océan d'azur [LAMART., Harm. I, 10]
Fig. Ce que l'on suit pour arriver à quelque résultat, comme on suit une route pour arriver au terme du voyage.
Je ne m'endors pas auprès de Mme de Coulanges et de l'abbé Têtu ; cette route est bien disposée et fort en notre main [SÉV., 13 nov. 1673]
Il avait acquis, par ses lectures continuelles, des habitudes dans tous les pays et dans tous les siècles.... il connaissait toutes les routes de la vertu et de la gloire ancienne et nouvelle [FLÉCH., Duc de Mont.]
Chacun suit dans le monde une route incertaine, Selon que son erreur le joue et le promène [BOILEAU, Sat. IV]
C'est ainsi qu'à son fils un usurier habile Trace vers la richesse une route facile [ID., ib. VIII]
De cette passion [l'amour] la sensible peinture Est pour aller au cœur la route la plus sûre [ID., Art p. III]
Entre ces deux excès la route est difficile [ID., ib. II]
Ô Dieu, par quelle route inconnue aux mortels Ta sagesse conduit ses desseins éternels ! [RAC., Esth. III, 8]
Je me tins dans la route de la nature, en attendant qu'elle me montrât celle du bonheur ; il s'est trouvé qu'elle était la même, et qu'en n'y pensant pas je l'avais suivie [J. J. ROUSS., Ém. V]
Forcé de parcourir la route où je suis entré sans le savoir, comme j'en sortirai sans le vouloir, je l'ai jonchée d'autant de fleurs que ma gaieté me l'a permis [BEAUMARCH., Mar. de Fig. V, 3]
À la faveur de cette méthode, l'art, élevé à la dignité de la science, marcha d'un pas plus ferme dans la route qui venait de s'ouvrir [BARTHÉL., Anach. ch. 73]
Ne porte point envie à ceux qu'un autre vent Sur les routes du monde a conduits plus avant [LAMART., Harm. II, 12]
À vau-de-route, voyez VAU-DE-ROUTE.

SYNONYME

  • VOIE, CHEMIN, ROUTE. Voie est le terme général ; il se dit de tout ce qui mène en quelque lieu : il n'est pas besoin que la main de l'homme y soit intervenue. Le chemin et la route sont toujours des voies frayées par la main de l'homme. Le chemin est une voie de terre. La route, dont le sens primitif ne se fait pas sentir, se dit aussi des voies par mer et des voies célestes. En général, ces trois mots sont employés indistinctement au sens tropique.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Ge oi [j'eus] envie seur les felons, veanz la pais des pecheours ; par poi que ne ting leur route [, Psautier, f° 86]
    J'ai ma route perdue, s' [si] en ai le cuer dolent [, Berte, CX]
  • XIVe s.
    Lesdiz religieus avoient vendu les rouptes [bois rompu] et les lignes [bois tombé] et laies.... [, Charte datée de Paris, Arch. impér. JJ 84, p. 491 (M. Sim. Luce)]
  • XVIe s.
    Après diverses opinions conclud de marcher contre les ennemis ; si furent mis espies par chemin, coureurs par la campaigne, charois en voye, pietons en marche, hommes d'armes en la route, et les vivres en erre [J. D'AUTON, Annales de Louis XII, p. 36, dans LACURNE]
    Il est vray que les gens de bois et de forests appellent routes ces longues allées et tranchis faits au travers des forests, comme celle que le feu roy François Ier fit faire au partir de Ville-Neufve St-George, pour tirer à Melun au travers de la forest de Senars [FAUCHET, Des origines, II, p. 104, dans LACURNE]
    Ilz ne laissoient point, pour son hault crier, de fouir toujours aval de roupte [AMYOT, Rom. 28]
    Mille routes desvoyent du blanc : une y va [MONT., I, 37]
    Il n'y a route que de vieux regnards [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. rôte ; du bas-lat. via rupta, voie rompue, voie qu'on a faite en rompant la forêt et le terrain (voy. ROMPRE). Il ne faut pas confondre ce mot avec l'ancien route qui signifiait bande, ni avec route ou roupte qui signifiait défaite et qui vient aussi de rupta, de rumpere. Si la dérivation latine n'était pas si bien établie, on aurait été tenté d'accepter une étymologie celtique : Roto-magus, Rouen, très probablement la ville du passage, de rod, rut, roto, gué, passage, chemin ; en vieil armoricain, rid, rit, ryt ; même sens en cambrien ; rod, voie, route, en irlandais.

route

ROUTE. n. f. Voie praticable par les voitures. Route fréquentée. La grande route ou La grand-route. Route pavée, empierrée, macadamisée, goudronnée. Une route ravinée, dégradée défoncée. L'entretien des routes. Un croisement de routes.

Route nationale, Celle qui est entretenue aux frais de l'État.

Route départementale, Celle qui est entretenue aux frais du département.

Route stratégique, Celle qui est destinée à faciliter les opérations militaires.

ROUTE se dit aussi de l'Ensemble des routes. La route et le rail. Le code de la route.

Venir à Paris par la route, Y venir en voiture, en automobile, par opposition à la voie ferrée ou à la voie aérienne.

ROUTE désigne encore une Grande allée percée dans un bois, dans une forêt, pour la commodité du charroi, de la chasse, de la promenade, etc. Les routes de telle forêt. On a ouvert plusieurs routes dans la forêt. On a percé une route dans ce bois.

ROUTE se dit aussi de la Direction qu'on suit ou qu'on peut suivre, par terre, par mer ou par les airs, pour aller en quelque lieu. La route de terre est de quarante kilomètres plus longue que la route par eau, que la route par mer, par les airs. Quelle route prendrez-vous? Prendre une route de traverse. Il a pris sa route par telle province. Sur la route de Paris à Bordeaux. La flotte prit la route d'Alger, la route d'Égypte. Le vaisseau a fait route vers le nord. Se tromper de route.

La route de tel lieu à tel autre est bonne, mauvaise, dangereuse, peu sûre, etc., se dit en parlant de l'État bon ou mauvais d'une route, des dangers qu'on peut y courir.

En termes de Marine, Faire fausse route, Se détourner de la route qu'on avait prise et en prendre une différente, pour se dérober à la poursuite d'un ennemi. Il signifie aussi S'écarter de son droit chemin sans le vouloir, se fourvoyer.

Fig., Faire fausse route, Se tromper dans quelque affaire, employer des moyens contraires à la fin qu'on se propose.

ROUTE se dit encore de l'Action de cheminer, de voyager. Il y a quinze jours qu'ils sont en route, qu'ils se sont mis en route. Allons, en route! Il est resté en route. Nous avons fait route ensemble. Interrompre sa route. Reprendre sa route.

Feuille de route se dit d'un Papier délivré à un soldat qui voyage isolément. Donner une feuille de route à un soldat. Faire viser sa feuille de route.

Indemnité de route, Somme allouée à un soldat qui a un voyage à faire.

Chanson de route, Chanson que l'on chante en cheminant, en marchant.

ROUTE se dit encore du Parcours des astres, des eaux, etc., se dirigeant d'un point vers un autre. La route du soleil. Ce fleuve se grossit sur sa route d'une infinité de petites rivières.

Au figuré, il désigne la Conduite qu'on tient pour arriver à quelque fin, les moyens qui y mènent. Il a pris la bonne route pour arriver à son but. La route qu'il a choisie ne le mènera pas à la fortune, ne le conduira pas à la gloire. Il s'est engagé dans une route où il ne peut que s'égarer. On lui a tracé, on lui a marqué sa route. La route qu'il prend pour arriver à ses fins est la plus aisée, la plus courte, la plus honorable, la plus sûre. La route des dignités, des honneurs. La route de la vertu. La route du ciel.

route

Route, f. Tantost signifie le vent esclatant qu'on fait par la bouche, Ructus. Et tantost le fray du chemin que fait une multitude de gens de pied ou de cheval, comme si vous disiez Rupta de Rumpo. Aussi dit-on communément le chemin est tout rompu de gens, c'est à dire, tout frayé de la multitude des allans et venans, et Route par tout se prent pour le chemin, Via, Iter, soit par terre, soit par mer. De là viennent tous ces mots, Routier, Arrouter, et Desrouter, voyez de chacun d'iceux en son endroict.

Routes en pluriel, ce sont en veneries, les erres de toutes bestes mordantes, tout ainsi que trasses, les erres des bestes rousses, Vestigia ferarum mordentium.

Sa route sent les oiseaux qu'il a mangé, Ructatur aues.

route

¶ Chacun sa route, Suo quisque ordine, Suam quisque vicem, vicibus.

¶ Prendre la route d'Angleterre c'est à dire le chemin.

Navire jetté hors de sa route par la tempeste.

¶ Une grande route de gens, ou de cerfs, Longa ceruorum series, Grex hominum, id est, une grande trouppe.

route


ROUTE, s. f. ROUTIER, s. m. ROUTINE, s. fém. ROUTINÉ, ÉE, adj. [Rou-te, tié, tine, , né-e: 2e e muet au 1er, é fer aux deux dern.] Route est, 1°. chemin qu'on tient par terre ou par mer. "La grande route; la route ordinaire. Route de Lyon, de Paris, etc. "Prendre sa route: être en route. = Faire route vers se dit sur-tout en mer * Mde B... dit faire route à: "Il fit route à Cadix. Hist. des Tud. Celui-ci est tout au moins douteux. = Figurément: "La route était dificile au commencement du siècle (de Louis XIV), parceque persone n'y avait marché: elle l'est aujourd'hui, parce qu'elle a été batue. Volt. Chap. XXXII des beaux Arts. = Être hors de route, s'égarer. Il se dit au propre et au figuré. "Quiconque n'y saisit pas dabord certains principes, est hors de route. L'Ab. de Houteville. = 2°. Grande alée, percée exprês dans une forêt. = 3°. Au figuré, conduite qu'on tient, moyen qu'on prend. "Prendre la bone route pour parvenir. Suivre la route des Anciens. La route des dignités, des honeurs, de la gloire. "La route de la vertu, du Ciel.
   O Dieu, par quelle route inconue aux mortels
   Ta sagesse conduit ses desseins éternels!
       Esther.
= 4°. À~ vau-de-route, adv. Précipitamment, en désordre. "Ils s'enfuirent à vau-de-route.
   Rem. La Fontaine dit, prendre sa route, pour dire, faire son chemin.
   Va-t'en, prend ta route et me laisse.
On dit, faire route, sans article et sans pronom; mais on ne dit pas faire sa route, et encore moins, prendre sa route, excepté pour le dernier, avec la prép. par: "Il pris sa route par la Savoie. = Prendre la route de; prendre une autre route. "S'il me faut prendre quelque autre route, j'ai également besoin de vos conseils pour me déterminer. Cic. à Attic. Mong. "Ne sachant pas quelle route vous tenez. Ibid.
   ROUTIER est, 1°. Livre qui enseigne les routes de mer; les caps, les mouillages, etc. = 2°. En st. famil. Homme qui a beaucoup d'expérience, de pratique. Il ne se dit qu' avec vieux: c'est un vieux routier.
   Le Père, vieux routier, non des plus complaisans
   Voit le malade, l'examine,
   Et comprend d'abord à sa mine
   Que pour déraciner son mal en peu de tems
   Il falloit employer remèdes d'autre espèce,
   Et chasser d'abord la paresse.
       L'Ab. Reyre.
  Fuyez, mon fils, fuyez cette flamme infidèle,
  Disoit un jour, à son cher nourrisson,
  Un vieux routier de papillon.
       Idem.
  ROUTINE, capacité aquise tant par une longue habitude, que par le secours de l'étude et des règles. "Il fait cela par routine. "Il ne sait pas le plain chant, la musique; il chante par routine. Mde de G... dit, de routine. "Vous jouez très-joliment du clavecin. — Hélas! cela se borne à trois ou quatre pièces, que je sais de routine. Th. d'Educ. "La routine du Palais, du monde, de la Cour.
   ROUTINÉ, ÉE, qui agit par routine. st. famil. = Depuis quelque tems, on dit routinier. "Peut-être ce chapitre pourra-t-il déplaire aux routiniers admirateurs des Romains. L'Ab. Grosier.

Synonymes et Contraires

route

nom féminin route
1.  Voie de communication.
2.  Espace à parcourir.
3.  Direction de vie.
chemin, ligne, voie -littéraire: sentier.
Traductions

route

Chaussee, Weg, Bahn, Landstraße, Strecke, Straßeroad, route, track, highway, way, course, lane, high road, passage, path, pathway, roadwayweg, baan, rijweg, route, eenbaansweg, heerbaan, spoor, straatweg, reis, koers, verkeersweg, gebruiker, hoofdwegדרך (ז), כביש (ז), מסלול (ז), נתיב (ז), נתיבה (נ), כְּבִישׁ, דֶּרֶךְ, נָתִיבbaan, padcalçada, camí, carretera, viacesta, silnicevejŝoseo, trako, vojocamino, carretera, ruta, arroyo, calzada, pista, víatie, valtakatuútvegurstrada, cammino, corsia, pista, via, rottaviavei, landeveiestrada, rodovia, calçada, caminho, estrada de rodagem, meio-de-rua, pista, rumo, viadrumдорогаväg, gång, stråtbarbara, njiaδρόμος, ΚΟΚطَرِيقcesta道路drogaถนนyolcon đường道路 (ʀut)
nom féminin
1. voie aménagée pour la circulation des véhicules La route est barrée. prendre la route de Paris route nationale route départementale
2. chemin pour aller d'un lieu à un autre chercher sa route
3.
a. se tromper de chemin
b. figuré se tromper, ne pas faire ce qu'il faut
4. voyage Bonne route !
partir
voyager faire route avec qqn
5.
a. faire fonctionner qqch mettre le moteur en route
b. figuré commencer qqch mettre en route un projet

route

[ʀut] nf
(pour circuler)road
C'est une bonne route → It's a good road.
au bord de la route → at the roadside
par la route, par route → by road
route nationale → A-road (Grande-Bretagne), state highway (USA)
(= trajet) → journey
Ils ont fait la route à pied → They did the journey on foot.
Il y a 3 heures de route → It's a 3-hour journey.
Il y a des bouchons sur la route des vacances → There are traffic jams on holiday routes.
faire route vers → to head towards
(= itinéraire) → way
Je ne connais pas la route → I don't know the way.
Est-ce qu'on a pris la bonne route? → Have we taken the right road?, Have we gone the right way?
faire fausse route (fig) → to be on the wrong track
route aérienne → air route
route maritime → sea route
(= voie) [succès, des honneurs] → road
la route du succès → the road to success
(autres locutions) en route → on the way
Ils se sont arrêtés en route → They stopped on the way.
en route! → let's go!
mettre en route → to start up
Il a mis le moteur en route → He started the engine up.
se mettre en route (= démarrer) → to set off
Il s'est mis en route à cinq heures → He set off at 5 o'clock.
en cours de route → on the way