roux, ousse

ROUX, OUSSE

(roû, rou-s') adj.
Qui est d'un rouge un peu teinté de noir. Ce papier est devenu roux à la fumée.
Commandez aux enfants d'Israël de vous amener une vache rousse qui soit dans la force de son âge et sans tache [SACI, Bible, Nombres, XIX, 2]
Ce diable habillé d'écarlate, Bossu, louche et roux [BÉRANG., H. rouge.]
Terme de vénerie. Bêtes rousses, se dit des cerfs, daims et chevreuils. Chevillières rousses, rubans grossiers de fil roux.
Un homme roux, une femme rousse, un homme, une femme qui a les cheveux roux.
Il était roux, d'une mine avantageuse, et il avait le visage fort beau [SACI, Bible, Rois, I, XVI, 12]
Mme la marquise de Senantes passait pour blonde ; il n'eût tenu qu'à elle de passer pour rousse ; mais elle aimait mieux se conformer au goût du siècle, que respecter celui des anciens [HAMILT., Gramm. IV]
Substantivement. Un roux. Une rousse.
Les Persans veulent des brunes, et les Turcs des rousses [BUFF., Hist. nat. hom. Œuv. t. V, p. 103]
Beurre roux, beurre fondu de telle sorte qu'il devient roux. Des œufs au beurre roux.
Terme d'agriculture. Vents roux, ou roux vents, vents d'avril froids et secs, ainsi nommés parce qu'ils roussissent la jeune végétation. Lune rousse, lunaison qui commence en avril. D'après Arago les effets attribués à la lune rousse résultent du refroidissement nocturne, refroidissement qui est sensible principalement quand le ciel est serein, c'est-à-dire quand la lune est visible.
Tant que dure la rousse lune, Mes fruits sont sujets à fortune [, Calendrier des bons laboureurs, pour 1628, dans LEROUX DE LINCY, Prov. t. I, p. 108]
Voilà qu'en une nuit un vent du nord excité par l'influence de la lune rousse, ainsi qu'ils l'appellent dans ce pays, avec une grande quantité de neige, vient repousser le beau temps [POUSSIN, Lett. 14 mars 1642]
Ils [les jardiniers] assurent avoir observé que la nuit, quand le ciel est serein, les feuilles, les bourgeons exposés à cette lumière [de la lune d'avril] roussissent, c'est-à-dire se gèlent, quoique le thermomètre, dans l'atmosphère, se maintienne à plusieurs degrés au-dessus de zéro [ARAGO, Astron. popul. XXI, 32]
S. m. Couleur rousse. Il est d'un roux ardent.
Cette pie-grièche est très aisée à reconnaître par le roux qu'elle a sur la tête [BUFF., Ois. t. II, p. 78]
Sauce faite avec du beurre ou de la graisse qu'on a fait roussir. Faire un roux.
N'ayez ni roux ni friture ; que le beurre, ni le sel, ni le laitage ne passent point sur le feu [J. J. ROUSS., Ém. I]
S. m. Espèce de campagnol.

PROVERBE

    À barbe rousse et noirs cheveux, ne t'y fie si tu ne veux.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    U celes [coutumes] al rus rei [Guillaume le Roux], ki ot poi de saveir, U à vieil rei Henri, ki fu de grant poeir [, Th. le mart. 92]
  • XIIIe s.
    Entre rous poil et felonie S'entreportent grant compagnie [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 490]
  • XIVe s.
    Ung court mantel de rousse couleur [, Modus, CXXXII]
  • XVIe s.
    Le rousseau bien faché S'en vint à la rousselle, Et luy trouva caché Un bouc sous son aisselle.... Onques puis roux ne rousse N'eurent accord parfaict [ST-GEL., 40]
    Dès son enfance il avoit esté surnommé Pyrrus, qui vault autant à dire comme roux [AMYOT, Pyrrh. 2]
    Il estoit un peu roux de visage, et avoit les yeux pers.... [ID., Caton, 2]
    Quatre chandelles de roux [de cire jaune] [D'AUB., Faen. III, 3]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. et cat. ros ; portug. ruço ; ital. rosso ; du lat. russus, qui est un ancien participe de rubeo, comme jussus de jubeo.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    ROUX.
    Ajoutez :
  • Fil roux, fil écru.
    On trouve dans ce viscère [l'estomac des salamandres] une foule de petits vers blancs que l'œil nu aperçoit facilement ; ils ont la grosseur d'un fil roux [SPALLANZANI, Expériences sur la digestion, p. 118 (traduction de Senebier, Genève, 1783)]