ruer

Recherches associées à ruer: se ruer

ruer

v.i. [ du lat. ruere, se précipiter, faire tomber ]
Jeter en l'air avec force les pieds de derrière, en parlant d'un cheval, d'un âne.
Ruer dans les brancards

se ruer

v.pr.
(sur) Se jeter avec violence ; se précipiter en masse sur qqn, qqch : Le journaliste se rua sur la vedette s'élancer

ruer


Participe passé: rué
Gérondif: ruant

Indicatif présent
je rue
tu rues
il/elle rue
nous ruons
vous ruez
ils/elles ruent
Passé simple
je ruai
tu ruas
il/elle rua
nous ruâmes
vous ruâtes
ils/elles ruèrent
Imparfait
je ruais
tu ruais
il/elle ruait
nous ruions
vous ruiez
ils/elles ruaient
Futur
je ruerai
tu rueras
il/elle ruera
nous ruerons
vous ruerez
ils/elles rueront
Conditionnel présent
je ruerais
tu ruerais
il/elle ruerait
nous ruerions
vous rueriez
ils/elles rueraient
Subjonctif imparfait
je ruasse
tu ruasses
il/elle ruât
nous ruassions
vous ruassiez
ils/elles ruassent
Subjonctif présent
je rue
tu rues
il/elle rue
nous ruions
vous ruiez
ils/elles ruent
Impératif
rue (tu)
ruons (nous)
ruez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais rué
tu avais rué
il/elle avait rué
nous avions rué
vous aviez rué
ils/elles avaient rué
Futur antérieur
j'aurai rué
tu auras rué
il/elle aura rué
nous aurons rué
vous aurez rué
ils/elles auront rué
Passé composé
j'ai rué
tu as rué
il/elle a rué
nous avons rué
vous avez rué
ils/elles ont rué
Conditionnel passé
j'aurais rué
tu aurais rué
il/elle aurait rué
nous aurions rué
vous auriez rué
ils/elles auraient rué
Passé antérieur
j'eus rué
tu eus rué
il/elle eut rué
nous eûmes rué
vous eûtes rué
ils/elles eurent rué
Subjonctif passé
j'aie rué
tu aies rué
il/elle ait rué
nous ayons rué
vous ayez rué
ils/elles aient rué
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse rué
tu eusses rué
il/elle eût rué
nous eussions rué
vous eussiez rué
ils/elles eussent rué

RUER

(ru-é) , je ruais, nous ruions, vous ruiez ; que je rue, que nous ruions, que vous ruiez v. a.
Jeter avec impétuosité (sens qui a vieilli).
Elle sauva le ciel et rua le tonnerre Dont Briare mourut [MALH., II, 12]
Ah ! je devais du moins lui jeter son chapeau, Lui ruer quelque pierre, ou crotter son manteau [MOL., Sgan. 16]
Ruer de grands coups, frapper de grands coups (locution qui a vieilli).
V. n. Lancer une pierre. Il gage qu'il ruera plus loin que vous (emploi vieilli). Ruer à tort et à travers, frapper de tous côtés dans une foule.
Se dit d'un cheval, d'un mulet, etc. qui lance avec force les pieds de derrière en l'air. Il suffit de relever fortement la tête de l'animal pour l'empêcher de ruer.
L'archevêque a de grandes pensées ; mais plus il est vif, plus il faut s'approcher de lui comme des chevaux qui ruent [SÉV., 19 janv. 1689]
M. Durnol s'emporta, il donna un grand coup de pied à l'enfant, qui lui dit en pleurant : ah ! je conviens que l'âne de Balaam parlait, mais il ne ruait pas [VOLT., Mél. litt. Lettre de Cubstorf.]
Par extension.
Les Hollandais racontent que le casoar se sert de ses pieds pour sa défense, ruant et frappant par derrière comme un cheval selon les uns, et selon les autres.... [BUFF., Ois. t. II, p. 316]
Ruer à la botte, se dit de la défense du cheval qui cherche, avec l'un de ses pieds postérieurs, à frapper la jambe du cavalier au moment où il la ferme, ou lorsqu'il monte à cheval. Ruer en vache, se dit d'un cheval qui porte le pied de derrière jusqu'à la jambe de devant, et en frappe, comme font les vaches, la personne occupée à cette jambe de devant. Fig. Voilà une chose qui ne mord ni ne rue, se dit d'une chose qui ne peut faire ni bien ni mal.
Se ruer, v. réfl. Se jeter impétueusement sur quelqu'un ou sur quelque chose.
Cependant on fricasse, on se rue en cuisine [LA FONT., Fabl. IV, 4]
Le loup, prêt à se ruer sur la bergerie, voit les bergers armés et les chiens en garde ; tout affamé qu'il est, il se retire pour cette fois [BOSSUET, 1er sermon, Pentecôte, 2]
Et, chacun vainement se ruant entre deux [BOILEAU, Sat. III]
Roguet avec sa colonne se rua brusquement sur le centre et au milieu de leur camp, où il entra pêle-mêle avec eux [SÉGUR, Hist. de Nap. X, 5]
Gomorrhe, Sodome.... L'ardente nuée Sur vous s'est ruée, ô peuples pervers [V. HUGO, Orientales, 1]
Fig. Être porté, frappé, en parlant de coups.
Tous les matins, il [Monseigneur] allait prendre du chocolat chez Mlle de Lislebonne ; là se ruaient les bons coups [SAINT-SIMON, 96, 15]
Apparemment que les grands coups s'y ruaient [chez Mme de Maintenon] pour le successeur [de Chamillart] [ID., 235, 136]

REMARQUE

  • M. Auguste Barbier a fait ruer monosyllabe : Que faisaient-ils, tandis qu'à travers la mitraille Et sous le sabre détesté La grande populace et la sainte canaille Se ruaient à l'immortalité ? Ïambes, la Curée.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Pois [puis] ruerent Absalon en une grant fosse de cele lande, et jeterent pierres sur lui [, Rois, p. 187]
  • XIIIe s.
    Et li prevoz de Paris fait jurer iceus quatre homes seur sains, que.... se il i trevent poisson porri ou mauvès, que il le feront ruer en Saine [, Liv. des mét. 267]
    Tant en i vient parmi la rue, Qui n'i puet avenir s'i rue [, Ren. 11622]
    Et li vilains qui vint après, Leva la hache quant vint près ; Son coup rua de grant aïr [colère] [, ib. 2073]
  • XIVe s.
    Et si ne dois nul temps ruer De ta bouche male parole [J. BRUYANT, dans Ménagier, t. II, p. 16]
  • XVe s.
    Si y avoit souvent des rencontres, des escarmouches et des rués par terre des uns et des autres.... [FROISS., I, I, 114]
    Encores, quant à mariage, Tendroie cellui à plus saige Qui la laide femme prendroit, Que cil qui la belle tendroit ; Car à la belle chascuns rue [E. DESCH., Poés. mss. f° 501]
    Mais grans chevaulx s'arreste et va le pas, Quant il est fait, sanz ruer en tout cas [ID., Ball. des chevaux.]
    Qui ne luy pouvoit donner luy ruoit [parlant de quelqu'un à qui tout le monde fait amitié] [, Aresta amorum, p. 335, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Il ferroyt les cigalles, se ruoyt très bien en cuysine [RAB., Garg. I, 11]
    Je mors, je rue, je frappe [ID., ib. I, 33]
    Ilz se ruerent sur eulx, et tascherent à leur oster leur argent [AMYOT, Rom. 36]
    Les lions, sans aucunes armes, ne faignent point de s'aller ruer au milieu d'un troupeau de bestes timides [ID., Caton, 27]
    Les chevaux irritez et courroucez ruoient des pieds de derriere [ID., Eum. 22]
    Pour nous garantir du coup qu'on nous rue [MONT., I, 48]
    Quand je seray venu à ceste proposition et qu'il faudra ruer les grands coups de part et d'autre [H. EST., Précell. édit. FEUGÈRE, p. 38]
    Encores n'a pas failli qui a à ruer [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, roucher ; du lat. ruere, pousser, lancer, pour srovo, du rad. sanscr. sru, couler : c'est faire couler, faire aller, Curtius, n° 517.

ruer

RUER. v. intr. Il se dit d'un Cheval, d'un mulet, etc., qui lance vivement en arrière le pied ou les pieds de derrière. Prenez garde à ce cheval, il rue.

Ruer en vache se dit d'un Cheval qui porte le pied de derrière sous la poitrine jusqu'à la jambe de devant, comme font les vaches, et en frappe la personne occupée au pied ou à la jambe de devant.

SE RUER signifie Se jeter impétueusement sur quelqu'un, sur quelque chose. Après l'avoir menacé, il se rua sur lui et le maltraita. Les invités se ruèrent sur le buffet.

Fig., Ruer dans les brancards, Regimber.

ruer

Ruer, Iacere, Ruere.

Ruer et jetter contre quelque chose, Impingere.

Ruer coups sur aucun, Aliquem petere.

Ruer du haut en bas, Praecipitem dare.

Ruer jus, Decutere, Deturbare, Proturbare, Percellere, Prosternere.

Ruer jus en brisant et rompant, Disturbare.

Estre rué jus, Ad casum demitti. Decumbere, Profligari.

Soit à tort ou à droict, il me ruera jus au moulin, Quo iure quaque iniuria praecipitem me in pistrinum dabit.

Adversité l'a rué jus, Hunc afflixit calamitas.

Ruer par terre, Prosternere, Profligare, Fundere corpora humi, Peruertere, Affligere, Effligere, Praecipitem in terram dare, Pulsare, Subruere.

Ruer par terre et tuer les ennemis, Hostes circunfundere.

Estre rué par terre, Deferri in praeceps.

Ruer les corps par terre et tuer, Sternere corpora passim.

Maison ruée par terre, Diruta domus.

¶ Ruer des pieds, Calcitrare.

Qui a de coustume de ruer et regimber, Calcitrosus.

¶ Se ruer et jetter sur aucun, In aliquem inuolare.

Se ruer et jetter avec fureur sur ses ennemis, Irruere.

Se ruer de tous costez sur ceux qui ne s'en guettoient point, Opprimere incautos.

Se ruer et jetter au milieu des ennemis, In medios hostes se immittere.

Qui se sont ruez sur toy, Qui in teipsum incubuerunt.

Choses ruées jus, Accisae res.

ruer


RUER, v. act. et neut. [ru-é: devant l'e muet l'u est long: il rûe. Au futur et au conditionel, cet e muet ne se prononce pas: il ruera, ruerait; prononc. rûra, rûrè: 1re lon. 2e è moy. au 2d.] Ruer, actif, jeter avec impétuosité. "Ruer des pierres. — Ruer, fraper de grands coups. "Il rue à tort et à travers; il frape à droite et à gauche dans la foule. = V. n. Sans régime. Jeter une pierre. "Il gage qu'il ruera plus loin que vous. = V. réc. Se jeter impétueusement sur. "Il se rua sur lui, et le maltraita. "On se rua sur la collation, et bientôt, il n'en resta plus rien. = Ruer se dit aussi neutralement, des animaux qui jètent les pieds de derrière en l'air avec force. "Prenez garde à ce cheval, à ce mulet, il rûe. = Ruer en vache, se dit d'un cheval, qui frape du pied de devant, contre l'ordinaire des chevaux. = On dit populairement, d'un homme, qui ne fait ni bien ni mal, qu'il ne mord, ni ne rûe; et d'une chôse qui n'est ni nuisible ni utile, qu' elle ne mord ni ne rûe.
   REM. Ruer n'est que du st. fam. Aûtrefois on ne le croyait pas indigne de la haute Poésie.
   Elle sauva le Ciel et rua le tonerre,
   Dont Briare mourut.
       Malherbe.
M. Chevreau, dans ses observations sur Malherbe, troûve que lancer eut été plus doux et plus beau, que ruer. M. Ménage pensait, au contraire, que le mot ruer n' est pas mauvais; et il remarque que M. de Segrais l'emploie souvent dans l'Énéide. Aujourd'hui on ne s'en servirait pas avec succês dans le beau style.

Synonymes et Contraires

ruer (se)

verbe pronominal ruer (se)
1.  Se précipiter avec violence sur.
2.  Aller rapidement vers.
Traductions

ruer

achteruitslaan, weerspannigzijn, slaan, achteruit slaan, weerspannig zijnנגח (פ')balk, be recalcitrant, jib, kick, rushkalcitricocear, recalcitrar, resistirscalciareRushRush (ʀɥe)
verbe intransitif
lancer ses pieds en arrière, pour le cheval

ruer

[ʀɥe] vi [cheval] → to kick out
ruer dans les brancards (fig) → to become rebellious [ʀɥe] vpr/vi
se ruer sur [+ proie] → to pounce on
se ruer vers → to rush towards
se ruer dans → to rush into
se ruer hors de → to rush out of