sépulcral, ale

SÉPULCRAL, ALE

(sé-pul-kral, kra-l') adj.
Qui appartient, qui a rapport au sépulcre.
Préparez les cyprès et l'urne sépulcrale [VOLT., Olymp. V, 3]
Chaque tribu distingua les tombeaux de ses soldats par des pierres sépulcrales, sur lesquelles on avait eu soin d'inscrire leurs noms et ceux de leurs pères [BARTHÉL., Anach. ch. 13]
Ainsi, sur les confins de la nuit sépulcrale, L'affreuse mort au fond de la coupe fatale Laisse encore pour lui quelques gouttes de miel [DELILLE, Trois règn. VIII]
Parmi les édifices sépulcraux dont on avait montré les restes à Diodore de Sicile sur le penchant de la montagne libyque [LETRONNE, Instit. Mém. acad. inscr. t. IX, p. 376]
Colonne sépulcrale, colonne élevée sur un tombeau, avec une inscription gravée sur sa base. Chapelle sépulcrale, chapelle destinée à contenir des tombeaux. Lampe sépulcrale, lampe qu'on tient allumée auprès d'un tombeau. Statue, figure sépulcrale, statue, figure destinée à décorer un tombeau.
Fig. Qui a l'apparence de la mort, du sépulcre. Cet homme a une figure sépulcrale.
Je me veux divertir de mes pensées mélancoliques ; ces imaginations sépulcrales usent bien souvent l'âme auparavant le corps [CYR. DE BERG., Péd. joué, II, 8]
Et d'une bouche sépulcrale M'annonce que l'heure fatale Ramène le démon du bruit [GRESSET, Ombr.]
Voix sépulcrale, voix sourde, qui semble partir d'un sépulcre. Organe sépulcral, l'organe de la voix, lorsqu'il est rauque et sourd.
Ouvrant à peine un sépulcral organe : Père éternel ! dit la sœur Bibiane [GRESSET, Ver-vert, IV]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. sepulcralis, de sepulcrum, sépulcre.