sérénité

sérénité

n.f.
1. État de calme, de tranquillité : Travailler dans la sérénité
2. État d'un ciel, d'un temps serein : La sérénité d'un ciel d'été

sérénité

(seʀenite)
nom féminin
état de calme mental aborder un problème avec sérénité

SÉRÉNITÉ

(sé-ré-ni-té) s. f.
État du temps, de l'air qui est serein.
Les cœurs sont saisis d'une joie soudaine par la grâce inespérée d'un beau jour d'hiver, qui, après un temps pluvieux, vient réjouir la face du monde ; mais on ne laisse pas de lui préférer la constante sérénité d'une saison plus bénigne [BOSSUET, Mar.-Thér.]
Semblable à ces hautes montagnes dont la cime au-dessus des nues trouve la sérénité dans sa hauteur, et ne perd aucun rayon de la lumière qui l'environne [ID., Louis de Bourbon.]
L'air était pur, l'horizon sans nuages ; la sérénité régnait au ciel comme dans nos cœurs [J. J. ROUSS., Conf. VI]
Le spectacle du ciel dut fixer dans tous les temps l'attention des hommes, surtout dans ces heureux climats où la sérénité de l'air invitait à l'observation des astres [LAPLACE, Exp. V, 1]
Fig. L'état d'un esprit tranquille, d'une âme sans agitation.
La joie et l'espérance adoucissent les traits du visage ; ce qui répand sur le front une image de sérénité [BOSSUET, Connaiss. II, 12]
La reine disait avec un air de sérénité qui semblait déjà ramener le calme, que les reines ne se noyaient pas [ID., Reine d'Anglet.]
La sérénité n'habite que dans l'âme de l'homme de bien ; il fait nuit dans celle du méchant [DIDER., Pensées sur la peint. Œuv. t. XV, p. 182, dans POUGENS.]
Calme, tranquillité.
Aucun nuage ne troubla depuis la sérénité de sa vie [FLÉCH., le Tellier.]
Quel bonheur de sortir enfin d'un lieu où tout nous lasse.... et d'aller dans un séjour de paix, de joie, de sérénité ! [MASS., Avent, Mort du péch.]
Titre d'honneur qu'on donnait à quelques princes.
Jamais les rois de Danemark n'ont eu le traitement de Majesté des nôtres, ils se sont toujours contentés de la Sérénité [SAINT-SIMON, 69, 130]
Les souverains ajoutèrent à leur Altesse simple le Sérénissime qu'ils prirent apparemment sur la Sérénité des doges de Venise et de Gênes [ID., 227, 51]
L'empereur [d'Allemagne], dans sa lettre à la reine Anne, présentée par l'archiduc, refusa à cette souveraine sa bienfaitrice le titre de Majesté ; on ne la traita que de Sérénité [VOLT., Louis XIV, 19]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Serieté liée [joyeuse] de prosperité à volenté leur rist [DU CANGE, serenatio.]
  • XVIe s.
    Non plus que toute bonne odeur et serenité d'air n'en promet pas la santé [MONT., IV, 224]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. serenitat ; espagn. serenidad ; ital. serenità ; du lat. serenitatem, de serenus (voy. SEREIN 1).

sérénité

SÉRÉNITÉ. n. f. État du temps, de l'air qui est serein. La sérénité de l'air, du temps, du ciel.

Il s'emploie figurément et désigne la Tranquillité, le calme, l'état d'une âme exempte de trouble et d'agitation. La sérénité du visage. La sérénité de l'esprit.

Rien ne trouble la sérénité de ses jours, Rien ne trouble le calme dont il jouit.

SÉRÉNITÉ est aussi un Titre d'honneur qu'on donnait à quelques souverains et à quelques princes. On traitait le doge de Venise, le doge de Gênes de Sérénité.

serenité

Serenité, Serenitas.

Traductions

sérénité

ניקוי ראש (ז), שלוות נפש (נ)

sérénité

serenidade

sérénité

sindsro

sérénité

[seʀenite] nfserenity