sablé

sablé, e

adj.
1. Qui est couvert de sable : Des chemins sablés.
2. En cuisine, se dit d'une pâte friable comportant une forte proportion de beurre et de sucre.
Papier sablé,
aux Antilles et au Québec, papier de verre ; papier d'émeri.

sablé

n.m.
Petite galette en pâte sablée.

sable

SABLE. n. m. Substance pulvérulente due à la désagrégation de certaines roches. Sable de mer, de rivière. Sable fin. Sable noir, gris, blanc, rouge, doré. Sables mouvants. Grain de sable. Les sables du désert. Une carrière de sable. Un désert de sable. Un banc de sable. Un fond de sable. Une plage de sable. Des tourbillons de sable. Couvrir de sable les allées d'un jardin. Les sables barrent l'entrée de ce fleuve, de ce port. Échouer sur le sable. Enfoncer dans le sable. Maison bâtie sur le sable. Un tombereau de sable. Mortier de chaux et de sable. Bâtir à chaux et à sable.

Fig., Bâtir à chaux et à sable, Bâtir solidement. Il est bâti à chaux et à sable se dit aussi de Quelqu'un qui a une constitution robuste.

Fig., Bâtir sur le sable, Fonder des projets, des établissements, des entreprises sur quelque chose de peu solide.

Fig. et fam., Avoir du sable dans les yeux, Éprouver une envie de dormir qui appesantit les paupières. On dit dans le même sens et dans le langage enfantin : Le marchand de sable a passé.

SABLE, en termes de Fondeur, désigne un Mélange de sable et de diverses matières qui sert à faire des moules. Un sable net. Jeter une médaille en sable.

Il se dit encore, vulgairement, du Gravier qui se forme dans les reins. Il fait du sable. Ses urines sont pleines de sable.

sable

SABLE. n. m. T. de Blason. Nom donné à la Couleur noire. Il porte de sable à un lion d'or. Il porte d'or à une aigle de sable. Dans la gravure, le sable se marque par des hachures verticales et horizontales qui se croisent.

sable

Sable, qu'on dit aussi Sablon, Sabulum, Sabulo sabulonis. Et en armoiries c'est un mot usurpé par les herauts et par eux particularisé à leur profession de deviser et blasonner les armoiries, par lequel ils entendent la couleur noire, comme, Il porte de sable semé de fleurs d'or.

sâble


SâBLE, s. m. SABLER, v. act. SABLIER, s. m. SABLIèRE, s. f. [1re lon. au 1er et dans le verbe devant l' e muet: il sâble, sâblera, etc. 2ee muet au 1er, é fer. au 2d et au 3e, è moy. et long au dern. ble, blé, blié, bliè-re.] Sâble est 1°. Sorte de terre légère, menûe, mélée de petits grains de gravier. "Sâble de terre, de mer, de rivière, de ravine, etc. = Fig. Bâtir sur le sâble, fonder des entreprises sur quelque chôse de peu solide. = 2°. Gravier, qui s'engendre dans les reins, et qui forme la gravelle. = 3°. Horloge de verre, composée de deux fioles, où le sâble, tombant de l'une dans l'aûtre, mesûre un certain espace de tems.
   Rem. Le peuple, en certaines Provinces, fait sâble féminin, et dit de la sable pour du sable.
   SABLER, couvrir de sâble. "Sabler les alées d'un jardin. = En st. prov. avaler. "Il calculoit combien une femme de cinquante ans pouvoit vivre en sablant tous les soirs sa bouteille de vin de champagne.
   Plus d'un richard, bien frais, bien potelé...
   Tout réjouï du vin, qu'il a sablé,
   Se rit du froid, que l'on soufre en Bavière.
       Le Franc.
  SABLIER, Horloge, qui mesûre le tems par la sâble. M. Desgrouais traite ce mot de gasconisme. L' Acad. se contente de dire qu'on l'apèle plus comunément sâble. Voy. n° 3°.
   SABLIèRE est 1°. Lieu creusé dans la terre, duquel on tire du sâble pour bâtir. = 2°. Longue pièce de bois, entâillée d'espace en espace, pour y mettre des soliveaux, ou creusée tout du long, pour y faire tenir les planches d'une cloison.

Traductions

sablé


sablée

(sable)
adjectif
qui forme des petits grains une pâte sablée

sablé

shortbread, cookiesprits, zandkoekjesabbiato
nom masculin
petit gâteau des sablés aux noisettes

sablé

[sɑble]
adj
[allée] → sandy
(CUISINE) pâte sablée → shortcrust pastry
nmshortbread