saint, ainte

SAINT, AINTE

(sin, sin-t') adj.
Qui appartient à la religion, qui est dédié à des usages sacrés (sens le plus voisin du sens étymologique, le mot étant le participe de sancire, consacrer). La sainte messe. Les églises sont des lieux saints. La sainte hostie. La sainte Bible. L'Écriture sainte.
L'extrême-onction, annoncée à ce philosophe chrétien, excite autant sa piété qu'avait fait le saint viatique ; les saintes prières des agonisants réveillent sa foi [BOSSUET, le Tellier.]
Les pratiques extérieures de la piété dans les saintes observances de l'Église, et la fréquentation des saints sacrements [ID., Mar.-Thér.]
Tout ce que la religion a de plus saint a été en proie [lors de l'hérésie et de la révolution d'Angleterre] [ID., Reine d'Anglet.]
Venez, de l'huile sainte il faut vous consacrer [RAC., Ath. IV, 3]
Je l'observais hier [Athalie], et je voyais ses yeux Lancer sur le lieu saint des regards furieux [ID., ib. I, 1]
Entrez, généreux chefs des familles sacrées, Du ministère saint tour à tour honorées [ID., ib. IV, 2]
Ne pouvant la sauver, seigneur, j'allais moi-même Répandre sur son front l'eau sainte du baptême [VOLT., Zaïre, II, 3]
Le peuple saint, le peuple juif.
Du temple, orné partout de festons magnifiques, Le peuple saint en foule inondait les portiques [RAC., Ath. I, 1]
La tribu sainte, la tribu de Lévi.
Et Dieu n'est plus servi que dans la tribu sainte [RAC., Ath. III, 7]
La cité sainte, Jérusalem.
Tous chantent de David le fils ressuscité ; Baal est en horreur dans la sainte cité [RAC., Ath. V, 6]
Fig. La cité sainte, la Jérusalem céleste, le paradis.
Qu'ils pleurent, ô mon Dieu, qu'ils frémissent de crainte, Ces malheureux qui de ta cité sainte Ne verront point l'éternelle splendeur [RAC., Athal. II, 9]
Loin d'ici, monuments de la terre, vous n'approchez point de ces monuments de la cité sainte ! [CHATEAUBR., Mart. III]
Le saint-père, voy. PÈRE, n° 13. Le saint-siége, voy. SIÉGE. Le saint-office, voy. OFFICE 1, n° 9. Le saint-empire romain, ou, absolument, le saint-empire, l'empire d'Allemagne autrefois. Saint sépulcre, voy. SÉPULCRE. Les lieux saints, les saints lieux, voy. LIEU 1, n° 3. Terre sainte, voy. TERRE. Villes saintes, voy. VILLE. Semaine sainte, voy. SEMAINE. L'année sainte, l'année du grand jubilé qui est la dernière année de chaque siècle ; et aussi l'année de chaque jubilé, qui arrive de vingt-cinq ans en vingt-cinq ans.
Qui vit selon la loi de Dieu, qui observe ses commandements. Une âme sainte.
Louis XI y est enterré [à Cléry] ; on le voit à genoux sur son tombeau.... le bon apôtre de roi fait là le saint homme, et est bien mieux pris que quand le Bourguignon le mena à Liége [LA FONT., Lett. VII]
Le lendemain [de l'exécution de la Brinvilliers] on cherchait ses os, parce que le peuple disait qu'elle était sainte [SÉV., 297]
Nous avons les mêmes amis, nous pensons les mêmes choses : c'est un saint ; mais je ne suis pas sainte, voilà le malheur [ID., 7 mars 1685]
Comme, dans la gloire éternelle, les fautes des saints pénitents, couvertes de ce qu'ils ont fait pour les réparer, et de l'éclat infini de la divine miséricorde, ne paraissent plus [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
Le saint moine Augustin, son disciple [du pape saint Grégoire] et le premier apôtre de la nation anglaise [ID., Reine d'Anglet.]
Dieu, qui rapporte tous ses conseils à la conservation de sa sainte Église.... s'est servi autrefois des chastes attraits de deux saintes héroïnes [Judith et Esther] pour délivrer ses fidèles des mains de leurs ennemis [ID., ib.]
On n'est saint qu'à proportion qu'on est humble [FLÉCH., Panég. St Fr. de Paule.]
Pensez-vous être saint et juste impunément ? [RAC., Ath. I, 1]
Ils [les grands] ne seront grands.... qu'autant qu'ils seront saints [MASS., Petit carême, Grand. de J. C.]
Saint à Dieu, saint à l'égard de Dieu.
Il [Jésus-Christ] a été humble, patient, saint à Dieu, terrible aux démons, sans aucun péché [PASC., Pens. XVII, 1, édit. HAVET.]
Il se dit des choses en un sens analogue. Mener une vie fort sainte.
Par la sainte horreur que vous fait l'infamie, Par ce Dieu que j'ignore, et pour qui vous vivez [CORN., Théod. III, 3]
Et comme tous mes feux n'avaient rien que de saint, L'honneur les alluma, le devoir les éteint [ID., Héracl. III, 1]
Là [chez les oratoriens] une sainte liberté fait un saint engagement ; on obéit sans dépendre, on gouverne sans commander [BOSSUET, Bourgoing.]
Si quelque chose les empêche de régner sur nous, ces saintes et salutaires vérités, c'est que le monde nous occupe, c'est que les sens nous enchantent [ID., Duch. d'Orl.]
Il se dit des esprits bienheureux et des créatures les plus parfaites. La sainte Vierge. Les saints martyrs. Les saints patriarches. Les apôtres saint Pierre et saint Paul. Les saints Pères.
Ange saint, qui présidiez à l'oraison de cette sainte princesse [BOSSUET, Mar.-Thér.]
Il fut enterré à Milan ; on grava sur son tombeau : Ci-gît Bernard de sainte mémoire ; il semble que le nom de saint en ce temps-là ne fut qu'un titre honorifique [VOLT., Mœurs, 23]
Par abréviation on écrit : S. Jean ou St Jean, Ste Geneviève, les SS. Pères, etc. La sainte Famille, voy. FAMILLE, n° 4. Fig. Découvrir saint Pierre pour couvrir saint Paul, remédier à un inconvénient par un autre. Fig. La prison de saint Crépin, voy. CRÉPIN. Saint Roch, voy. ROCH. Fig. et par plaisanterie. Sainte liberté, l'absence de toute contrainte, de toute gêne.
Ma belle-fille vous fait ses compliments ; elle a bien du soin de moi, sans contrainte, et toujours sainte liberté [SÉV., 26 juin 1689]
Par imitation, saint s'est dit de personnages soit païens, soit autres, dont on voulait relever le haut caractère.
Je trouve qu'on a eu raison de reprendre Érasme d'avoir osé écrire dans un de ses dialogues, qu'autant de fois qu'il lisait la belle fin de Socrate, il avait bien de la peine à s'empêcher de dire : ô saint Socrate, priez Dieu pour nous [LA MOTHE LE VAYER, Vertu des païens, II, Socrate.]
Adressons nos communes prières à saint Zénon, saint Épicure, saint Marc-Antonin, saint Épictète, saint Bayle et tous les saints de notre paradis [VOLT., Lett. Marmontel, 21 mai 1764]
J'aime fort sainte Geneviève ; mais je voudrais qu'on bâtit une belle salle pour saint Racine, saint Corneille et saint Molière [ID., Lett. de la Lande, 19 déc. 1774]
Souverainement pur ; il ne se dit en ce sens que de Dieu. La sainte Trinité. L'Esprit-Saint. Le Saint-Esprit.
Avec le saint nom de Dieu et avec le nom de la cité sainte, la nouvelle Jérusalem [BOSSUET, Mar.-Thér.]
L'ordre du Saint-Esprit, voy. ESPRIT, n° 4. Un Saint-Esprit, l'insigne de cet ordre.
Il veut vous envoyer votre cordon bleu avec deux Saint-Esprit [SÉV., 491]
La reine ne put résoudre M. de Metz à porter un Saint-Esprit sur sa soutanelle comme les autres [SAINT-SIMON, 46, 27]
Digne d'un grand respect, qui ne peut être violé sans une sorte d'impiété.
L'auguste et saint ministère de la justice [BOSSUET, le Tellier.]
D'ailleurs vous le savez, en bannissant ses rois, Rome à ce nom, si noble et si saint autrefois, Attacha pour jamais une haine puissante [RAC., Bérén. II, 2]
Et ne connais-tu pas l'implacable Agrippine ? Mon amour inquiet déjà se l'imagine Qui m'amène Octavie, et d'un œil enflammé Atteste les saints droits d'un nœud qu'elle a formé [ID., Brit. II, 2]
La plus sainte des lois, ah ! c'est de vous sauver [ID., Bajaz. II, 3]
Ma fille.... ce nom seul, dont les droits sont si saints [ID., Iphig. I, 1]
S. m. et f. Un saint, une sainte, personne qui vit ou qui est morte en état de sainteté.
Ces faux saints ne servent pas Jésus-Christ, mais ils se servent de lui ; ils sollicitent leurs affaires en son nom, et recommandent sa cause bien que ce soit leur procès [BALZ., Lett. II, liv. VI]
....On nous ruine en fêtes ; L'une fait tort à l'autre, et monsieur le curé De quelque nouveau saint charge toujours son prône [LA FONT., Fabl. VIII, 2]
Les saints ont leur empire, leur éclat, leur victoire, leur lustre, et n'ont nul besoin des grandeurs charnelles ou spirituelles [PASC., Pens. XVII, 1, éd. HAVET.]
La vie ordinaire des hommes est semblable à celle des saints : ils recherchent tous leur satisfaction, et ne diffèrent qu'en l'objet où ils la placent [ID., ib. XV, 2]
Pour faire d'un homme un saint, il faut bien que ce soit la grâce ; et qui en doute ne sait ce que c'est que saint et qu'homme [ID., ib. XXIV, 74]
Au lieu qu'en parlant des choses humaines on dit qu'il faut les connaître avant que de les aimer, les saints, au contraire, disent en parlant des choses divines, qu'il faut les aimer pour les connaître [ID., Géomét. II]
Est-il possible que vous [protestants] croyiez que nous invoquions les saints comme Dieu, et n'avons-nous pas dit assez haut et assez clair que nous ne les appelions à notre secours que comme nos conserviteurs ? [BOSSUET, Proj. de réun. des protest. Lett. IX]
L'Église aura toujours des saints, et la charité n'y mourra jamais [ID., 1re instr. past. 7]
Il y a cette différence à remarquer entre le ciel et la terre : la terre fait les saints, mais elle ne fait pas les bienheureux, et, au contraire, le ciel fait les bienheureux, mais il ne fait pas les saints [BOURD., Pensées, t. I, p. 102]
Suivant la remarque de saint Augustin, un saint n'est saint que pour lui-même [ID., ib. t. II, p. 476]
Je le vois bien, tu vas épouser une sainte [BOILEAU, Sat. X]
....Dieu ne vous a pas choisie Pour être un vain spectacle aux peuples de l'Asie, Ni pour charmer les yeux des profanes humains ; Pour un plus noble usage il réserve ses saints [RAC., Esth. I, 3]
Souvenez-vous que les saints ont été dans tous les siècles des hommes singuliers [MASS., Carême, Pet. nombre des élus.]
La communion des saints, la communication mutuelle de biens spirituels entre tous les membres de l'Église, sur la terre, au purgatoire, au ciel. Par extension.
Un des saints du paganisme [J. B. ROUSS., Odes, II, 2]
Dans un sens analogue. Sénèque était le saint de Diderot. Les saints de glace, saint Mamert, saint Pancrace et saint Servais, dont les fêtes tombent au 11, 12 et 13 mai, jours auxquels, dans le centre de la France et de l'Allemagne, il se fait souvent sentir des froids insolites. C'est un pauvre saint, c'est un saint qui ne guérit de rien, se dit d'un homme qui a peu de crédit. C'est un petit saint de bois, se dit d'un hypocrite. C'est un saint qu'on ne chôme plus, se dit en parlant d'une personne qui n'a plus d'influence, de crédit.
L'honneur est un vieux saint que l'on ne chôme plus [RÉGNIER, XIII]
Familièrement. De petits saints, des personnes qui affectent l'apparence de sainteté.
Tous les gens querelleurs, jusqu'aux simples mâtins, Au dire de chacun étaient de petits saints [LA FONT., Fabl. VII, 1]
Le chat et le renard, comme beaux petits saints, S'en allaient en pèlerinage [ID., ib. IX, 14]
Le saint du jour, se dit d'un homme qui est à la mode ou en crédit depuis peu. Il ne sait à quel saint se vouer, voy. VOUER. Prêcher pour son saint, louer, vanter une chose, une personne en vue de son intérêt personnel. Mal de saint, l'épilepsie ; on dit aussi mal Saint-Jean.
Si c'était mal de saint ou de fièvre quartaine [RÉGNIER, Sat. X]
Feu Saint-Antoine, voy. feu 1, n° 37. Ile des saints, l'Irlande. Les saints, noms que se donnaient les puritains durant la révolution d'Angleterre et sous Cromwell. Saints du dernier jour, titre que se donnent les mormons, sectaires américains.
Chez les Juifs, le saint, l'espace qui était avant le saint des saints.
Le voile séparera le saint d'avec le saint des saints [SACI, Bible, Exode, XXVI, 33]
Le saint des saints, la partie la plus profonde et la plus sacrée du tabernacle, et ensuite du temple de Salomon, celle où l'arche était renfermée. Fig.
L'homme n'habite que dans les parois les plus extérieures de ce temple où il adore le grand être ; il ne lui est point permis de pénétrer dans le sanctuaire, bien moins encore dans le saint des saints [BONNET, Paling. XII, 8]
Le Saint des saints, Dieu.
Avoir une dévotion pure et solide pour celle qui a été la mère du Saint des saints [BOURDAL., Instr. Octave de l'Assompt. Exhort. t. II, p. 304]
Dieu, qui est le Saint des saints, n'est avec les pécheurs et les impies que par la nécessité de son être [ID., 5e dim. après l'Épiphan. Dominic. t. I, p. 223]
Jésus-Christ sera grand, parce qu'il sera le Saint et le fils de Dieu [MASS., Pet. carême, Grand. de J. C.]
Saint se joint par un trait d'union avec les noms de saint, et signifie le jour où l'on célèbre la fête du saint ; il est féminin. La Saint-Jean, la Saint-Pierre, etc. Les herbes de la Saint-Jean, voy. HERBE, n° 1. L'église Saint-Germain, l'église Saint-Gervais, et, absolument, au masculin, Saint-Germain, Saint-Gervais, l'église qui est sous l'invocation de saint Germain, de saint Gervais. Aller entendre la messe à Saint-Gervais. On remarquera qu'alors on écrit Saint avec une majuscule, la Saint-Jean, tandis que, quand on nomme le saint, on ne met ni majuscule ni trait d'union, saint Jean. Quand ces noms deviennent noms de localité ou autres, on les écrit comme pour la fête, c'est-à-dire avec un trait d'union et une majuscule à Saint. La ville de Saint-Germain. La prison de Sainte-Pélagie. La croix de Saint-André. L'ordre de Saint-Lazare. La rue Saint-Honoré. Le faubourg Saint-Jacques. La porte Saint-Antoine.
10° Un saint Augustin, un saint Jérôme, etc. les œuvres de saint Augustin, de saint Jérôme, etc.

PROVERBES

  • À chaque saint sa chandelle, pour s'assurer du succès d'une affaire, il faut se rendre favorable chacun de ceux de qui elle dépend.
  • Comme on connaît les saints on les honore, on traite un homme suivant son mérite, son crédit.
  • Selon le saint l'encens, il faut proportionner l'hommage au mérite, à la dignité.
  • Il vaut mieux s'adresser à Dieu qu'à ses saints, il vaut mieux s'adresser au maître qu'à ses subalternes quand on veut obtenir quelque grâce.
    Sire, il y a dans tous les pays chrétiens un vieux proverbe qui dit : Il vaut mieux avoir affaire à Dieu qu'à ses saints ; et je le crois plus vrai en Espagne que partout ailleurs [C. DELAV., D. Juan, V, 2]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Vus le suirez à feste Saint Michel [, Ch. de Rol. III]
    Plus valt [vaut] Mahum que seint Pere de Rume [, ib. LXXII]
    Ne croit en Deu le fil sancte Marie [, ib. CXII]
    Quant Carles oit [ouït] la sainte voiz del angle [, ib. CCLXIV]
    Ne place Deu ne ses seinz ne ses angles [, ib. CCLXX]
  • XIIIe s.
    Et que pourront dire li ennemi Là où li saint trembleront de doutance Devant celui qui onques ne menti ? [QUESNES, Romancero, p. 96]
    Je sui cil qui trop se plaint ; El mont [monde] n'a si caitif [chétif] saint, Fors moi, qui se [sa] feste n'ait [, Anc. poés. Vatic. n° 1490, f° 172, dans LACURNE]
    Moult erent [ils étaient] bone gent et de très sainte vie [, Berte, LX]
    Par trestoz les sainz que l'en prie, Vos ressemblez le chien qui crie Ainz que la pierre soit cheüe [, Ren. 1431]
    Li lieu saint, si sont cil qui sont dedié et establi por fere le service nostre Seigneur [BEAUMANOIR, XI, 14]
    Les voisines de la mere dudit enfant [malade] li distrent : nos avons bons sains en nostre eglise de Saint Denis ; portez vostre enfant au tombel du benoiet saint Loys [, Miracles St Loys, p. 149]
    Que il deust porter Mabilete [une enfant malade] au tombel du benoiet saint Loys.... que les sainz vouloient bien que l'en feist aucune chose pour eus.... [, ib. p. 166]
  • XVe s.
    Tendre vous fault la main aux sains ; Tendez. - Voulentiers, beau compains. - Or jurez le saint sacrement, Vostre foy, vo baptisement, Tous les sains et toutes les saintes, Sans penser à paroles faintes [E. DESCH., Poésies mss. f°. 374]
    Et par sa trez-saintime grace, Li plaise envoier sanz espace, En present, sanz aucun demour De ses sains ciex la digne flour [, la Nativité de N. S. J. C. Mystère]
    Et ne sçavoit plus le connestable à quel sainct se vouer [COMM., IV, 11]
    Le corps de Jehan Galeas, un grand et mauvais tyran, est aux Chartreux.... et un natif de Bourges le m'appela sainct ; et je luy demanday en l'oreille pourquoy il l'appeloit sainct, et qu'il pouvoit voir peintes à l'entour de luy les armes de plusieurs citez qu'il avoit usurpées, où il n'avoit nul droit ; il me respondit tout bas : nous appelons, dit-il, en ce pays icy saincts tous ceulx qui nous font du bien [ID., VII, 9]
  • XVIe s.
    Mal saint Main [psora] [PARÉ, Introd. VI]
    Mal saint Vitus [chorée] [ID., Introd. VII]
    Fil saint Fiacre [sarcome] [ID., V, 21]
    [La gangrene qui va jusqu'aux os] est appelée des Grecs sphacelos ou necrosis, des Latins syderation, et esthiomenos selon les modernes, et des vulgaires le feu Saint Anthoine ou Saint Marcel [ID., X, 11]
    Le saint de la ville n'est point oré [prié] [H. EST., Précell. p. 185]
    À petit sainct petite offrande [ID., ib. p. 198]
    Saint ne peut mentir [LEROUX DE LINCY, Prov. t. I, p. 42]
    Quand Dieu ne veut, le saint ne peut [ID., ib. p. 43]
    Oublier Dieu parmi tous les saints [COTGRAVE, ]
    Il n'est miracle que de vieux saincts [ID., ]
    Le fleuve passé, le sainct oublié [ID., ]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. sanct, sant, san ; espagn. san, santo ; portug. santo, sao ; ital. santo ; du lat. sanctus, qui est le participe passif de sancire, prescrire par loi, par précepte. Sancire est le dénominatif de sacer, sancus (semo sancus), dont l'étymologie est le radical sanscrit sac, suivre, et quelquefois, dans le Rigvéda, adorer.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    SAINT.

PROVERBES

  • Ajoutez :
  • La fête passée, adieu le saint.