saule

Recherches associées à saule: aulne, bouleau, peuplier

saule

n.m. [ du frq. sahla, du lat. salix ]
Arbre poussant près de l'eau : Des saules pleureurs.

saule

(sol)
nom masculin
arbre poussant près de l'eau Les saules pleureurs ont les branches tombantes.

SAULE

(sô-l') s. m.
Nom d'un genre de la famille des salicinées.
Arbre qui croît ordinairement dans les prés et le long des ruisseaux, salix alba, L. Le saule blanc est ordinairement exploité en têtard comme bois de chauffage.
Le ciel permit qu'un saule se trouva, Dont le branchage après Dieu le sauva [un enfant tombé à l'eau] [LA FONT., Fabl. I, 19]
Les chênes à la longue vie, aux écorces rudes.... inspirent, sous leur ombre, des sentiments d'une tout autre nature que ces saules au feuillage léger, qui vivent peu et qui ont la fraîcheur des ondes où ils puisent leur séve [CHATEAUBR., Dessin.]
Saule pleureur, espèce de saule dont les branches sont pendantes, salix babylonica, L.
Les rois seuls [de Taïti] peuvent planter devant leurs maisons l'arbre que nous nommons le saule pleureur [BOUGAINVILLE, Voy. t. II, p. 109]
Les lieux chers aux vivants sont aussi chers aux morts ; Qui vous empêchera de placer sur ces bords, Près d'un ruisseau plaintif, sous un saule qui pleure, D'un ami regretté la dernière demeure ? [DELILLE, H. des champs, I]
Mes chers amis, quand je mourrai, Plantez un saule au cimetière ; J'aime son feuillage éploré ; La pâleur m'en est douce et chère [A. DE MUSSET, I, Poés. nouv. Lucie.]
Se dit de certains arbustes ou arbrisseaux. Saule cendré. Saule des sables. Saule des dunes.
Feuilles de saule, nom donné, dans le soleil, à une sorte de compartiments oblongs, de formes irrégulières et changeantes, séparés par des rangées de points moins brillants (grains de riz).
Saule marin, nom vulgaire de plusieurs espèces de gorgones.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Mais se s'amie l'appelast, Li nices tantost s'en alast, Le dos li tournast et l'espaule, Et s'en alast penre [prendre] à la saule, Pour li monstrer come il valoit Et comment contre-mont saloit [MACHAUT, p. 44]
  • XVIe s.
    Le saule ou saulx : les diversités des saules se remarquent à la couleur, aucuns estans blancs, les autres tendans sur le rouge et tané, en leurs feuilles [O. DE SERRES, 800]

ÉTYMOLOGIE

  • Génev. et lorrain, la saule ; Berry, siaule ; de l'anc. haut-allemand salahha, contracté en sala, d'après Diez. Le lat. salix, salicem ne peut donner saule, il avait donné saux ou salz (es salz suspendimes nos organes, Liber psalm. p. 213), qui a duré jusque dans le XVIe siècle et qui persiste dans tous les patois : wallon, sâ, sau ; norm. saux ou sas ; Berry, saulx (prononcé sô) et aussi sauge de saligneus ; picard, sau. Salicem, en particulier, avait donné sausse : le village de Sausse-Mesnil, près Cherbourg.

saule

SAULE. n. m. Arbre qui croît ordinairement dans les prés et le long des ruisseaux. Branche de saule. Un fossé bordé de saules. L'écorce du saule blanc est amère et astringente.

Saule pleureur, Espèce de saule dont les branches sont plus longues et plus flexibles que celles du saule ordinaire et retombent vers la terre.

saule


SAULE, s. m. [Sôle: 1re lon. 2e e muet.] Trév. met Saule ou saulx, et dit que le 1er est le meilleur: on peut dire que c'est le seul bon. = Arbre qui croît ordinairement le long des ruisseaux.
   Le saule aime un ruisseau, l'aune les eaux dormantes.
       Le Franc.

Traductions

saule

Weide

saule

willow

saule

wilg, wilgeboom

saule

ערבה חבוטה (נ), עֲרָבָה

saule

wilgerboom

saule

salze

saule

vrba

saule

pil, piletræ

saule

saliko

saule

柳, ヤナギ

saule

버들, 버드나무

saule

salix

saule

vŕba

saule

pil, vide

saule

liễu, cây liễu

saule

柳树

saule

paju

saule

vrba

saule

piletre

saule

wierzba

saule

ต้นวิลโลว์ปลูกใกล้น้ำ

saule

[sol] nmwillow, willow tree
saule pleureur → weeping willow