sauveté

(Mot repris de sauvetés)
Recherches associées à sauvetés: bastides

SAUVETÉ

(sô-ve-té) s. f.
Terme vieilli, mais qui serait à remettre en usage. État d'une personne ou d'une chose mise hors de péril. Ses marchandises sont en lieu de sauveté.
Cette menace pourrait donner de la crainte à un autre, et ferait songer à un plus sage que moi à se mettre en sauveté [VOIT., Lett. 3]
Mme Ticquet fut assez folle pour s'être laissé arrêter, et n'être pas déjà en pays de sauveté [SAINT-SIMON, 73, 206]
On ne se crut en sauveté qu'au Rhin et au bout du pont de Strasbourg [ID., 136, 266]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Li chaitif fil d'Adam nen ont cure de veriteit ne de celes choses k'à lor salveteit apartienent [ST BERN., p. 521]
  • XIIIe s.
    Et se Diex leur donoit qu'il i poïssent venir, là seroient il à sauveté [VILLEH., CLVI]
    Et si tost qu'ele pot, ele se mist hors de son pooir por estre à sauveté [BEAUMANOIR, XXX, 95]
  • XVe s.
    S'estoient tous retraits dedans les forests .... et y avoient tout attrait et mis à sauveté [FROISS., I, I, 57]
    Nous tournions le dos à nos ennemis, et prenions le chemin de sauveté [COMM., VIII, 7]

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. salvetat, saubetat ; esp. salvedad ; du lat. fictif salvitatem, de salvus (voy. SAUF).

sauveté

SAUVETÉ. s. f. État d'une personne, d'une chose mise hors de péril. Il est vieux, et ne s'emploie guère que dans ces phrases: Il est en lieu de sauveté. Ses marchandises sont en sauveté.

sauveté

Sauveté, Incolumitas.

Je suis à sauveté, In portu sum.

Je ne fay point de doute de ta sauveté, Mihi tua salus dubia non est.

La chose est en sauveté et hors du danger, Res est in portu.

Estre mis en sauveté, In tutum recipi.