scellé, ée

SCELLÉ, ÉE1

(sè-lé, lée) part. passé de sceller
Marqué d'un sceau. Diplôme scellé en cire rouge. Fig.
Arsinoé ne se fiait guère à toutes ces promesses, quoique prononcées à la vue des autels, et scellées du sceau redoutable de la religion [ROLLIN, Hist. anc. Œuvr. t. VII, p. 342, dans POUGENS]
Fig. Qui est mis comme sous un sceau.
J'ai l'œil scellé d'un sceau de fer [RÉGNIER, Stances relig.]
Les jugements de Dieu leur sont confiés, mais comme un livre scellé [PASC., Juifs, 10, éd. FAUGÈRE.]
Cyprien, renouvelé par la grâce, voit ses doutes se dissiper ; ce qui était auparavant scellé pour lui, s'ouvrir devant lui [BOSSUET, 1er sermon, Dim. de la Passion, 1]