seconder

seconder

[ səgɔ̃de] v.t.
Aider qqn dans un travail : Ses collaborateurs la secondent parfaitement assister

seconder

(səgɔ̃de)
verbe transitif
apporter son aide à qqn Je te seconderai dans cette tâche.

seconder


Participe passé: secondé
Gérondif: secondant

Indicatif présent
je seconde
tu secondes
il/elle seconde
nous secondons
vous secondez
ils/elles secondent
Passé simple
je secondai
tu secondas
il/elle seconda
nous secondâmes
vous secondâtes
ils/elles secondèrent
Imparfait
je secondais
tu secondais
il/elle secondait
nous secondions
vous secondiez
ils/elles secondaient
Futur
je seconderai
tu seconderas
il/elle secondera
nous seconderons
vous seconderez
ils/elles seconderont
Conditionnel présent
je seconderais
tu seconderais
il/elle seconderait
nous seconderions
vous seconderiez
ils/elles seconderaient
Subjonctif imparfait
je secondasse
tu secondasses
il/elle secondât
nous secondassions
vous secondassiez
ils/elles secondassent
Subjonctif présent
je seconde
tu secondes
il/elle seconde
nous secondions
vous secondiez
ils/elles secondent
Impératif
seconde (tu)
secondons (nous)
secondez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais secondé
tu avais secondé
il/elle avait secondé
nous avions secondé
vous aviez secondé
ils/elles avaient secondé
Futur antérieur
j'aurai secondé
tu auras secondé
il/elle aura secondé
nous aurons secondé
vous aurez secondé
ils/elles auront secondé
Passé composé
j'ai secondé
tu as secondé
il/elle a secondé
nous avons secondé
vous avez secondé
ils/elles ont secondé
Conditionnel passé
j'aurais secondé
tu aurais secondé
il/elle aurait secondé
nous aurions secondé
vous auriez secondé
ils/elles auraient secondé
Passé antérieur
j'eus secondé
tu eus secondé
il/elle eut secondé
nous eûmes secondé
vous eûtes secondé
ils/elles eurent secondé
Subjonctif passé
j'aie secondé
tu aies secondé
il/elle ait secondé
nous ayons secondé
vous ayez secondé
ils/elles aient secondé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse secondé
tu eusses secondé
il/elle eût secondé
nous eussions secondé
vous eussiez secondé
ils/elles eussent secondé

SECONDER

(se-gon-dé) v. a.
Suivre, venir en second lieu (emploi qui vieillit).
Je ne vanterai point les exploits de mon bras ; Votre Majesté, sire, a vu mes trois combats ; Il est bien mal aisé qu'un pareil les seconde, Qu'une autre occasion à celle-ci réponde [CORN., Hor. V, 2]
Jusqu'ici les effets secondent sa promesse [RAC., Mithr. IV, 1]
Absolument.
Cette puissance royale, qui doit donner le branle dans les autres choses, n'a jamais jugé indigne d'elle de ne faire que seconder dans les affaires spirituelles [BOSSUET, Panég. St Thomas de Cantorb. 1]
Répliquer sur le même ton Il m'aborde en tremblant avec ce compliment : Vous m'attirez à vous ainsi que fait l'aimant.
Il pensait m'avoir dit le meilleur mot du monde ; Entendant ce haut style, aussitôt je seconde, Et réponds brusquement sans beaucoup m'émouvoir : Vous êtes donc de fer, à ce que je puis voir [CORN., Veuve, I, 4]
Servir de second, d'aide à quelqu'un.
Je seconderai Rome, et veux vous introduire [CORN., Nicom. II, 4]
Chrysale : Secondez-moi bien tous. - Martine : Laissez-moi, j'aurai soin De vous encourager [MOL., Femm. sav. V, 4]
Le prince, quelque grand qu'il soit, ne connaît sa force qu'à demi, s'il ne connaît les grands hommes que la Providence a fait naître en son temps pour le seconder [BOSSUET, le Tellier.]
Quoi ! madame, est-ce ainsi que vous me secondez ? [RAC., Iphig. V, 2]
Il se dit aussi de ce qui seconde, favorise.
Tant que sa faveur [du sort] vous seconde, Vous êtes les maîtres du monde, Votre gloire nous éblouit [J. B. ROUSS., Odes, II, 6]
Par extension. Il prend un nom de chose pour régime.
Quand je serai à Paris, nous tâcherons de seconder vos bons commencements [SÉV., 287]
Un sage et intelligent chancelier seconde les désirs d'un roi zélé pour l'Église [BOSSUET, le Tellier.]
Les exemples secondent les préceptes [ID., 4e écrit sur les Max. des saints, I, 11]
Je suis très persuadé qu'il n'y a que M. de Malesherbes et M. Turgot capables de seconder vos vues généreuses [au sujet des serfs mortaillables de Saint-Claude] [VOLT., Lett. Christin, 1er oct. 1775]
Terme du jeu de paume. Servir de second dans une partie Prenez ce joueur-là, il vous secondera bien. Absolument. Il n'est pas bon pour primer, mais il seconde bien.
Se seconder, v. réfl. Se donner mutuellement du secours.
Cette disposition à se seconder mutuellement multiplia à l'infini les avantages que donnaient déjà à l'homme isolé son adresse et son intelligence [CUVIER, dans le Dict. de DOCHEZ.]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Frere Jean demanda maniere de haulser le tempz en calme ; Panurge seconda soubdain, et demanda pareillement remede contre fascherie. Epistemon tiercea en guayeté de cœur, demandant.... [RAB., Pant. IV, 63]
    Lorsque quelqu'un prend fantaisie de s'aller battre, il faut que celui qui le seconde (comme on parle) ou qui le tierce, se batte aussi à outrance contre les seconds et les tiers de la part contraire [LANOUE, 248]
    Il est vray-semblable que ceux qu'on met au premier rang, sont hommes choisis, et que ceux du second les secondent [les suivent] en valeur [ID., 290]
    Ceste nouvelle fut secondée [suivie] d'une autre : à sçavoir.... [ID., 584]
    J'ai embouché nostre bon amy Saint-André, qui repondra pour vous, ou qui vous secondera, si vous parlés le premier [CARLOIX, I, 35]
    ....Pour ne se pas vouloir demettre jusques à seconder [être le second après] seulement un homme romain, qui auroit esté son beaupere, et au demourant pouvoir estre le premier de tous les hommes [AMYOT, Pomp. 107]
    Et si n'eut jamais le timon ni l'authorité de pilote en main, ains s'attacha seulement à manier les voiles et le cordage, en assistant et secondant ceulx qui avoient plus de credit et de puissance que luy [ID., Phocion, 5]
    Demosthenes les secondoit et aidoit de tout ce qu'il pouvoit à solliciter les Grecs de vouloir prendre les armes avec les Atheniens [ID., Demosth. 39]
    Chassons avec le vin le soin et les malheurs ; Je combas les soucis quand le vin me seconde [RONS., 273]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. segondar ; catal. secundar ; espagn. segundar ; ital. secondare ; du lat. secundare, de secundus, second.

seconder

SECONDER. v. tr. Aider, favoriser, servir quelqu'un dans un travail, dans une affaire, etc. Si vous entreprenez cela, je vous seconderai. Il a été bien secondé. Seconder les voeux, les dé sirs, les bonnes intentions de quelqu'un.

seconder

Seconder à autruy et luy aider en quelque propos, Orationi alterius subseruire, Subsidiario adesse.

Seconder, c'est proprement estre tout au plus pres de celuy qui est le premier. Et partant, Seconder aucun en aage entre mesmes freres, c'est luy estre plus proche d'ans que les autres freres. Des Essars en Josephe au 1. livre. Or avoit Aristobolus de tous ses freres, Antigonus qui le secondoit en aage. par l'energie du mot, il est assez cogneu que seconder ne signifie aucunement estre pareil à celuy qu'on seconde, ains luy estre le plus proche et joingnant devant tous autres en quelque chose que ce soit qu'on le seconde. Ainsi seconder un autre en preud'hommie, foy, loyauté et parole, c'est estre le plus approchant la preud'hommie, foy, loyauté et parole, de celuy qui tient le premier reng en cela. Et quand on dit d'une femme qui en beauté n'a point de seconde, c'est autant à dire, comme qu'elle excelle tant en beauté toutes autres, que de nulle en est approchée de pres, et ainsi les Latins disent, In secundis aut tertiis consistere. Seconder aussi est prins pour aider à aucun, d'autant que qui est second à autre, il releve ce que son premier laisse, et ne peut embrasser, et voila comme plus esloignéement de ladite proprieté du mot, on dit, Seconder l'un l'autre en un combat, pour s'entre-secourir, qui est quand deux ou plusieurs se combatans à autres, sont si pareils en forces et experiences des armes, qu'on ne peut dire qui en cela est le premier.

Synonymes et Contraires
Traductions

seconder

assist, help

seconder

assecondare

seconder

[s(ə)gɔ̃de] vt
(= aider) → to second
secondé par → seconded by
(= favoriser) → to back
seconde vue nf
doué de seconde vue → having second sight
être doué de seconde vue → to have second sight
second souffle nm
trouver son second souffle → to get one's second wind