sein

sein

[ sɛ̃] n.m. [ du lat. sinus, pli, courbe ]
1. Chacune des mamelles de la femme : Ce soutien-gorge met les seins en valeur
la poitrine : Un cancer du sein.
2. Cet organe, atrophié chez l'homme.
3. Litt. Partie antérieure du thorax ; buste : Serrer qqn contre son sein.
4. Litt. Siège de la conception : L'enfant est encore dans le sein de sa mère
5. Litt. Partie interne qui renferme qqch : Se réfugier dans le sein de la famille
Au sein de,
au milieu de, dans le cadre de : Des voix s'élèvent au sein du groupe pour protester.
Donner le sein à un enfant,
l'allaiter.

SEIN

(sin) s. m.
Au sens propre, courbure, sinuosité ; de ce sens il ne reste que quelques emplois techniques. Terme de marine. La partie de la voile qui est gonflée et arrondie par le vent. Ancien terme d'hydrographie. Golfe ou petite mer, qui n'a de communication avec la grande mer, que par un étroit passage.
Sur des neiges et sur des glaces, dont la commodité est si grande qu'on peut facilement, par le moyen des traîneaux, aller en un jour de Finlande en Laponie, et traverser sur les glaces le sein Bothnique [REGNARD, Voyage en Laponie, 101]
Il découvrit que le sein Persique était un golfe de l'Océan [MONTESQ., Espr. XXI, 8]
La partie du corps humain qui porte les mamelles, qui forme l'extérieur de la poitrine, et qui, étant bombée, a mérité d'être appelée sein.
Isaac présentait le sein à l'épée que son père tenait toute prête à frapper [BOSSUET, Hist. II, 2]
Quelle santé nous couvrait la mort que la reine portait dans le sein ? [ID., Mar.-Thér.]
J'ai vu l'assassin Retirer son poignard tout fumant de son sein [RAC., Baj. V, 11]
Quelle voix salutaire ordonne que je vive, Et rappelle en mon sein mon âme fugitive ? [ID., Esth. II, 7]
Un prêtre.... Portera sur ma fille une main criminelle, Déchirera son sein, et, d'un œil curieux, Dans son cœur palpitant consultera les dieux ! [ID., Iphig. IV, 4]
Le premier dans un transport amoureux se perça le sein à ses pieds [LA BRUY., III]
La partie des vêtements qui couvre le sein.
Le soir qu'elle partit pour ce pieux dessein, Elle tenait caché ce poignard dans son sein [ROTR., Antig. V, 8]
J'ai trouvé ce billet enfermé dans son sein [RAC., Bajaz. IV, 5]
Il [Amurat] tira le traité [violé par les chrétiens] de son sein, il demanda vengeance à Dieu, et l'obtint de son sabre [VOLT., Dict. phil. Géogr.]
L'espace renfermé entre les deux bras.
Bassien ou Caracalla, son fils aîné, aussitôt après la mort de son père, tua son frère Géta, empereur comme lui, dans le sein de Julie leur mère commune [BOSSUET, Hist. I, 10]
Mais Dieu.... Permit que.... Josabeth dans son sein l'emportât tout sanglant [Joas enfant] [RAC., Ath. IV, 3]
Fig. Réchauffer, retirer un serpent dans son sein, recevoir chez soi un homme qu'on a tiré de la misère, et qui fait tourner nos bienfaits contre nous.
Vous même, de vos soins craignez la récompense, Et que dans votre sein ce serpent élevé Ne vous punisse un jour de l'avoir conservé [RAC., Andr. I, 2]
Savez-vous quel serpent inhumain Iphigénie avait retiré dans son sein ? [ID., Iph. V, 4]
Fig. Le plus intérieur du sein, l'intimité même.
Sa belle-sœur deviendrait un espion dangereux dans le plus intérieur de son sein [SAINT-SIMON, t. VIII, p. 221, édit. CHÉRUEL.]
Fig. Mettre à quelqu'un un poignard dans le sein, lui causer un vif déplaisir, un cruel chagrin.
Vous vous êtes servi de ma funeste main Pour mettre à votre fils un poignard dans le sein [RAC., Mithr. IV, 4]
Fig. Être au sein de l'amitié, être parmi ses amis.
Oui, que ses malades attendent, Il est au sein de l'amitié [BÉRANG., Doct. et mal.]
Fig. Le sein des pauvres, les pauvres.
Elle a racheté ses péchés par les aumônes qu'elle a répandues secrètement dans le sein des pauvres [FLÉCH., Duch. de Montaus.]
Fig. Il s'emploie eu un sens analogue dans le langage théologique.
Elle [l'Église catholique] leur [aux païens] ouvrait son sein par toute la terre [BOSSUET, Hist. II, 12]
Elle jette, comme le prophète, toutes ses pensées et toutes ses frayeurs dans le sein de Dieu [MASS., Myst. Soumiss.]
C'est un si grand bonheur d'être à Dieu.... d'être enfin rentrés dans le sein paternel de sa miséricorde [ID., Carême, Pâques.]
Le sein d'Abraham, le lieu de repos où étaient les âmes des élus avant la venue de Jésus-Christ.
Il arriva que ce pauvre mourut, et fut emporté par les anges dans le sein d'Abraham ; le riche mourut aussi, et il eut l'enfer pour sépulcre [SACI, Bible, Évang. St Luc, XVI, 22]
Le sein d'Abraham se dit aussi du paradis.
Du milieu des flammes ces enfants de colère verront dans le sein d'Abraham, pendant tous les siècles, leurs frères, leurs amis, leurs proches, avec qui ils avaient vécu, jouir de la gloire des saints [MASS., Car. Mauv. riche.]
Le sein de la gloire, le séjour des bienheureux.
Dieu ouvrira pendant toute l'éternité le sein de sa gloire [MASS., Car. Mauv. riche.]
Le sein de l'Église, la communion des fidèles.
Récarède le catholique, qui venait de rentrer au sein de l'Église [BOSSUET, Hist. I, 11]
On dit aussi : mourir dans le sein de l'hérésie.
Par antonomase, sein se dit pour mamelle.
....Couvrez ce sein que je ne saurais voir ; Par de pareils objets les âmes sont blessées, Et cela fait venir de coupables pensées [MOL., Tart. III, 2]
Il se dit de chacune des mamelles. Le sein droit, le sein gauche. Un cancer au sein droit. Donner le sein à un enfant, lui donner à téter.
Le siége de la conception, l'endroit où les femmes portent l'enfant.
Jacob lui répondit en colère : Suis-je, moi, comme Dieu, et n'est-ce pas lui qui empêche que votre sein ne porte son fruit ? [SACI, Bible, Genèse, XXX, 2]
Songez qu'une barbare en son sein l'a formé [RAC., Phèd. III, 1]
....Au sein d'une chrétienne il [Saladin] avait pris naissance [VOLT., Zaïre, IV, 1]
Fig.
Jérusalem renaît plus brillante et plus belle ; D'où lui viennent de tous côtés Ces enfants qu'en son sein elle n'a point portés ? [RAC., Athal. III, 7]
Fig. Le sein de la patrie, la patrie considérée comme une mère.
Quel autre motif [sinon une ambition démesurée] le porta [César] à tourner contre le sein de la patrie les armes mêmes qu'elle lui avait mises à la main contre les ennemis de l'État ? [ROLLIN, Traité des Ét. V, 1re part. 6]
Fig. Le sein de la terre, la partie de la terre comparée au sein de l'homme, de la femme.
La terre ne se lasse jamais de répandre ses biens sur ceux qui la cultivent ; son sein fécond ne peut s'épuiser [FÉN., Tél. V]
La terre ouvre son sein au tranchant de la charrue [ID., ib. XII]
Pour eux la fertile rosée, Tombant sur la terre embrasée, Rafraîchit son sein altéré [J. B. ROUSS., Odes, 8]
La terre sur son sein les porte avec colère [les parias] [C. DELAV., Paria, I, 1]
Fig. Ce qui cache, enferme, recèle.
Après avoir été enfermé trois jours dans le sein de la terre, j'en sortirai comme Jonas sortit du ventre de la baleine [BOURDAL., Myst. Résurrect. de J. C. t. I, p. 322]
L'impatience que nous avons de recevoir de vos lettres, l'attention qui nous les fait envoyer chercher jusque dans le sein de la poste.... [SÉV., 25 oct. 1688]
La Seine, au pied des monts que son flot vient laver, Voit du sein de ses eaux vingt îles s'élever [BOILEAU, Épît. VI]
Et que du sein des monts le marbre soit tiré [RAC., Esth. III, 9]
Les morts dorment en paix dans le sein de la terre : Ainsi doivent dormir nos sentiments éteints [A. DE MUSSET, Nuit d'octobre.]
Le sein d'une contrée, la partie intérieure de cette contrée.
Et lorsque, m'arrachant du doux sein de la Grèce, Dans ce climat barbare on traîna ta maîtresse [RAC., Mithr. V, 2]
Quoi, depuis si longtemps la reine Bérénice Vous arrache, seigneur, du sein de vos États ? [ID., Bérén. I, 3]
Par extension.
J'ai porté la guerre jusque dans le sein de la maison d'Autriche [FÉN., Dial. des morts mod. Richelieu, Mazarin]
Fig. Le milieu.
Les uns assassinés dans les places publiques, Les autres dans le sein de leurs dieux domestiques [CORN., Cinna, I, 3]
Un avare, idolâtre et fou de son argent, Rencontrant la disette au sein de l'abondance [BOILEAU, Sat. IV]
Mais une église seule à ses yeux immobile Garde au sein du tumulte une assiette tranquille [ID., Lutr. I]
Du triste état des Juifs jour et nuit agité, Il me tira du sein de mon obscurité [RAC., Esth. I, 1]
Je remercie le digne petit-fils du grand Condé de daigner se souvenir de moi du sein de sa gloire [VOLT., Lett. Touraille, 5 janv. 1769]
L'Observateur.... critique ce vers de M. Gresset : Au sein des mers, dans une île enchantée ; le sein de la mer, dit-il, ne peut s'entendre de la surface ; il devrait au moins savoir qu'en poésie on dit : au sein des mers, au lieu d'au milieu des mers ; au sein de la France, au lieu d'au milieu de la France ; au sein des beaux-arts, dont on médit ; au sein de la bassesse, de l'envie, de l'ignorance, de l'avarice, etc. [ID., Mél. litt. Préservatif, 24]
Mais quand du sein des morts il viendrait en ces lieux.... [ID., Mérope, I, 3]
Du sein des montagnes naissent des fleuves [BONNET, Contempl. nat. I, 4]
Né dans le sein des arts, il aimait la nature [DELILLE, Imag. I]
Fig. L'esprit, le cœur de l'homme.
...c'est aux faibles courages Qui toujours portent la peur au sein, De succomber aux orages [MALH., V, 27]
La muse.... m'échauffant le sein De gloire et de renom relevait mon dessein [RÉGNIER, Sat. IV]
Saintes filles, ses chères amies, vous qui l'avez vue si souvent gémir devant les autels de son unique protecteur, et dans le sein desquelles elle a versé les secrètes consolations qu'elle en recevait [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Non, quoi que vous disiez, cet horrible dessein Ne fut jamais, seigneur, conçu dans votre sein [RAC., Brit. IV, 3]
Il s'épanchait en fils qui vient en liberté Dans le sein de sa mère oublier sa fierté [ID., Brit. V, 3]
Le ciel mit dans mon sein une flamme funeste [ID., Phèdre, V, 7]
Que jamais la douleur, même l'inquiétude, N'approchent du sein de Fanny [A. CHÉN., Odes, V]
Porter quelqu'un dans son sein, le chérir tendrement.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Touailles eschauffées [ils] li boutent en son sein [, Berte, XLIX]
    Et qui chi [ici] morra por lui [Dieu], il ira el sein saint Abraham par devant lui [H. DE VALENC., VIII]
  • XVe s.
    En mon sain le mist doulcement, Pour en faire ce que vouldroye [CH. D'ORL., Dép. d'am. en ball.]
  • XVIe s.
    Ces femmes qui ont si grans seins [si grosses mamelles] [, Rec. de farces, p. 199]
    Cachant l'enfant aux replis de mon sein, Je le sauvai de l'espée homicide [RONS., 596]
    La terre ouvre son sein [au jugement dernier] ; du ventre des tombeaux Naissent des enterrez les visages nouveaux [D'AUB., Tragiques, Jugement.]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. soin ; provenç. sen, se ; espagn. seno ; portug. seio ; ital. seno ; du lat. sinus

sein

SEIN. n. m. Partie antérieure de la poitrine, où sont les mamelles. Il lui a plongé un poignard dans le sein. Il le pressa contre son sein. Il cachait un poignard dans son sein, Il le cachait dans la partie de son vêtement qui lui couvrait le sein.

Fig., Mettre à quelqu'un le poignard dans le sein, Lui causer un extrême déplaisir en lui annonçant une mauvaise nouvelle, ou en lui disant quelque chose de dur, de fâcheux, de désagréable. On dit plutôt Dans le coeur.

Fig., C'est un serpent que j'ai réchauffé dans mon sein, C'est un homme qui m'a de grandes obligations et qui me paie d'ingratitude.

Dans le style de l'Écriture sainte, Le sein d'Abraham, Le lieu de repos où étaient les âmes saintes avant la venue de JÉSUS-CHRIST.

Il désigne, par extension, dans la Théologie chrétienne, le Séjour céleste.

SEIN se dit particulièrement de la Partie antérieure de la poitrine chez les femmes. Cette femme a le sein découvert. Son enfant dormait sur son sein.

Il se dit aussi de Chacune des mamelles. Le sein droit, le sein gauche d'une femme. Elle éprouve une douleur au sein droit.

Donner le sein à un enfant, Lui donner à téter. Prendre le sein, en parlant d'un Enfant, Téter.

SEIN se dit aussi de la Partie du corps où les femmes conçoivent et portent des enfants. JÉSUS-CHRIST fut conçu dans le sein de la Vierge. Cet enfant qu'elle a porté dans son sein.

Fig., Le sein de la terre, le sein de la mer, Ce qui est au-dessous de la surface de la terre, de la mer. Tirer des métaux du sein de la terre.

Fig., Porter la guerre au sein d'un royaume, d'une province, Porter la guerre bien avant dans un royaume, dans une province.

Fig., Le sein de l'Église, La communion de l'Église catholique. Il est rentré dans le sein de l'Église. On dit aussi Mourir dans le sein de l'hérésie.

SEIN signifie encore, au figuré, Milieu. Il est né au sein de l'opulence, des grandeurs. On l'a tiré du sein de la pauvreté et de l'abjection pour l'élever aux honneurs. Il mène une vie paisible au sein des arts et de l'amitié. Vivre au sein de sa famille. Du sein même de nos malheurs est sortie pour nous une cause de grandeur et de prospérité.

Il désigne aussi figurément l'Esprit ou le coeur de l'homme. Déposer ses secrets dans le sein d'un ami. Verser sa douleur dans le sein de son ami.

sein

Le Sein, Sinus, huius sinus.

Cette femme a du sein, Mammas gerit haec mulier.

Mettre au sein, Insinuare.

Mettre en son sein, Sinu recipere.

Porter en son sein, Sinu ferre vel gestare.

sein


SEIN, s. m. [monosyllabe.] 1°. En général, la partie du corps humain, qui est depuis le bâs du cou, jusqu'au creux de l'estomac.
   Elle aproche à pas lents, l'air sombre, intimidé,
   Et se frapant le sein, de ses pleurs inondé.
       Voltaire.
= 2°. En particulier, les mamelles des femmes, "Le sein droit, le sein gauche. "Elle a mal au sein. = 3°. L' endroit où les femmes conçoivent et où elles portent leur fruit. "Le fruit qu'elle porte dans son sein.
   Le sein, qui m'a conçu, doit frémir à ma vûe...
   Ma vie est son oprobre: elle doit me haïr.
       La Chaussée.
= Fig. Le sein de l'Église, la comunion de l' Église. "Porter la guerre dans le sein d'un Royaume.
   Mais une Église seule à ses yeux immobile,
   Garde au sein du tumulte une assiète tranquile.
       BOILEAU, Le Lutrin.
  Je promenais par tout mes aveugles desirs,
  J'aimai sans estimer, triste au sein des plaisirs.
       Sidney.
"Ô moment terrible et redoutable, où l'âme, afranchie de ses liens terrestres, s'élancera tout-à-coup dans le sein de l'éternité. Mde de Sillery.
   "Au sein de vos noires prisons, faites vos guerres et célébrez vos triomphes. Jér. Dél. "Du sein même du tombeau, je renaitrai plus terrible, pour me venger et te punir. Ibid. "C'est au sommet d'une colline, d' un âpre et dificile accês qu'il (le bonheur) repôse au sein de la vertu. Ibid. "Ce n'est pas un bon préjugé du changement que vous m'anoncez, que d'atendre au sein du vice, le moment d'être vertueux tout d'un coup. MARM. = 4°. Figurément aussi, l'esprit, le coeur de l'homme. "Déposer des secrets, ou verser sa douleur dans le sein d'un ami. "On lui a mis le poignard dans le sein, en lui anonçant cette fâcheuse nouvelle. = 5°. On dit, le sein, pour le golphe Persique: c'est un latinisme reçu.

Synonymes et Contraires

sein

nom masculin sein
1.  Littéraire. Siège de la conception.
flanc, ventre -littéraire: entrailles.
2.  Littéraire. Partie interne d'une chose.
cœur, fond, giron -littéraire: tréfonds.
Traductions

sein

Brust, Busen, Schoßbreast, bosom, chest, heart, lapborst, boezem, schoot, binnenste, hartדד (ז), חיק (ז), ציצי (ז), קרב (ז), שד (ז), דַּד, צִיצִי, חֵיק, שָׁד, קֶרֶבborspit, pitrera, si, sinabryst, barmστήθος, βυζί, κόλπος, μαστόςsinoseno, pecho, enfaldo, interior, mama, regazo, tetarintamell, mellkasseno, petto, grembo, mammella, tettabryst, barmpeito, colo, seio, tóraxpieptгрудь, утробаbröstkifuaثَدْيprsdojka乳房가슴pierśหน้าอกgöğüsngực乳房 (sɛ̃)
nom masculin
1. partie du corps féminin qui produit le lait
nourrir avec son lait donner le sein à un bébé
2. au milieu de, dans jouer un rôle important au sein de l'entreprise

sein

[sɛ̃] nm
(= mamelle) → breast
donner le sein à → to breast-feed
nourrir au sein → to breast-feed
seins nus [se mettre, bronzer, se balader] → topless
au sein de [+ équipe, institution] → within
Chaque pays est autonome au sein de l'Europe → Each country is independent within Europe.
accueillir en son sein → to welcome into