sel

sel

n.m. [ lat. sal ]
1. Substance blanchâtre, soluble dans l'eau, employée pour l'assaisonnement ou la conservation des aliments : Du sel fin ou sel de table.
2. Fig. Ce qu'il y a de piquant, de savoureux dans un propos, une situation : Cette anecdote ne manque pas de sel humour, piment, piquant, saveur
Gros sel,
sel marin en gros cristaux.
Le sel de la terre,
Litt. l'élément actif, généreux, l'élite d'un groupe.
Sel gemme
Sel marin,
sel tiré de l'eau de mer.

sels

n.m. pl.
Anc. Substances que l'on faisait respirer aux personnes évanouies pour les ranimer.
Sels de bain,
sels minéraux parfumés servant à parfumer et à adoucir l'eau du bain.
SELSevres Espace Loisir

SEL

(sèl) s. m.
Substance sèche, dure, friable, soluble dans l'eau et d'un goût piquant, servant d'assaisonnement ; dit aussi sel marin, sel de cuisine, et, dans le langage chimique, chlorure de sodium. Sel gemme ou fossile. Sel fait par évaporation.
....Je porte en Brouage du sel, Et mes coquilles vendre à ceux de Saint-Michel [RÉGNIER, Sat. IV]
.... la raison du secret pour faire de la glace en été, qui est l'un des plus beaux que sachent les curieux, encore qu'il ne soit pas des plus rares ; ils mettent du sel mêlé avec une égale quantité de neige ou de glace pilée tout autour d'un vase plein d'eau douce ; et, sans autre artifice, à mesure que ce sel et cette neige se fondent ensemble, l'eau qui est enfermée dans le vase devient glace [DESCARTES, Météores, III]
La femme de Lot regarda derrière elle, et elle fut changée en une statue de sel [SACI, Bible, Genèse, XIX, 26]
Car, hélas ! en cette île étrange, Même sans sel les gens on mange [SCARRON, Virg. III]
Le sel est une manne dont Dieu a gratifié le genre humain, sur lequel par conséquent il semble qu'on n'aurait pas dû mettre d'impôt [VAUBAN, Dîme, p. 102]
Par le sel irritant la soif est allumée [BOILEAU, Lutr. V]
Combien le sel au roi peut fournir tous les ans [ID., Sat. VIII]
Athalie : Quels sont donc vos plaisirs ? - Joas : Quelquefois à l'autel Je présente au grand prêtre ou l'encens ou le sel [RAC., Athal. II, 7]
Nous mettons du sel dans la bouche de cette personne, afin qu'elle conserve, par le sel de la sagesse évangélique, la pureté de la foi [FÉN., t. XVIII, p. 169]
On sème du sel sur leurs ruines [des murs et des édifices de Milan], selon l'ancien préjugé, très faux, que le sel est l'emblème de la stérilité [VOLT., Ann. Emp. Frédéric Ier, 1162]
Je compte en semer [du sel] sur mes champs avec mon blé, pour détruire l'ancien préjugé qui faisait autrefois répandre du sel sur les terrains qu'on voulait frapper de stérilité [ID., Lett. Turgot, 18 févr. 1776]
Un grain de sel marin est un cube composé d'une infinité d'autres cubes [BUFF., Anim. reprod.]
Depuis plus d'un siècle on fait le sel en France par la seule évaporation, en attirant l'eau de la mer dans de grands terrains qu'on appelle des marais salants [ID., Min. t. III, p. 391]
En Franche-Comté, en Lorraine et dans plusieurs autres contrées de l'Europe et des autres parties du monde, le sel se tire de l'eau des fontaines salées [ID., ib. p. 404]
Des murailles de sel [dans les mines de Wiliska] se montrent à sa vue [du voyageur] : Le sel se forme en voûte, en colonne, en statue ; Le sel se creuse en temple, et se dresse en autel ; Le travailleur s'assied à des tables de sel [DELILLE, Trois règnes, V]
Corvée, impôts rongeurs, tributs, taxes pesantes. Le sel, fils de la terre, ou même l'eau des mers, Source d'oppression et de fléaux divers [A. CHÉNIER, Hymne à la France]
La mer est la mine de sel la plus abondante, puisque la trentième partie de cette énorme masse de liquide est de sel marin [A. BRONGNIART, Traité de min. t. I, p. 121]
C'est dans cette contrée [la Libye] qu'on trouvait, suivant cet historien [Hérodote], des habitations construites en sel, comme celles de la Caramanie et de l'Arabie [ID., ib. t. I, p. 135]
Viande au gros sel, viande servie dans son bouillon et parsemée de gros sel. Un chapon au gros sel. Prendre le sel, son sel, se pénétrer de sel, en parlant des viandes qu'on sale. La viande prend mieux le sel quand elle est fraîche. Ce jambon, ce saucisson, ce ragoût, etc. sont de bon sel, d'un bon sel, ils sont salés à point. Ils sont raides de sel, ils sont trop salés. Manger une chose à la croque au sel, la manger sans autre assaisonnement que le sel. Mettre un grain de sel sur la queue d'un oiseau, se dit aux enfants comme un moyen de prendre les petits oiseaux, et fig. de tout moyen illusoire. Vaches de sel, monceaux de sel qu'on élevait en plein air, dans le Poitou, pour le faire sécher. Sel par impôt, certaine quantité de sel que tout particulier était tenu de prendre chaque année dans les greniers du roi.
Le sel [en raison des forts impôts qui le grevaient] fut un engrais enlevé aux terres : on cessa d'en donner aux bestiaux, et beaucoup de sujets ne continuèrent à en consommer que parce qu'on les contraignait à ne pas se passer d'une chose nécessaire [CONDIL., Comm. gouv. II, 7]
Fig.
Vous êtes le sel de la terre ; que si le sel perd sa force, avec quoi salera-t-on ? [SACI, Bible, Évang. St Matthieu V, 13]
Le ministre de Jésus-Christ, destiné à être le sel de la terre, et à guérir la corruption des peuples [MASS., Carême, Vocation.]
Faux sel, sel de contre-bande, le sel qui, dans les provinces où la gabelle était établie, n'avait pas été pris dans les greniers du roi.
Déclarons faux sel.... le sel venu des pays étrangers sans notre permission par écrit.... le sel de notre royaume qui aura été pris ailleurs que dans nos greniers ou regrates [, Ordonn. mai 1680]
Fig. Ce qui relève, donne du piquant, de l'intérêt.
J'ai fait, ce matin encore, certains adieux par rapport à vous ; c'est le sel qui donne du goût à ce que je fais [SÉV., 12 avr. 1689]
Tout ce qui s'appelle devoir attriste l'âme, flétrit l'imagination, refroidit le désir, émousse cette pointe d'amour-propre qui fait tout le sel de l'amour [MARMONTEL, Contes mor. Soliman II]
Fig. Ce qu'il y a de fin, de vif, de piquant dans les discours, dans un ouvrage d'esprit.
Je n'ai point trouvé le moindre grain de sel dans tout cela [MOL., Critique, 3]
Ce que vous me mandiez l'autre jour.... tout est si plein de sel, que nous croyons que vous n'avez pas d'autre poudre pour vos lettres [SÉV., à Mme de Grignan, 14 déc. 1689]
Elle [Ninon] trouve que votre frère a la simplicité de la colombe, il ressemble à sa mère ; c'est Mme de Grignan qui a tout le sel de la maison, et qui n'est pas si sotte que d'être dans cette docilité [ID., 1er avril 1671]
Et qu'Horace, jetant le sel à pleines mains, Se jouait aux dépens des Pelletiers romains [BOILEAU, Sat. IX]
Un ouvrage a beau être approuvé d'un petit nombre de connaisseurs ; s'il n'est plein d'un certain agrément et d'un certain sel propre à piquer le goût général des hommes, il ne passera jamais pour un bon ouvrage [ID., Œuvr. Préf. générale.]
Que si on me demande ce que c'est que cet agrément et ce sel, je répondrai que c'est un je ne sais quoi qu'on peut beaucoup mieux sentir que dire ; à mon avis néanmoins, il consiste principalement à ne jamais présenter au lecteur que des pensées vraies et des expressions justes [ID., ib.]
C'est en vain qu'on écrirait mot pour mot ces narrations divertissantes ; il semble que leur sel s'évapore sur le papier [HAMILT., Gramm. 5]
La vérité demande un peu de sel, Et l'enjouement est son air naturel [J. B. ROUSS., Épît. I, 6]
Répandez sur eux [les ennemis de la philosophie] le sel dont il a plu à Dieu de favoriser votre conversation [VOLT., Lett. d'Alembert, 4 sept. 1767]
Les meilleures comédies de Molière n'ont pas plus de sel que les premières Lettres provinciales ; Bossuet n'a rien de plus sublime que les dernières [ID., Louis XIV, écrivains, Pascal.]
Qui ne connaît le sel de leurs reparties ? [J. J. ROUSS., Ém. II]
Quand on fait à des satires l'honneur d'y répondre, ce doit être avec le sel et la gaieté de la Motte, et non avec le fiel et la fange de Scaliger [D'ALEMB., Éloges, d'Olivet.]
Le sel du goût et de l'esprit n'a pas besoin d'être mêlé du sel amer de la satire [MARMONTEL, Œuvres, t. XVII, p. 33]
De sel sans âpreté, de gaîté sans grimace [il] Assaisonne ses moindres mots [DELILLE, Convers. III]
Le sel de l'épigramme consiste dans un trait plaisant, ingénieux et inattendu, dans une pensée qui pique, qui intéresse, qui est rendue d'une manière vive et agréable et qu'on appelle la pointe ou le bon mot [DOMAIRON, Poétique, De l'épigramme.]
Sel attique, certaine finesse dans les pensées qui était particulière aux habitants du pays attique, et qui est un mérite de l'esprit dans tous les temps.
Il [un sonnet] est de sel attique assaisonné partout, Et vous le trouverez, je crois, d'assez bon goût [MOL., F. sav. III, 2]
Il lui échappa je ne sais combien de traits pleins de sel castillan, qui vaut bien le sel attique [LESAGE, Gil Bl. II, 5]
Du gros sel, des plaisanteries de mauvais goût, ou du moins de goût équivoque.
Terme de l'ancienne chimie. Tout corps cristallin, soluble dans l'eau.
Tous les sels dissous dans l'eau se cristallisent en forme assez régulière par une évaporation lente et tranquille [BUFF., Min. t. III, p. 219]
M. Margraaf prouva que le procédé très compliqué employé pour faire le phosphore pouvait se réduire à distiller avec une matière charbonneuse la substance qui, combinée avec l'alcali fixe, forme le sel fusible de l'urine [CONDORCET, Margraaf.]
Les sels, sels volatils qu'on fait aspirer pour ranimer les esprits. Respirer des sels.
Des sels ! des sels ! Suzanne ! un million, si vous la sauvez [BEAUMARCH., Mère coupable, IV, 15]
Sel de vinaigre, acide acétique mêlé au sulfate de potasse de manière à l'humecter, enfermé dans de petits flacons de verre, et servant d'excitant. Sel essentiel, sel existant tout formé dans les végétaux, et tiré par l'évaporation de leur jus ou de leur décoction.
Il [le lait] donne, comme les plantes, un sel neutre essentiel [J. J. ROUSS., Ém. I]
Sel essentiel d'oseille désignait ce que, dans le commerce, on appelle actuellement sel d'oseille ; il est constitué par un mélange de bioxalate et quadroxalate de potasse, où domine ordinairement la première de ces deux substances. Sel essentiel de quinquina, ancien nom du kinate de chaux et de l'extrait sec de quinquina par la méthode la Garaie. Sel d'absinthe, sous-carbonate de potasse obtenu par l'incinération de la grande absinthe. Sel admirable, sel découvert et dénommé par Glauber ; c'est le sulfate de soude ; on le nomme communément sel de Glauber. Sel admirable perlé, phosphate de soude. Sel ammoniac, chlorure d'ammonium. Sel anglais, sulfate de magnésie. Sel volatil d'Angleterre, sous-carbonate d'ammoniaque. Sel de crâne humain volatil, sous-carbonate d'ammoniaque huileux. Sel de crâne humain fixe, sous-phosphate de chaux. Sel digestif, sel découvert et dénommé par Sylvius, c'est l'hydrochlorate de potasse. Sel de duobus, sulfate de potasse. Sel d'Egra ou sel d'Epsom, sulfate de magnésie. Sel infernal, azotate de potasse. Sel de nitre, azotate de potasse. Sel phosphorique calcaire, nom qui fut donné d'abord au phosphate de chaux. Sel de Saturne, acétate de plomb cristallisé. Sel de Sedlitz, sulfate de magnésie. Sel de Seignette, tartrate de soude et de potasse, ainsi nommé de Seignette, apothicaire de la Rochelle, qui l'a obtenu le premier. Sel végétal, tartrate de potasse neutre. Sel végétal fixe, sous-carbonate de potasse.
Aujourd'hui, toute combinaison de deux corps composés, dont l'un joue le rôle d'élément électro-négatif ou d'acide, et l'autre celui d'élément électro-positif ou de base, de manière qu'ils forment un composé ayant des caractères nouveaux, et dans lequel les propriétés des deux ou de l'un d'eux sont plus ou moins complétement neutralisées.
Lorsque l'eau a pris tout ce qu'elle peut dissoudre d'un sel, elle peut encore dissoudre beaucoup d'un autre sel ; on a même remarqué qu'elle dissolvait quelquefois une plus grande quantité du second sel que si elle ne tenait plus le premier en dissolution [BERTHOLLET, Instit. Mém. scienc. t. III, p. 25]
La plupart des sels ne sont connus que depuis cinquante ans ; avant cette époque on en connaissait peut-être vingt-cinq à trente [THENARD, Traité de chimie, t. II, p. 345, dans POUGENS]
Sels terreux, sels dont la base est un oxyde métallique terreux. Sel double, sel qui renferme deux bases.
Sel vengeur, sel libérateur, s'est dit, pendant la Révolution, du salpêtre nécessaire pour la fabrication de la poudre, qui était mis en réquisition dans toute la France.
Terme d'alchimie. Sel fleuri, sel honoré, sel des philosophes, sel de terre, sel de verre, sel de mer, noms divers du mercure. Sel universel, substance solide et compacte opposée à l'esprit.

PROVERBES

  • Ils ne mangeront pas un minot de sel ensemble, se dit de deux personnes de différentes humeurs qui s'associent, et desquelles on prédit qu'elles ne vivront pas longtemps ensemble.
  • Pour connaître les gens, il faut avoir mangé ensemble plus d'un minot de sel.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Ce fu un poi devant Noel, Que l'en metoit bacons [jambons] en sel [, Ren. 1132]
    Il doit conduit [péage], fors de sel s'il est suens [sien] ; et se li seus est autrui.... [TAILLIAR, Recueil, p. 16]
  • XVe s.
    Sire, où il n'a ne sel n'amer, Vous soiez bien venuz soiens [céans] ; Vous ralumez lez non voiens, Et les malades garissez [, la Pass. de N. S. J. C]
    Et my bon jour sont à present cessé.... Dont mon cuer est triste, las et cassés ; Car mes bons jours sont au sel et à l'yaue [E. DESCH., Poésies mss. f° 171]
    Les exposans mirent l'enfant sur un estal au devant de la maison Dieu d'Amiens.... et assez près dudit enfant misdrent du sel, en signe de ce qu'il n'estoit pas baptisié [DU CANGE, sal]
    Par ung proverbe l'en dit que le sel est avant le goust ....ainsi est l'amy, et fault qu'il soit amy avant qu'on le cognoisse [, Hist. de la Toison d'or, t. II, f° 18, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    J'estois en ce tempslà bien doux de sel [timide], parce que je n'avois encores vu traiter les playes faites par harquebuses [PARÉ, IX, 1er disc.]
    Il faut prendre ces deux aphorismes d'Hippocrates avec un grain de sel, c'est à dire avec ceste distinction.... [ID., XX, 20]
    Toutes especes de sel, salpestre, sal-nitre, sel ammoniac, sel gemme, sel commun, eau salée [ID., XXV, 7]
    Devant que bien l'on cognoisse un amy, Manger convient muy de sel avec luy [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 217]
    Qui envoye chetif à la mer, il n'en rapporte poisson ne sel [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. sei ; wallon et picard, sé ; Berry, sau ; saintong. sau, féminin ; provenç. espagn. et portug. sal ; ital. sale ; du lat. sal ; grec ; comparez le celtique : gaélique, salana ; kymri, halen, bas-bret. halon ; et le sanscr. sara, eau, lait caillé, sel.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    SEL. Ajoutez :
    Sel de coussin, nom, dans la Seine-Inférieure, du sel qui provient de morues pêchées à Terre-Neuve, et qui est employé comme engrais [, les Primes d'honneur, Paris, 1869, p. 10]
    10° Action de saler, salaison.
    Il était nécessaire, au point de vue de la conservation, de faire prendre deux ou trois sels au hareng blanc et de fumer fortement le hareng saur [, Journ. offic. 28 oct. 1875, p. 8891, 1re col.]
    11°
    Arbre à sel, l'arecque singe, areca madagascariensis, Mart. [BAILLON, Dict. de bot. p. 248]
    12° Aller au sel, ancienne locution qui signifiait acheter des vivres.
    Ce que ces gens ici promettent n'est pas argent pour aller au sel [MALH., Lexique, éd. Lalanne.]
    13°
    Sels immondes, dits aussi ressels et saumures, sels provenant de la salaison des poissons [, Douanes, Tarif de 1877, p. CLXXV]

    REMARQUE

    • La loi du 28 déc. 1848 a supprimé toute distinction, quant à l'application du tarif d'entrée, entre le sel de marais ou sel marin, le sel de saline et le sel gemme, autrement dit sel de roche ou sel fossile. Ces sels, que l'on confond, dans l'usage, sous le nom de sel commun ou de sel de cuisine, sont identiques dans leur composition.
      Les nomenclatures chimiques les désignent sous la dénomination de chlorure de sodium ou chlorhydrate de soude [, Douanes, Tarif de 1877, note 369]

sel

SEL. n. m. Chlorure de sodium, substance sèche, friable, soluble dans l'eau, que l'on extrait de la mer, de sources salées, de mines, et dont on se sert surtout pour assaisonner les aliments. Sel gris, sel blanc. Gros sel. Sel fin. Sel marin. Sel gemme. Sel de cuisine. Un grain de sel. Des mulons de sel. Un bateau de sel, chargé de sel. Grenier à sel. L'extraction du sel. Le raffinage du sel. Il n'y a pas assez de sel dans cette sauce. Saupoudrer de sel de la viande. Le sel est le symbole de la sagesse.

Manger une chose à la croque au sel, La manger sans autre assaisonnement que le sel.

Viande au gros sel, Viande bouillie que l'on sert avec accompagnement de gros sel. Chapon, boeuf au gros sel.

Beurre, fromage demi-sel, Beurre, fromage légèrement salé.

Fig., Offrir le pain et le sel, Offrir l'hospitalité. Partager le pain et le sel, Recevoir l'hospitalité.

SEL se dit figurément de Ce qu'il y a de fin, de vif, de piquant dans les discours, dans les ouvrages de l'esprit. Cet ouvrage est plein de sel. Il n'y a pas un grain de sel dans son ouvrage, dans ses discours, dans sa conversation. Je ne sens pas, je ne goûte pas le sel de cette plaisanterie. Ses écrits sont assaisonnés du sel le plus piquant.

Sel attique, Manière spirituelle et délicate de penser et de s'exprimer qui caractérisait les Athéniens et leurs écrivains.

SEL se dit aussi, en termes de Chimie, de Toute substance formée par la combinaison d'un acide avec une base.

Sel d'oseille, Bioxalate de potassium.

Sel de Vichy, Bicarbonate de sodium.

Respirer des sels, Aspirer l'odeur d'un sel volatil pour ranimer ses esprits. Elle était près de s'évanouir, on lui fit respirer des sels.

sel

Sel, Sal.

Sel commun, Du gros sel, Sal popularis.

Sel blanc, Sal candidus. Cato.

Un gros grain de sel, Grumus salis. Plin.

Sel aisé à fondre, Sal fusile.

Se convertir en sel, In salem abire.

Montagne ou le sel s'engendre, Montes natiui salis.

Sel qu'on prend en une montagne, Montanus sal.

Se convertir en sel, Senescere in salem.

Une liqueur de sel, Salsilago, vel Salsugo.

Qui vend du sel, ou chair et poisson salez, Salarius.

Il est salé de sel menu, Aspersum est tritis salibus.

Sans sel ne saveur, Insulsus, Insipidus.

Il n'y a ne sel ne saulge, Omnia insulsitatis plena. B.

sel


SEL, s. m. [è moy.] Substance dûre, sèche, friable, qui se dissout dans l'eau, et qui picote l'organe du goût. "Un grain de sel: un litron, un boisseau, un minot, un muid de sel. = On dit, proverbialement, que pour bien conaître une persone, il faut avoir mangé avec elle un muid de sel; l'avoir pratiquée long-tems. Plusieurs. se contentent de dire, un minot de sel. Voy. Croque. Et en st. fig. et critique, on dit d'un ouvrage fade et languissant qu'il n'y a point de sel. "Je n'y ai pas trouvé le moindre grain de sel. MOL. "Ce que vous me dites sur cet ouvrage de Varron est plein de sel: jamais rien ne m'a plus réjouï. Cic. à Atticus. MONGAULT.

Synonymes et Contraires

sel

nom masculin sel
Traductions

sel

Salz, Kochsalzsaltzout, geestigheidמלח (ז), מֶלַחsoutsalsůlsaltαλάτι, άλαςsalosalsuolagaramsale, servizio informazioni in lineasalsaltsólsalsaltchumvituzсольمِلْحsol소금เกลือmuốiСол (sɛl)
nom masculin
1. petits grains blancs utilisés en cuisine mettre du sel dans son potage du gros sel
2. figuré ce qui rend intéressant La situation ne manquait pas de sel.

sel

[sɛl] nm
salt (fig)spice
(SCIENCE)salt
sel de cuisine nmcooking salt
sel de table nmtable salt