sellette

sellette

n.f.
1. Anc. Petit siège de bois sur lequel on faisait asseoir un accusé au tribunal.
2. Petit siège suspendu à une corde, utilisé par les ouvriers du bâtiment.
Être sur la sellette,
être accusé, mis en cause.
Mettre qqn sur la sellette,
le presser de questions, chercher à le faire parler.

sellette

(selɛt)
nom féminin
subir des pressionsun interrogatoire poussé Depuis ses graves erreurs, il est sur la sellette.

SELLETTE

(sè-lè-t') s. f.
Petit siége de bois sur lequel on faisait asseoir, pour les interroger, ceux qui étaient accusés d'un délit pouvant faire encourir une peine afflictive.
Aujourd'hui lundi 17 novembre, M. Fouquet a été pour la seconde fois sur la sellette ; il s'est assis sans façon comme l'autre fois [SÉV., Lett. à Pompone, 17 nov. 1664]
L'affaire de Mme de Courcelles réjouit fort le parterre ; les charges de la Tournelle sont enchéries depuis qu'elle doit être sur la sellette [ID., 26 février 1672]
Ce vieillard [Calas] crut que cet appareil [un bûcher où l'on brûlait un livre] était celui de son supplice ; il tomba évanoui ; il ne put répondre quand il fut traîné sur la sellette ; son trouble servit à sa condamnation [VOLT., Pol. et lég. Lett. à Élie de Beaumont.]
Juges, quel est celui que vous avez assis sur la sellette ? [DIDER., Claude et Nér. I, 123]
Fig.
Et mis sur la sellette aux pieds de la critique, Je vois bien tout de bon qu'il faut que je m'explique [BOILEAU, Sat. X]
Cela veut dire que la mort de Concini fut un arrêt d'absolution pour la Providence, qui était en quelque façon sur la sellette [, Analyse de Bayle, t. II, p. 255]
Il était bien ridicule qu'un petit prêtre de vingt-cinq ans [Poujet, oratorien] allât mettre sur la sellette un académicien de soixante et douze ans [la Fontaine] [VOLT., Mél. Lett. la Visclède.]
Fig. Tenir quelqu'un sur la sellette, le presser de questions pour tirer de lui une chose sur laquelle il veut garder le silence.
Jeu où quelqu'un se place dans la position d'un accusé sur la sellette.
Petit siége à l'usage du badigeonneur et d'autres ouvriers. Terme de marine. Petit escabeau où s'assied le calfat.
Harnais placé sur le dos du cheval de charrette pour soutenir les branches du timon ou brancards ; c'est une selle courte et très forte dont les étriers sont remplacés par une large courroie.
Avant d'aller à une charrette, on verra si la sellette qu'on met sur le dos ne peut pas causer quelques blessures [GENLIS, Maison rust. t. I, p. 185, dans POUGENS]
Établi du vannier pour tourner les paniers. Châssis pour assujettir le haut du frayon d'un moulin. Pièce de bois moisée, posée de niveau au sommet de l'arbre d'un engin, et sur laquelle sont assemblés les deux liens qui portent le fauconneau.
Partie de la charrue sur laquelle le timon est appuyé.
Dans le matériel d'artillerie, nom d'une pièce qui porte la cheville ouvrière, et qui est en général placée au-dessus de l'essieu ou du corps d'essieu des avant-trains. Grande et petite sellettes de l'avant-train de triqueballe. Sellette de l'avant-train du haquet à bateau. Sellette-fourchette de l'avant-train de siége. Dans les affûts de place et de côte, on nomme sellette de cheville ouvrière le bâti en fonte qui porte la cheville ouvrière.
Boîte des décrotteurs où l'on pose le pied quand on veut se faire décrotter.
Morceau de planche qui forme le fond des crochets du crocheteur.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Guillaume Bacon.... disoit que, se il eust aucun des freres de ladite maison [de l'ordre de St-Jean de Jérusalem] mis à la sellette pour aucun meffait, il le pooit oster et faire seoir au dais, et li pardonner son meffait [DU CANGE, sella.]
    Ainsi ne firent pas comme fait le mechant [le malheureux] Qui entre deus cellettes s'assiet en trebuchant [, Guesclin. 21318]
  • XVIe s.
    ... Sinon qu'ils soyent auparavant comparus devant leur sellette, pour estre là chastiez [CALV., Inst. 506]

ÉTYMOLOGIE

  • Dimin. de selle dans le sens de siége.

sellette

SELLETTE. n. f. Petit siège de bois fort bas, sur lequel on obligeait un accusé de s'asseoir quand on l'interrogeait pour le juger, et que les conclusions du ministère public tendaient à une peine afflictive. Mettre un accusé sur la sellette; le tenir longtemps sur la sellette.

Fig. et fam., Tenir quelqu'un sur la sellette, Lui faire plusieurs questions soit pour lui faire passer un examen, soit pour l'obliger à déclarer une chose qu'il voudrait tenir secrète. On l'a tenu longtemps sur la sellette.

SELLETTE désigne aussi un Petit siège accroché aux barreaux d'une échelle ou soutenu par des cordes sur lequel s'assoient, à défaut d'échafaudage, les ravaleurs et les peintres en bâtiment.

Il désigne encore la Pièce du harnais d'un cheval de trait, en forme de petite selle, qui est placée sur le dos du cheval et qui supporte des courroies auxquelles sont attachés les brancards.

Il désigne, en termes de Sculpture, une Petite selle de sculpteur.

Il se dit en outre de la Partie des anciennes charrues sur laquelle le timon était appuyé.

Traductions

sellette

[sɛlɛt] nf
être sur la sellette → to be in the hot seat