semblable

semblable

adj.
1. Qui ressemble à qqn, à qqch d'autre ; qui est de même nature, de même qualité : Un ordinateur semblable au vôtre identique, pareil analogue ; différent, dissemblable comparable, équivalent, similaire
2. De cette nature, de cette sorte : Qui a osé porter de semblables accusations ? pareil, tel
n. (Avec un poss.)
1. Personne qui possède les mêmes qualités qu'une autre : Elle n'a pas sa semblable pour nous motiver égal, équivalent, pareil
2. Être animé, personne considérés par rapport à ceux de son espèce : Partager le sort de ses semblables congénère, prochain

SEMBLABLE

(san-bla-bl') adj.
Qui est de même apparence.
Ces deux idées que je conçois du soleil [sa petitesse apparente et sa grandeur réelle] ne peuvent pas être toutes deux semblables au même soleil ; et la raison me fait croire que celle qui vient immédiatement de son apparence est celle qui lui est le plus dissemblable [DESC., Médit. III, 9]
Ô générosité qui n'a point de semblable ! [MAIRET, M. d'Asdrub. IV, 4]
Du titre de clément rendez-le [Louis XIV] ambitieux ; C'est par là que les rois sont semblables aux dieux [LA FONT., Poésies mêlées, 28]
Tous les hommes sont semblables par les paroles, et ce n'est que les actions qui les découvrent différents [MOL., l'Av. I, 1]
L'épée a frappé au dehors ; mais je sens en moi-même une mort semblable [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Souvent, sans y penser, un écrivain qui s'aime Forme tous ses héros semblables à lui-même [BOILEAU, Art p. III]
C'est l'effet ordinaire de notre ignorance de nous peindre tout semblable à nous, et de répandre nos portraits dans toute la nature [FONTEN., Hist. théât. fr. Œuv. t. III, p. 27, dans POUGENS]
S'il faut de l'ordre dans les choses, il faut aussi de la variété ; sans cela l'âme languit ; car les choses semblables lui paraissent les mêmes [MONTESQ., Goût, variété.]
Il se dit quelquefois pour tel.
Et, pour être approuvés, De semblables projets veulent être achevés [RAC., Mithr. III, 1]
Par extension, qui est le même qu'un autre objet.
Comme on ne peut trouver deux visages qui se ressemblent entièrement, on ne peut trouver deux imaginations tout à fait semblables [MALEBR., Rech. vér. II, II, 1]
Un sage, selon vous, serait comme nous autres morts, pour qui le présent et l'avenir sont parfaitement semblables ; et le sage par conséquent s'ennuierait autant que je fais [FONT., Dial. 6, Morts mod.]
Nous ne connaissons point [disent les leibnitziens] deux corps entièrement semblables dans la nature ; et il ne peut en être ; car, s'ils étaient semblables, cela marquerait dans Dieu tout-puissant et tout-fécond un manque de fécondité et de puissance.... les newtoniens répondaient : il est faux que plusieurs êtres semblables marquent de la stérilité dans la puissance du créateur [VOLT., Phil. Newt. I, 3]
Terme de géométrie. En général, figure semblable, figure ainsi définie : si d'un point pris dans le plan d'une figure on mène des rayons à tous ses points, si sur chacun de ces rayons on porte des longueurs proportionnelles à la distance comprise entre le centre de similitude et les points de la figure donnée, on obtient une seconde figure qui lui est dite semblable. Particulièrement. Triangles, polygones semblables, ceux qui ont les angles égaux et les côtés homologues proportionnels. Polyèdres semblables, ceux qui sont compris sous un même nombre de plans semblables, et qui ont les angles solides égaux chacun à chacun. Terme d'algèbre. Quantités semblables, celles qui contiennent les mêmes lettres affectées des mêmes exposants.
S. m. Le semblable, la même chose.
Il n'y a point d'autre animal [que l'homme], tant parfait et tant heureusement né qu'il puisse être, qui fasse le semblable [qui parle] [DESC., Méth. V, 9]
Comme de mouvoir le cœur, de digérer les viandes, et semblables [ID., Fœtus, 1]
Être semblable à un autre être.
Chaque arbre porte des semences propres à engendrer son semblable [BOSSUET, Conn. V, 2]
Voilà où M. Jurieu et ses semblables ont entrepris de mener tous les fidèles [ID., 3e avert. 20]
On rapporte des pièces de l'un [Corneille] le désir d'être vertueux, et des pièces de l'autre [Racine] le plaisir d'avoir des semblables dans ses faiblesses [FONTEN., Parall. Corn. Rac.]
Je n'ai point de complice ; et ces noms méprisables Sont faits pour vos suivants, sont faits pour vos semblables [VOLT., Triumv. V, 2]
N'avoir pas son semblable, se dit d'une personne ou d'un objet qu'on ne peut comparer à rien. Cet homme n'a pas son semblable.
Une musique, à mon gré, bien supérieure à celle des opéras, et qui n'a pas sa semblable en Italie [J. J. ROUSS., Conf. VII]
Se dit, avec l'adjectif possessif, d'un ou de plusieurs hommes par rapport aux autres hommes.
On sait que, dans tous les peuples du monde, sans en excepter aucun, les hommes ont sacrifié leurs semblables [BOSSUET, Hist. II, 3]
Le bonheur de mes semblables, à quelque distance qu'ils existassent de moi, ne m'a jamais été indifférent [RAYNAL, Hist. phil. XVII, 30]
Aidé, pour tout secours, des soins d'un misérable, Qui dans moi, par pitié, vit encor son semblable [DUCIS, Roméo, IV, 5]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Chose semblable aime son semblable [ORESME, Eth. 239]
  • XVe s.
    ....Et ....comme dict le proverbe commun : que chacun aime son semblable.... [, Bouciq. I, 11]
    ....Si ceulx là leur prestoient l'oreille, que toute la reste des villes de ce royaulme feroient le semblable [COMM., I, 5]
  • XVIe s.
    Les pasteurs ont une semblable charge qu'estoit celle des apostres [CALVIN, Instit. 849]
    Si un semblable païsan que celui qui habitoit es rivages du Danube.... s'eslevoit aujourd'hui parmi nous.... [LANOUE, 347]
    Je vous juray ma foy, vous feistes le semblable [RONS., 251]

ÉTYMOLOGIE

  • Sembler ; provenç. semblable, semlable ; ital. semblabile, sembiabile.

semblable

SEMBLABLE. adj. des deux genres. Qui est pareil, qui ressemble, qui est de même nature, de même qualité, qui a des caractères communs. Ces deux choses sont semblables entre elles. Ulysse semblable aux dieux. Il me fit tels et tels discours, et autres semblables. Il y a peu de cas entièrement semblables. Il ne s'est jamais rien vu de semblable. Il n'est pas deux jours de suite semblable à lui-même.

Des paroles semblables, Des paroles analogues à celles que l'on vient de dire. On dit de même : De semblables discours, de semblables projets, etc.

En termes de Géométrie, Triangles semblables, Ceux qui ont leurs angles égaux, chacun à chacun. Figures semblables, Celles qui ont leurs angles égaux, chacun à chacun, et dans lesquelles, en outre, les côtés qui comprennent ces angles sont proportionnels.

SEMBLABLE s'emploie aussi comme nom, accompagné de l'adjectif possessif. C'est un homme qui n'a pas son semblable.

Nos semblables, Les autres hommes, sans distinction de race et de civilisation. L'humanité nous oblige à avoir pitié de notre semblable, de nos semblables.

semblable

Semblable, et pareil, Similis, AEqualis, Parilis, Confinis, Eiusdemmodi.

Conseil semblable et revenant, Compar consilium.

Fort semblable, Assimilis, Persimilis, Vicinus illi.

Tout semblable aux Stoiques, Germanissimus Stoicis.

Semblable figure, Concors figura.

Chose semblable et voisine à un autre, Cognata res alteri.

Semblable à soy, ne se contrariant point en disputant, Suus in disputando.

Un semblable à moy, Alter ego.

Trouve je te prie quelque chose semblable à cette cy, Huiusmodi obsecro aliquid reperi.

Beste semblable à celles de la mer, AEmula marinis bestia.

Autres semblables, Alia eiusdem generis.

Je cerche un homme semblable à cestuy, Ad istam faciem virum quaero.

Qui n'a point son semblable, Incomparabilis.

¶ Estre semblable, Similare, Esse similem.

Estre fort semblable à quelque chose, Accedere quammaxime ad rem aliquam.

Il est semblable et pareil, Par est.

Estre de semblable vie que son pere, Vitam patris exprimere, Patrem referre, vel regenerare.

Il est semblable à cestuy, Ad hoc exemplum est.

Il est plus vray-semblable, Similius veri, aut vero est.

N'estre plus semblable à soy-mesme, Deficere a semetipso, Sui dissimilem esse.

Nul n'est semblable à l'autre, Nemo est alteri similis.

Du tout semblable, Consimilis.

De semblable genre, Eius, vel eiusdem generis.

semblable


SEMBLABLE, adj. *SEMBLABLEMENT, adv. [Sanblable, bleman: 1re lon. 3ee muet.] Semblable, pareil, qui est de même nature, de même qualité. "Ces deux chôses sont semblables. "On n'a rien vu de semblable. = Dans les comparaisons, il régit à. "Semblable à ces feux nocturnes, qui ne nous éclairent que pour nous égarer. — Dans les aûtres phrâses, ce régime est sous-entendu: ces deux chôses sont semblables, on sous-entend l'une à l'aûtre: on n'a rien vu de semblable; on sous-entend, à ce que nous voyons. = Mais quand ce raport n'est ni exprimé, ni sous-entendu, pareil vaut mieux que semblable, surtout en prôse. "Un changement semblable, de semblables forfaits. Gresset. Il me semble que dans le discours ordinaire, un pareil changement, de pareils forfaits, est plus usité. = S. m. "Il n'a pas son semblable: nous devons aimer nos semblables, qui sont hommes commes nous. "L' homme doué d'un génie au-dessus de ses semblables, est rarement un homme extraordinaire aux yeux de ses concitoyens. Pastoret, Zoroastre, etc. *Aûtrefois on disait, le semblable, pour la même chôse: "Il fit faire le semblable à un aûtre Religieux. Chron. "Il avoit paix et charité avec tout le monde, et vouloit que ses Religieux fissent le semblable. Ibid.
   *SEMBLABLEMENT est vieux. Boss. s'en est encore servi. On dit aujourd'hui pareillement.

Synonymes et Contraires
Traductions

semblable

ähnlichalike, similar, like, fellow‐creature, neighbour, same, alliedeender, gelijkend, gelijksoortig, gelijkvormig, soortgelijk, dubbelganger, medemens, naaste, soortgenoot, dergelijk, gelijk(waardig), identiek, zelfdeדומה (ת), זהה (ת), דּוֹמֶהsemblant, similarlignendesimilaparecido, semejanteyhtäläinensimileparecido, semelhante, similarliknandeподобни類似podobné (sɑ̃blabl)
adjectif
qui ressemble à une robe semblable à la tienne

semblable

[sɑ̃blabl]
adj
(= ressemblant) → similar
semblable à → similar to, like
(= de ce genre) → such
de semblables mésaventures → such mishaps