semence

semence

n.f. [ lat. sementia, de semen, graine, semence ]
1. Organe, ou partie d'un organe végétal, apte à donner une plante analogue après semis ou enfouissement : Des semences de maïs graine grain
2. Sperme.
3. Clou à tige courte et tête plate, utilisé par les tapissiers.

SEMENCE

(se-man-s') s. f.
Grain que l'on sème, en parlant des céréales. Blé de semence. Dans une mauvaise année on ne recueille pas même la semence.
J'ai vu dans le marc d'huile et dans une eau nitrée Détremper la semence avec soin préparée [DELILLE, Géorg. I]
Les plaines de Byzacium rendaient, selon Pline, cent cinquante mesures de blé pour une seule mesure de semence [MONGEZ, Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. II, p. 656]
Plus le sol est riche et propre au froment, plus on doit diminuer la quantité de semences [GENLIS, Maison rust. t. III, p. 21, dans POUGENS]
Tout ce qui se sème, grains, graines, noyaux, pépins, etc. Chaque fruit a sa semence.
Dieu dit encore : Que la terre produise de l'herbe verte qui porte de la graine, et des arbres fruitiers qui portent du fruit chacun selon son espèce, et qui renferment leur semence en eux-mêmes pour se reproduire sur la terre [SACI, Bible, Genèse, I, 11]
La semence, partie la plus admirable et la plus incompréhensible des végétaux, qui les contient tout formés sous un très petit volume, est, en général, composée de trois substances, l'embryon, le ou les cotylédons et le périsperme [FOURCROY, Conn. chim. t. VII, p. 15]
Fig.
L'argent est la semence de l'argent, et la première pistole est quelquefois plus difficile à gagner que le second million [J. J. ROUSS., Écon. polit.]
Terme de pharmacie. Les quatre semences chaudes majeures, celles d'anis, de fenouil, de cumin, de carvi. Les quatre semences chaudes mineures, celles d'ache, de persil, d'ammi et de carotte. Semences froides majeures, celles de concombre, de melon, de citrouille et de courge. Semences froides mineures, celles de laitue, d'endive, de chicorée et de pourpier.
Semence de champignon, espèce de champignon.
Fig. Il se dit de ce qui, comparé à une semence, doit germer dans l'esprit, dans le cœur.
Isabelle pourrait perdre dans ces hantises Les semences d'honneur qu'avec nous elle a prises [MOL., Éc. des mar. I, 4]
Qui pourrait exprimer la joie que ressentait Mme de Montausier, lorsqu'elle voyait croître les bonnes habitudes du jeune prince [le Dauphin], et germer ces précieuses semences de gloire et de vertu qu'elle avait jetées avec tant de soin dans son cœur ? [FLÉCH., Mme de Mont.]
Les semences de piété et de religion que vous et moi avons reçues de notre éducation [CH. DE SÉV., à Mme de Grignan, dans SÉV. t. X, p. 418, éd. RÉGNIER]
Les personnes d'esprit ont en elles des semences de toutes les vérités [LA BRUY., I]
L'Ingénu, qui avait un grand fonds d'esprit, fit de profondes réflexions sur cette idée [ce qui soulage le corps soulage l'âme], dont il semblait qu'il avait la semence en lui-même [VOLT., l'Ingénu, 10]
Ce sont des semences que je jette dans votre esprit ; et, pour qu'elles y germent un jour, il me suffira de vous prévenir de bonne heure contre le mauvais goût [CONDIL., Art. d'écr. II, 10]
Cyrille fut choisi d'un commun accord pour répandre les premières semences de la foi dans le cœur de la future catéchumène [CHATEAUBR., Mart. XII]
Fig. Cause qui doit produire avec le temps certains effets.
La victoire n'est pour toi qu'une semence de nouvelle guerre [VAUGEL., Q. C. VII, 8]
Elle laissa en mourant une semence éternelle de division entre les enfants qu'elle avait eus des deux frères, Démétrius Nicator et Antiochus Sidétès [BOSSUET, Hist. I, 9]
Dès le second et le troisième siècle, l'Église a vu naître et Cerdon, et Marcion, et Manès, ces ennemis du Créateur ; on trouve partout des semences de cette doctrine [le manichéisme] [ID., Var. XI, 204]
Le monde n'avait pas manqué de mêler, parmi ses faveurs, des semences d'amertume, qui en étaient inséparables [BOURDAL., Sur la récomp. des saints, 1er avent, p. 25]
Le sang des martyrs était encore la semence des fidèles [MASS., Panég. Ste Agnès]
Fig. et familièrement. Préparation à quelque chose de mieux.
Mme de Soubise en avait tiré [du roi] une faveur qui ne fut qu'une semence [SAINT-SIMON, 76, 234]
Liqueur fécondante des mâles. Dans le langage biblique, descendants, postérité.
Dieu promit au saint patriarche qu'en lui et en sa semence toutes ces nations aveugles qui oubliaient leur créateur seraient bénites [BOSSUET, Hist. II, 2]
Semence de perles, perles très petites, dont ordinairement quatre ou cinq ne pèsent qu'un grain.
La semence de perles se vend à l'once. Semence de perles, la livre payera 3 livres [, Tarif, 18 sept. 1664]
Semence de diamants, petites parcelles de diamants, dont on orne des bijoux.
10° Semences, sorte de petits clous employés par les tapissiers et les bourreliers.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Ensi defina li lignages à l'empereour Fedric, en tel maniere que de lui ou de ses fils n'est demorée en terre nulle semence [BRUN. LATINI, Trésor, p. 101]
    Semenche de porete et d'oignonete doit un denier à col. et à dos deuz deniers [, Liv. des mét. 283]
  • XVIe s.
    Il desiroit qu'il y cust des roys de Lacedemone engendrez de sa semence [AMYOT, Agésil. 3]
    Bien, disoit-il, en un païs couvert pourroit-on faire retraitte par semences, et sans rien engager par infanterie [D'AUB., Hist. I, 215]
    Le prince de Condé plus facile, desireux de la cour, où il avoit laissé quelque semence d'amourettes.... [ID., ib. I, 231]
    Il usera souvent des quatre semences froides [PARÉ, V, 26]
    Telle semence, telle moisson [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, semains ; Berry, sumence et sement, m. et f. ; provenç. semensa ; ital. semenza ; du bas-lat. sementia, derivé de semen, graine.

semence

SEMENCE. n. f. Grain que l'on sème. Il se dit particulièrement du Froment, du seigle, de l'orge, de l'avoine et de quelques autres céréales. Blé de semence. Combien faudra-t-il de semence pour semer cette pièce de terre? L'année a été mauvaise, les laboureurs n'ont pas recueilli leurs semences.

Il se dit aussi, généralement, de Tout ce qui se sème, par la main de l'homme ou naturellement, graines, noyaux, pépins, etc. Les graines sont la semence des herbes et des légumes. Chaque fruit a sa semence.

Il désigne, par analogie, le Sperme, la substance dont les animaux sont engendrés.

SEMENCE désigne, au figuré, une Cause d'où il doit naître, avec le temps, de certains effets. Ces rapports sont des semences de discorde. Les clauses obscures dans un contrat sont des semences de procès. Il vieillit en ce sens. On dit plutôt aujourd'hui Germe.

Il se dit encore de Ce qui ressemble à de petites graines. Absolument Il désigne des Petits clous à tête large, qui sont employés par les tapissiers.

Semence de perles, Très petites perles.

Semence de diamants, Très petites parcelles de diamants dont on orne des bijoux.

semence

Semence, f. penac. C'est proprement le grain qu'on seme, pour germer, lever et porter comme bleds, legumes, et graines, Semen. Et par abusion du mot toute chose menue. Selon ce on appelle semence de perles, celles qui sont petites et menues. Et disons, ce n'est que semence, d'une chose qui pour sa petitesse n'est en pris et estime.

Les semences et plantes qui se sement et plantent par ordre, Ordinaria semina.

Semence des arbres, Germen germinis.

Semence broyée ou pilée en un mortier, Pulsatum in pila semen.

Semences dont s'engendrent quelques choses, Semina genitalia.

Semences que nature a mises en une chascune chose, Primigenia semina.

Semence d'homme ou de beste, Vrina genitalis, Semen.

La semence que les bestes donnent à leurs femelles, Virus.

Une maladie és semences faite par l'affluence et grande abondance de la pluye, Vrica vricae.

Jecter et produire semence, Sementare.

semence


SEMENCE, s. f. SEMER, v. act. SEMEUR, s. m. [Semance, , meur; 1re e muet, 2e lon. au 1er, é fer. au 2d. Dans le verbe, la 1re se change en è moy. devant l'e muet: il sème, sèmera, etc.] Semence est, proprement, grains que l'on sème. "Blé de semence. "Les Laboureurs ont à peine recueuilli leurs semences. = Par extension, il se dit de tout ce qu'on sème. "Chaque fruit a sa semence. = Figurément, Cause éloignée des éfets, qu'elle produit tôt ou tard. "Semences de procês, de guerre, de révolte, de discorde, etc. "Il n'y a point de beautés, dont on ne trouve les semences chez les Anciens. "Voyez ces semences de droitûre et de vérité, que vous avez jetées dans son âme. Mass. Prière pour le Roi.
   Je nourris dans son coeur la semence féconde
   Des vertus, dont il doit sanctifier le monde.
       Prologue d'Esth.
  SEMER, épandre du grain ou de la graine sur une terre préparée pour les faire produire et multiplier. Il se dit et des grains, ou graines qu'on épand: semer du blé, de l'orge, de chenevis, des pepins, du gland; et de la terre où on les épand: semer un champ, une terre, une planche, une couche. = Figurément: Répandre: semer la discorde, des erreurs, de faux bruits, des libelles.
   Déjà de leur abord la nouvelle est semée.
       Iphigénie.
= Semé régit la prép. de, au propre et au figuré. "Terre semée de blé; chemin semé de fleurs; écrit semé d'injures, de pointes, d' antithèses. "La route que vous avez suivie est semée de fleurs et de pièges. = Semer est beau au figuré et dans le style poétique. "Par quel singulier privilège ceux qui sèment dans le public des doctrines désolantes et séditieuses, échaperoient-ils plutôt au ridicule, que ceux qui, par ignorance, débiteroient au peuple des drogues malfaisantes? Palissot.
   Semant de fleurs tous mes instans.
       Gresset.
Dieu, dit Rousseau,
  Anima d'une voix féconde
  Tous les êtres semés dans ce vaste univers.
  Dans vos vastes déserts, il sème la lumière.
dit Racine le fils, apostrophant les Cieux.
   Et son nom, qui du Trône est le plus ferme apui,
   Semait encor la crainte, et combatait pour lui.
       Henriade.
Rem. Suivant l'Abé GIRARD, semer a raport au grain; et ensemencer, à la terre où on le met. C' est le bled qu'on sème dans un champ; et c'est le champ qu'on ensemence de blé. L'Academie dit semer, de l'un et de l'aûtre, et l'usage ne le défend pas. Cependant la distinction de l'Abé Girard parait juste, et représente mieux la propriété des termes.
   SEMEUR, celui qui sème du grain. — Figurément, semeur de discorde, de zizanie, de faux bruits.

Synonymes et Contraires

semence

nom féminin semence
Littéraire. Ce qui fait naître une chose.
Traductions

semence

Same, Samen, Sperma, Saatgutseed, sperm, semen, cum, jissom, jizz, spunk, tackzaad, spermaזרמה (נ), זרע (ז), שכבת זרע (נ)saad, spermallavor, semença, sementsemo, spermoesperma, semenspermabenihsemenesperma, sementefrömbeguσπόροςсемяseme, sementeсемена種子frø (səmɑ̃s)
nom féminin
graine que l'on met dans le sol

semence

[s(ə)mɑ̃s] nf
(= graine) → seed
(= clou) → tack