sentencier

(Mot repris de sentencions)

SENTENCIER

(san-tan-si-é) , je sentenciais, nous sentenciions, vous sentenciiez ; que je sentencie, que nous sentenciions, que vous sentenciiez v. a.
Terme qui vieillit. Condamner par une sentence, et surtout par une sentence en matière criminelle.
Les preuves contre tous ces gens-là [conspirateurs en Lorraine] se trouvèrent complètes ; ils furent contumacés et sentenciés [SAINT-SIMON, 246, 25]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    C'est chose droituriere que aucune chose soit qui adresse ceste deffaute et qui die et sentencie comme celui sentenciast qui fist la loi [ORESME, Éth. 166]
  • XVe s.
    En ce temps, estoit grand nouvelle en France et ailleurs d'un gage de bataille qui se devoit faire à Paris jusques à outrance ; ainsi avoit-il esté sentencié et arresté en la chambre du parlement de Paris [FROISS., II, III, 49]
  • XVIe s.
    Les avocats et juges ont beau quereller et sentencier [MONT., I, 99]

ÉTYMOLOGIE

  • Sentence ; provenç. et espagn. sentenciar ; ital. sentenziare.

sentencier

SENTENCIER. v. a. Condamner quelqu'un par une sentence. Il ne se disait qu'en matière criminelle, et n'était guère d'usage qu'au participe et aux temps qui en sont formés. Il a été sentencié.